Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 22:23

Compte rendu de la sortie à Bormes les Mimosas, du 4 au 6 avril 2015

le groupe à Port-Cros devant l'Arsinoé

le groupe à Port-Cros devant l'Arsinoé

Participants : Gilles Froment, Sylvain et Joëlle Dupuy, Thierry Mourice, Arielle Cuzin, Edgar Royon, Stéphane Simonet, Maryline Gueydon.

Accompagnants : Alexandre Simonet et Geneviève Sansoni-Simonet

Organisateur : Sylvain Dupuy

Magie des couleurs sous la mer, entre anémomes encroutantes jaunes et gorgones. Photo de  Stéphane Simonet

Magie des couleurs sous la mer, entre anémomes encroutantes jaunes et gorgones. Photo de Stéphane Simonet

Vous l'attendiez....Et vous resterez sur votre faim ! Pas de pages d'écriture à n'en plus finir, d'envolée lyrique ou de tirades alambiquées pour cette fois. Pas grand chose à dire sur ce séjour organisé par le Président, de toutes façons, tout était calé et précis... Donc place aux images, plutôt qu'à la prose... Rien à dire...Enfin presque ! Un hôtel de charme, une bougie d'anniversaire,l'eau chaude sous les combinaisons et surtout ce petit plus qui marque au fer rouge les sorties ASSP, l'ambiance... Celle qui lie une bande de copains qui partagent ensemble cette drôle de passion pour le monde subaquatique. Si la beauté est sous la mer, l'essentiel est ailleurs...

Bon. Finalement, on ne se refait pas, il y aura bien quelques lignes sur ce séjour, qui commença pour Gilles, Geneviève, Alex et moi par un léger détour par les collines des Maures, histoire de profiter de la vue splendide qu'offre l'altitude sur les eaux varoises. Dommage qu'un bout de ces compressions de la croûte terrestre est décidé de se répandre sur les lacets sinueux du mince ruban d'asphalte serpentant vers le rivage....Du coup, d'un peu en retard, on est arrivé franchement hors délai.... Mais pile à temps pour mettre les pieds sous la table, le timing, dés le départ, étant géré et maîtrisé par le GO qui sait s'adapter aux farces de ses plongeurs. Repas délicieux qui sera le premier d'une longue série. Un mot donc sur notre hôte, l'Hôtel de la Plage, HDLP pour faire « dans le coup ». Nous y séjournons pour la seconde fois, et à coup sûr, ce ne sera pas la dernière. D'abord, parce que les chambres y sont belles et confortables, le chef cuisinier un véritable artiste des arts culinaires et parce que les aubergistes aiment leur métier, ça se voit : aux petits soins pour les citadins stressés que nous sommes, ils ne sont avares ni de sourires ni de gentillesse, et c'est suffisamment rare pour être souligné... L'HDLP possède une âme, une vraie, et de gentils fantômes passent dans les couloirs. Si d'aventure une quelconque errance vous entraîne du côté des mimosas de Bormes, vous savez désormais où vous arrêter...

voici Pélagia noctiluca, celle qui vous brule au bord de la plage. Cette beauté vénéneuse est lumineuse la nuit, pour peu qu'on l'agace un peu du bout du tuba ( rincez le bien après ! ). En chasse, ses filaments peuvent atteindre 40 cm de long.    Photo Stéphane Simonet

voici Pélagia noctiluca, celle qui vous brule au bord de la plage. Cette beauté vénéneuse est lumineuse la nuit, pour peu qu'on l'agace un peu du bout du tuba ( rincez le bien après ! ). En chasse, ses filaments peuvent atteindre 40 cm de long. Photo Stéphane Simonet

Mais revenons au but de cette sortie, plonger ! Nous filons donc au port rejoindre les locaux d'Aquabormes, club qui, si ma mémoire est bonne, fut dans un temps plus ancien dirigé par un ancien président de la FFESSM. Vincent nous accueille avec un large sourire et un Arsinoé désormais paré d'un atout de choc : des douches chaudes à disposition sur le pont. Remplir sa néoprène d'eau tropicale après 45 minutes passées dans une eau à 14°C est un plaisir rare.Nous en avons largement abusé....Accompagné d'un p'tit nounours chocolat & guimauve et d'un thé brûlant, que vouloir de plus ?

