Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 11:55

CR de la sortie au Lavandou, du 5 au 8 mai 2016

Participants: Hervé Lichtfouse Edgar Royon Florence Royon Stéphane Simonet Geneviève Sansoni-Simonet Guy Varvat Gilles Froment Maryline Gueydon Roland Bouilhol

Accompagnants: Alexandre Simonet Isabelle et Célia Froment Christine Varvat Françoise Lichtfouse Monique Royon Sébastien Beauquis ( and the kids...)

Sauf mention contraire, toutes les images sont de Gilles Froment.

Hervé, Edgar, Gilles, Stéphane, Guy, Maryline et Florence.

Hervé, Edgar, Gilles, Stéphane, Guy, Maryline et Florence.

4 jours prévus face à la mer, sur la plage de St Clair au Lavandou, le club de plongée à proximité, au bout du chemin. Le plan était parfait, l'affaire dans le sac et l'histoire devait rouler...Sauf que nous étions nombreux à y avoir pensé, en ce WE prolongé d'ascension vers les cieux....et qu'Eole s'est mis de la partie. Voici donc le compte rendu d'un séjour agité mais riche en visions sous marines de qualité. Nous n'avons rien raté.

Vent d'est force 4, rafale 5, le voyage vers les îles ne sera pas un long fleuve tranquille.

Vent d'est force 4, rafale 5, le voyage vers les îles ne sera pas un long fleuve tranquille.

C'est un vent venu d'Italie qui nous accueille après 6 h de route. Le courant d'air, force 4 à 5 sur l'échelle de Beaufort lève les vagues qui viennent rouler sur la plage, brouille l'horizon et éloigne la promesse d'une île. Sous les pins penchés, les branches dansent et les nappes s'envolent. Pourtant, Franck, de Lavandou Plongée, me confirme la traversée vers Port Cros, qui après un voyage agité nous offira un site de plongée à l'abri. Blocs chargés et sacs empilés dans le camion du club, nous arrivons face au Kénavo II, d'où une horde de plongeurs aux visages pâles ou tirant sur le vert débarque sacs et scaphandres. Oui, ça doit brasser...

Une fois cet équipage débarqué, nous pouvons prendre possession du bateau. Il faudra nous y faire, de nombreux clubs sont venus profiter des 4 jours de repos, et les écoles de plongée tournent à plein, enchaînant les rotations: 2 le matin, 2 l'après midi, sans temps mort...

Sourire malgré la houle et la foule pour nos drôles de dames, Florence et Maryline.    photo Stéphane.

Sourire malgré la houle et la foule pour nos drôles de dames, Florence et Maryline. photo Stéphane.

Le bateau se charge vite, et nous découvrons les joies de la cohabitation: des sacs, des caisses s'entassent de partout, le moindre déplacement à bord devient digne de Ko Lantha, le plus petit cm² pour poser du matériel vaut de l'or, les pieds sont écrasés là par un bloc mal fixé, là par un butor en rupture d’équilibre… le moral descend dans les chaussons... une fois sorti du port, c'est encore plus drôle, vu que le bateau tape dans les vagues, roule, danse, tangue, monte, descend, bref taille sa route vers Port Cros. Impossible de bouger sans se cogner ou tomber: il faut se caler quelque part et ne plus bouger, en espérant échapper au mal de mer jamais loin...

Si Florence signait avec cette sortie sa reprise de l'activité, Roland nous rejoignait également, en pleine forme. et certains de ses clichés méritent le détour...

Si Florence signait avec cette sortie sa reprise de l'activité, Roland nous rejoignait également, en pleine forme. et certains de ses clichés méritent le détour...

Comme ce crénilabre paon ou Symphodus tinca, ici un mâle qui présente la particularité de construire un nid rudimentaire avec des algues pour sa femelle.    photo Roland Bouilhol

Comme ce crénilabre paon ou Symphodus tinca, ici un mâle qui présente la particularité de construire un nid rudimentaire avec des algues pour sa femelle. photo Roland Bouilhol

Pourtant, certains indécrottables optimistes ( ou inconscients ?) semblent prendre un plaisir certain à traverser le bateau sauteur de long en large, cherchant un masque à l'arrière, attrapant une palme à l'avant, revenant gréer un détendeur au milieu avant de repartir discuter avec sa palanquée qui s'est éparpillée un peu partout sur le bord opposé. De bâbord à tribord, de la poupe à la proue, ça s'agite, ça vacille, ça verdit parfois, ça soupire, en attendant l'abri salvateur des îles...

