Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 16:09

CR de la sortie au lac du Bourget ( Chindrieu ) du 8 mars 2016

En Savoie ce jour là, les montagnes entourant le lac sont saupoudrées de blanc

En Savoie ce jour là, les montagnes entourant le lac sont saupoudrées de blanc

Participants : Gilles Froment & Stéphane Simonet

En ce mois de giboulées, il fallait bien néanmoins aller tremper palmes et scaphandres quelque part. Le prétexte de roder la mise en place d’une ligne de décompression pour des plongées ultérieures plus engagées fut suffisant pour nous ramener au bord du lac. Une fois de plus, dans le clair-obscur des eaux alpines, la plongée ne se déroula pas exactement comme il était prévu…..

Toutes les images sont de Gilles Froment

Toujours un peu de matériel pour nos plongées, la remorque ne suffit plus....

Toujours un peu de matériel pour nos plongées, la remorque ne suffit plus....

on va plonger, ça vous tente ?

on va plonger, ça vous tente ?

7°C.

Le verdict de l’ordinateur est sans appel, l’eau est fraiche en surface, et ça ne s’arrangera pas au fond. Si le corps, protégé par l’excellent sous vêtement Halo 3D et l’étanche, ne frissonne pas encore, les doigts, malgré les gants pourtant « waterproof » manifestent leur mécontentement avec une onglée naissante.

les bateaux, couverts de neige, sont figés dans le petit port.

les bateaux, couverts de neige, sont figés dans le petit port.

Vue aérienne du site, merci Goggle, pour vous montrer le trajet depuis la plage, pour rejoindre le tombant.

Vue aérienne du site, merci Goggle, pour vous montrer le trajet depuis la plage, pour rejoindre le tombant.

Nous sommes juste derrière la pointe du tombant de Chindrieu, et Gilles déploie des efforts considérables pour installer un point fixe sur la roche, qui évitera à notre bouée supportant la ligne de décompression de dériver. L’objectif est d’y laisser des blocs de sécurité en attente, et donc de retrouver notre dispositif au retour. Sous la bouée pendent donc cordes, bouts, mousquetons, spits….

Que je garde en main pour éviter de perdre tout ce bazar….

une sardine plantée dans une fissure, sous la surface, et voilà notre point fixe pour la ligne de déco.

une sardine plantée dans une fissure, sous la surface, et voilà notre point fixe pour la ligne de déco.

ligne que voilà, bouée, blocs, jumards et bouts conditionnés dans des sacs. heureusement que le loco est là pour tirer tout ça.

ligne que voilà, bouée, blocs, jumards et bouts conditionnés dans des sacs. heureusement que le loco est là pour tirer tout ça.

Après de longues minutes de réglage, les 24 m de bout lesté disparaissent dans le vert et la ligne est reliée à la « sardine » coincée dans une faille. Une bouteille d’oxygène pur viendra y prendre place à – 6 m, et le relais 18 litres de Gilles à – 21. J’y fixe également le propulseur, j’ai déjà froid et préfère me réchauffer en palmant…. Depuis notre immersion à la plage, cela fait presque 1 heure que nous pataugeons en surface, il est temps de descendre….

Stéphane termine de se préparer devant la plage, sous un crachin presque breton....

Stéphane termine de se préparer devant la plage, sous un crachin presque breton....

un coup de vent masque le soleil, une risée vient effleurer la surface: le ciel est de plomb.....

un coup de vent masque le soleil, une risée vient effleurer la surface: le ciel est de plomb.....

Je revoie cependant mon objectif à la baisse : le bas du tombant à – 65 m sera pour une autre fois, je décide vu les conditions de m’arrêter entre 40/45 m. Vu la fraicheur, pas la peine d’empiler des paliers à n’en plus finir….

Les blocs fixés, on se laisse descendre dans l’eau couleur de jade. – 20, - 25 m, un peu d’air dans le vêtement, un peu d’air dans la wing…..qui ne vient pas. J’écrase à nouveau l’inflateur, pas de chuintement caractéristique, pas de modification de la pesée….

Je compense en surgonflant le vêtement et cherche des mes doigts gantés et malhabiles le direct system……qui s’est déclampé ! Pas très bon ça.

En cas de problème sur mon vêtement étanche, je vais couler comme une gueuse, direction la vase du fond. Je rattrape Gilles, lui montre mon soucis. Il réagit vite et me remonte de quelques mètres : ce bon vieux Mariotte fait son boulot, nos volumes étanches se gonflent et nous prenons de la vitesse en direction de la surface….Pas très bon non plus avec le trimix 11/65 que je respire.

Un simple rayon de soleil, et le lac devient miroir.

Un simple rayon de soleil, et le lac devient miroir.

On purge, on stabilise, on se pose sur un bout de tombant en équilibre précaire et on détricote les flexibles pour retrouver le Direct sytem baladeur. Dans un nuage de touille, on finit par y arriver.

On repart, direction – 40 m où j’ai la ferme intention de me maintenir. Gilles derrière filme et prend des photos. C’est sombre et vert, ambiance lac classique.

Vu la météo en surface, c'est "all black" au fond..... la plongée en lac oscille entre le noir et le vert....

Vu la météo en surface, c'est "all black" au fond..... la plongée en lac oscille entre le noir et le vert....

Coup d’œil au Pétrel, dont l’écran flasheur alerte mon regard : encore un flash et il s’éteint ! Murphy, serais-tu là ? Je manipule les boutons, rien. Je cherche Gilles pour lui indiquer le Bug quand l’ordinateur daigne se rallumer, mais avec un temps de plongée remis à zéro. Je poursuis la progression, en commençant à réfléchir à majorer le temps de décompression qu’il m’indiquera, quand Mr Pétrel décide de repartir en position « off ».

Bon, cette fois c’est la bonne, mon pouce levé indique la surface à Gilles et je lui montre mon ordinateur moribond ainsi que les tables qui me permettront de sortir. On attaque la remontée, direction le premier palier à -21 m, hélium oblige. J’espère que Mr Murphy n’a pas encore un tour de cochon dans son sac, comme de détraquer mon recycleur par exemple, avec une entrée d’eau vicieuse. Je purge ma boucle en ouvrant la vanne de surpression en partie basse du poumon expiratoire, pour évacuer l’eau de condensation et m’assure que mon détendeur de secours est accessible. Mais ce sera les seules farces du jour, le Triton se comportant comme un chef jusqu’à la sortie de l’eau.

la plongée terminée, il faut encore sortir tout le matériel de l'eau...

la plongée terminée, il faut encore sortir tout le matériel de l'eau...

J’en profiterai pour me faire un envoi de parachute en guise d’exercice, pendant que Gilles récupère son 18 litres, l’oxy et la ligne qu’il ramènera motorisé par le Bonex.

Morale de cette plongée :

- Pas de honte à revoir à la baisse les paramètres quand « on le sent pas »

- Sécuriser le direct system de son gilet pour éviter toute perte accidentelle

- Et mettre des piles neuves et de bonne qualité dans son ordinateur !

Parti sous la pluie, de retour sous le soleil !

Parti sous la pluie, de retour sous le soleil !

les pompiers d'Aix les Bains rentrent de leur entraînement.

les pompiers d'Aix les Bains rentrent de leur entraînement.

Et pour finir une courte vidéo de cette plongée, pour se mettre dans l’ambiance.

où commence le ciel, où finit le lac......

où commence le ciel, où finit le lac......

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur
commenter cet article

commentaires