Ballet des méduses, tous filaments dehors....Gare à la piqure !      Photo Sylvain Dupuy

Ballet des méduses, tous filaments dehors....Gare à la piqure ! Photo Sylvain Dupuy

Certains n'aiment pas les paliers de décompression: trop long, rien à voir... Pas si sur... en décollant le nez de l'ordinateur, on peut tomber sur ce Phromima sedentaria ou monstre des tonneaux. Il faut être chanceux, car ce crustacé se ballade entre 800 m et la surface, surface qu'il atteint de nuit en général. La femelle vit dans un tonneau translucide qu'elle fabrique à partie des méduses et autres cténophores dont elle se nourrit. Un véritable "alien" des profondeurs !   photo Stéphane Simonet

Certains n'aiment pas les paliers de décompression: trop long, rien à voir... Pas si sur... en décollant le nez de l'ordinateur, on peut tomber sur ce Phromima sedentaria ou monstre des tonneaux. Il faut être chanceux, car ce crustacé se ballade entre 800 m et la surface, surface qu'il atteint de nuit en général. La femelle vit dans un tonneau translucide qu'elle fabrique à partie des méduses et autres cténophores dont elle se nourrit. Un véritable "alien" des profondeurs ! photo Stéphane Simonet

Quand je vous dis qu'il faut prendre le temps de regarder au palier... Sylvain, patient, observa ce Forshalia edwardsi ou grand siphonophore, qui est en fait une colonie d'hydroméduses pouvant atteindre plus de 2 m de long. on sait peu de choses sur cet animal digne du  film Abyss, sauf qu'il serait urticant....

Quand je vous dis qu'il faut prendre le temps de regarder au palier... Sylvain, patient, observa ce Forshalia edwardsi ou grand siphonophore, qui est en fait une colonie d'hydroméduses pouvant atteindre plus de 2 m de long. on sait peu de choses sur cet animal digne du film Abyss, sauf qu'il serait urticant....

Une mer un peu plus calme, peut être.... Le vent a soufflé fort les jours précédents, et le plan d'eau garde encore la « peau du diable » en sortant de la baie. La traversée vers Port-Cros fut sportive, entre houle, paquets de mer, tangage et roulis...Cette étrange association permet à certains d'entre nous d'expérimenter un phénomène étrange : la naupathie, que le commun des mortels appelle le mal de mer....Quand les informations visuelles contredisent celles de l'oreille interne, notre cerveau s'emmêle les synapses dans les axones, et la vie devient moche: vous connaissez les principaux symptômes, et je vous en donne un autre, l'hypersialorrhée, qui n'est autre qu'une production accrue de salive..... Pratique pour briller dans les conversations de salon, quoique difficile à placer quand même..... Plusieurs d'entre nous supportèrent donc cette cinétose ( synonyme de mal des transports, toujours pour les causeries mondaines ) à l'aide parfois de la pharmacopée moderne.

Bormes to be wild....

Arielle, première au hit parade de l’embarra vestibulaire, parvint néanmoins à survivre en se plaçant au plus près du centre de gravité du bateau, meilleure chose à faire quand la menace d'une révolte stomacale s'annonce. Un dicton de marin se vérifie ici : « très vite, tu penses que tu vas mourir ! Attention, rapidement tu souhaites mourir... » Une étude sérieuse semble indiquer que le gingembre, entre autre qualité, constituerait un médicament anti mal de mer.... à tester ! Mais pour qui n'a pas mangé de gimgembre, et pour qui la scopolamine reste inefficace, rallier la pointe est de Port-Cros est une galère....