Toujours le sourire malgré la météo difficile !

Toujours le sourire malgré la météo difficile !

notre terrain de jeu au sein du parc national de Port Cros.

notre terrain de jeu au sein du parc national de Port Cros.

les plus belles images du séjour, en vidéo.

Et puis, la bouffée de chaleur passe, la nausée pas si lointaine disparait, on peut de nouveau se tenir debout sans s‘agripper à quelque chose, ou rebondir comme sur un trempoline à chaque pas... Nous sommes passés, sous le vent des terres alignées, nous voilà protégés.... Les sites du parc national ne sont pas tous plongeables, et le Kénavo II prend une bouée sur le sec de la Gabinière ouest. Equipement des scaphandres, briefing et c'est enfin la délivrance: nous sautons à l'eau. La faune est au RDV pour cette plongée de reprise qui permet de revoir lestage et configuration pour chacun. Belle plongée de fin d'après midi qui parvient à nous faire oublier le luna park qui nous attend au retour....

A l'ombre des pins...Agités !
image rare: une murène en pleine eau.        photo Roland Bouilhol

image rare: une murène en pleine eau. photo Roland Bouilhol

voici l'ile de Port-Cros ( et ses satellites immobiles, Bagaud et la Gabinière) où se concentre la majeure partie de nos sites de plongée

voici l'ile de Port-Cros ( et ses satellites immobiles, Bagaud et la Gabinière) où se concentre la majeure partie de nos sites de plongée

banc d'anthias réfugiés dans une faille. Grégaires, ils sont nos compagnons pour toutes les immersions.

banc d'anthias réfugiés dans une faille. Grégaires, ils sont nos compagnons pour toutes les immersions.

ce gros plan de Gilles permet d'apprécier toute la beauté de ce poisson.

ce gros plan de Gilles permet d'apprécier toute la beauté de ce poisson.

Debout vers 7h le lendemain matin pour partir à 8h15 avec la première rotation, nous constatons que le vent n'a pas molli: il a hurlé toute la nuit pour marquer une petit pause avant de reprendre son souffle, c'est le cas de le dire. La mer est hachée par une houle résiduelle, et on sent qu'un rien suffira à lui faire reprendre la peau du Diable. Vite, vite charger sacs et bouteilles et larguer les amarres, retraverser le plan d'eau pour retrouver Port-Cros et la pointe de la Galère, arête rocheuse se prolongeant sous la mer, royaume du mérou et des dentis en chasse.

Cette gorgone rouge s'est offerte une adéonelle "adeonella calveti" en guise d'ornement.

Cette gorgone rouge s'est offerte une adéonelle "adeonella calveti" en guise d'ornement.

A l'ombre des pins...Agités !
Malgré sous délit de "sale gueule" cette murène n'est pas spécialement aggressive.

Malgré sous délit de "sale gueule" cette murène n'est pas spécialement aggressive.

Sitôt à l'eau, il faut palmer au-dessus de l'herbier et de l'éboulis rocheux, passer la pointe jusqu'au sommet du tombant qui sonde dans le bleu, bordé par une pente de sable. Le plus dur est fait, une expiration suffit à nous faire couler en douceur le long de la roche qui s'étire vers le fond. Sous le phare les couleurs explosent et vers - 25 ou - 30 mètres les gorgones apparaissent, au milieu des anthias et des castagnoles. Chaque trou une murène ou un congre, chaque surplomb une espèce d'éponge ou d'ascidie à observer. Et toujours dans le bleu une dorade ou un banc de sars qui passe...

sa mauvaise réputation remonte sans doute à l'antiquité: les romains les conservaient affamées dans des bassins où ils jetaient un esclave de temps en temps....

sa mauvaise réputation remonte sans doute à l'antiquité: les romains les conservaient affamées dans des bassins où ils jetaient un esclave de temps en temps....