Joëlle, au milieu des gorgones, prend la pose pour Sylvain.

Joëlle, au milieu des gorgones, prend la pose pour Sylvain.

Magnifique cérianthe bi colore, photographié par Gilles Froment

Magnifique cérianthe bi colore, photographié par Gilles Froment

Belle transition, puisque c'est justement là, sur la pointe de la Galère que nous ferons notre première plongée, celle dite de ré adaptation. Une grande arrête rocheuse se prolonge sous la mer, jusqu'à environ 40 m de profondeur. Sylvain forme les binômes, indique les paramètres, sachant qu'au bout d'une heure maximum tout le monde devra être de retour avec 50 bars minimum dans les blocs.... Belle plongée entre 20 et 30 m que nous ferons là, les poissons étaient au RDV....

Vidéo "Bormes to be wild"

Bormes to be wild....
Etrange rencontre avec ce mérou qui semble inviter le plongeur à une danse sous-marine.  photo Gilles Froment

Etrange rencontre avec ce mérou qui semble inviter le plongeur à une danse sous-marine. photo Gilles Froment

Ce Doris géant est le plus grand de Méditerranée, jusqu'à 20 cm parait il ! Ses branchies sont bien visibles sur l'arrière du corps. photo Gilles Froment

Ce Doris géant est le plus grand de Méditerranée, jusqu'à 20 cm parait il ! Ses branchies sont bien visibles sur l'arrière du corps. photo Gilles Froment

On ne peut se lasser du spectacle des anthias tournoyant dans le bleu. Sylvain passa donc un peu de temps pour capturer ces éclairs mauves sur sa carte mémoire...Pas facile mais la photo est là....

On ne peut se lasser du spectacle des anthias tournoyant dans le bleu. Sylvain passa donc un peu de temps pour capturer ces éclairs mauves sur sa carte mémoire...Pas facile mais la photo est là....

Nous enchainerons donc le lendemain avec la pointe du Vaisseau, située sur la face sud de l'ile, à l'est de la Gabinière. Choix cornélien, irons nous sur l'arrête rocheuse devant nous, ou opterons nous pour le tombant qui nous attend presque sous le bateau ? La plupart opteront pour cette seconde option, comme Maryline et moi. Superbe immersion, avec un tombant très raide et riche en faune.

Ce chapon, ou Scorpaena scrofa, dresse des épines dorsales gorgées de venin pour intimider le photographe qui tente le cliché. quand on se contente de regarder, rien à craindre.  photo Sylvain Dupuy

Ce chapon, ou Scorpaena scrofa, dresse des épines dorsales gorgées de venin pour intimider le photographe qui tente le cliché. quand on se contente de regarder, rien à craindre. photo Sylvain Dupuy

Là aussi, défense de toucher ! Cette murène, acculée dans son trou, peut infliger de douloureuses morsures, en tournant sur elle même tout en assurant sa prise.    Photo Stéphane Simonet

Là aussi, défense de toucher ! Cette murène, acculée dans son trou, peut infliger de douloureuses morsures, en tournant sur elle même tout en assurant sa prise. Photo Stéphane Simonet

L'après midi, direction le petit frère de Port Cros, l'ilot de Bagaud pour chausser les skis: nous allons en effet sur la Pointe de Montrémian où nous attend, comme disent les scientifiques, une « dune hydraulique », une piste de sable blanc dévalant vers le fond sur plus de 10 m. Elle se forme grâce à l'action des courants qui remontent le sable de bas en haut. Certains, grisés, s'imaginèrent un instant aux sports d'hiver.... D'autres, plus studieux, s'entrainèrent à l'envoi de sac palier au dévidoir, manoeuvre apparemment simple, mais qui peut parfois devenir une vraie séance de tricotage.....

Un oeuf de roussette, accroché dans une gorgone. Si on voit quelque fois ces étuis, le requin, lui, se fait rare...photo Stéphane Simonet

Un oeuf de roussette, accroché dans une gorgone. Si on voit quelque fois ces étuis, le requin, lui, se fait rare...photo Stéphane Simonet

Rare aussi, l'ormeau. Si les coquilles vides sont légion sur le fond, voir l'animal vivant est plus compliqué: il faut retourner les pierres et percer à jour son camouflage. De tout façon, son pied musculeux l'attache solidemnt au caillou, et toute tentative pour le détacher condamne l'animal: il est hémophile.... Photo Gilles Froment

Rare aussi, l'ormeau. Si les coquilles vides sont légion sur le fond, voir l'animal vivant est plus compliqué: il faut retourner les pierres et percer à jour son camouflage. De tout façon, son pied musculeux l'attache solidemnt au caillou, et toute tentative pour le détacher condamne l'animal: il est hémophile.... Photo Gilles Froment

Bormes to be wild....

Le lendemain, la houle encore forte et le vent reprenant de la vigueur empêchèrent la plongée sur un vieil avion monoplace, un Grumann FM-2, qui repose à l'envers à – 52 m devant la Fourmigue. En panne et irréparable, les marins de sa Gracieuse Majesté l'auraient tout simplement jeté par dessus bord en 1956 ou 1957, époque où il est vrai, l'écologie n'était pas à la mode.

Joli regard bleu pour ce grand pagure ou bernard l'hermitte ( sans rapport avec l'acteur connu, interprétant le rôle de "popeye" dans une trilogie archi connue: souvenez vous de la séquence du crapaud dans la bouteille et du fromage aux vers...) Ce bernard là, lui, décroche des anémones pour les coller sur la coquille qu'il occupe en location. Bonne protection contre les poulpes, par exemple, qui n'apprécient guère le caractère urticant de ces hôtes particuliers. Mais point d'anémone pour celui la, photographié par  Gilles froment

Joli regard bleu pour ce grand pagure ou bernard l'hermitte ( sans rapport avec l'acteur connu, interprétant le rôle de "popeye" dans une trilogie archi connue: souvenez vous de la séquence du crapaud dans la bouteille et du fromage aux vers...) Ce bernard là, lui, décroche des anémones pour les coller sur la coquille qu'il occupe en location. Bonne protection contre les poulpes, par exemple, qui n'apprécient guère le caractère urticant de ces hôtes particuliers. Mais point d'anémone pour celui la, photographié par Gilles froment

Des anémones en voici de belles, comme cette anémone charnue ou Cribrinopsis crassa, photographiée par Gilles pas loin du Bernard précédent.

Des anémones en voici de belles, comme cette anémone charnue ou Cribrinopsis crassa, photographiée par Gilles pas loin du Bernard précédent.

ou bien encore ce bouquet d'anémones jaunes encroutantes, fleurs fragiles qui se ferment à peine effleurées.....Photo Gilles Froment

ou bien encore ce bouquet d'anémones jaunes encroutantes, fleurs fragiles qui se ferment à peine effleurées.....Photo Gilles Froment

Bormes to be wild....
Stéphane, Edgar et Maryline au palier, photographiés par Gilles

Stéphane, Edgar et Maryline au palier, photographiés par Gilles

Repli donc sur l'épave du Spahis gisant au pied de cette Fourmigue, un peu à l'abri de la houle. Plongée sans histoire permettant de conclure tranquillement un beau WE de plongée. Dernier repas à l'HDLP, et retour à la triste réalité de la vie réelle après une parenthèse appréciée à Bormes. Sur l'autoroute, les voitures s'empilèrent en masse à partir d'Orange... Mais ça, c'est une autre histoire, moins intéressante qui ne mérite pas d'être évoquée ici......

Bormes to be wild....

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur
commenter cet article

commentaires