L'après-midi, la sentence tombe: retraverser vers Port-Cros amènerait inévitablement certains à repeindre le bateau d'une nouvelle couleur, entraînant par solidarité un renvoi gastrique même des plus stoïques d'entre nous. Et comme dans ce manège incontrôlé la casse de matériel ( ou même corporelle, quand ça secoue, ça secoue ) Franck et Laurent, prudents, nous orientent vers un site proche où la navigation reste calme. Direction donc le cap Nègre, sous les fenêtres de l'épouse d'un ex président de la république. Le site s'appelle la Piscine, est aussi calme qu'un bassin carrelé avant qu'on y saute, et ne dépasse pas 16 m. C'est bien pour une plongée tranquille d'après-midi, sans prise de tête liée à la majoration de la plongée successive. Pas énormément de faune à voir, quelques belles ambiances lumineuses cependant et 52 minutes de plongée à chercher un surplomb voué à l'hébergement d'une colonie de cigales de mer, que personne ne trouva.....

A force de chercher, un photographe trouve toujours: ici un triptérygion à bec jaune, poisson (mâle) au nom imprononçable. il prend la pause au milieu d'anémones encroutantes jaunes

A force de chercher, un photographe trouve toujours: ici un triptérygion à bec jaune, poisson (mâle) au nom imprononçable. il prend la pause au milieu d'anémones encroutantes jaunes

A l'ombre des pins...Agités !
En revoilà un bouquet, de ces parazoanthus axinellae, qui se referment au moindre effleurement.

En revoilà un bouquet, de ces parazoanthus axinellae, qui se referment au moindre effleurement.

plan macro de ces cnidaires.

plan macro de ces cnidaires.

Retour aux Pins Penchés: repas, transfert des photos et des vidéos, discussion sur la planification en gaz et ...dodo !

Guy, toujours fidèle à son masque d'antan...

Guy, toujours fidèle à son masque d'antan...

Samedi matin, nous héritons de la seconde rotation: RDV au club pour 10h 15, grasse matinée de rigueur ! Le vent s'est apaisé, la mer se creuse un peu moins: la route des îles est de nouveau ouverte et les frères Augustin vont nous faire un beau cadeau: la pointe du Vaisseau. Outre le fait que les rangs s'étiolent un peu parmi les plongeurs des clubs qui nous accompagnent, les gens trouvent leurs marques et leurs places à bord, s'organisent mieux et le pont redevient praticable. ça va mieux, le moral sort des chaussons.

A l'ombre des pins...Agités !
Silencieux et furtif, un barracuda passe devant l'objectif du photographe.

Silencieux et furtif, un barracuda passe devant l'objectif du photographe.

A l'ombre des pins...Agités !
belle composition où trone un serpule Serpula vermicularis.

belle composition où trone un serpule Serpula vermicularis.

Sitôt à l'eau, palmage plein est vers la pointe qui déchire le bleu. Très vite, les gorgones sont belles, la roche bien découpée et colorée, abritant le panel complet de la faune méditerranéenne: congres, murènes, mostelles, spirographes, nudibranches, sars, dorades mérou et dentis énormes, renvoyant tels des miroirs la lumière des phares. Plongée superbe, bien qu'un moniteur pervers trouva le moyen de manquer d'air, histoire de tester la réactivité de son équipière, qui contemplait zen ce tableau vivant, juste avant de se trouver alpaguée par un zozo en manque de gaz.... Tout le monde émergea ravit de cette plongée, en particulier les photographes, larges sourires aux lèvres.....

un serran écriture, reconnaissable à sa tâche bleue sur les flancs.

un serran écriture, reconnaissable à sa tâche bleue sur les flancs.

une anémone charnue débusquée sous une roche.

une anémone charnue débusquée sous une roche.

L'après midi, direction la Fourmigue pour un largage rapide vu la houle persistante sur l'épave du Spahis. Pour visiter ces tôles rouillées, Franck positionne le Kénavo II poupe à la roche et nous sautons palanquée par palanqué pour descendre immédiatement sur le fond. Le mollet gauche d'Edgar n'y résista pas... Petite plongée tranquille entre vieille épave et canyon rocheux, où il y a malgré tout toujours quelque chose à voir ou à photographier. Ballade, remontée en pleine eau avec décompression sous sacs paliers, et récupération pil-poil par Franck, l'échelle du bateau sera descendue à un mètre de mon sac....

voici sa cousine, l'anémone de mer verte ou anemonia viridis

voici sa cousine, l'anémone de mer verte ou anemonia viridis

A l'ombre des pins...Agités !
un topo de la plongée sur le Spahis, sous la fourmigue.

un topo de la plongée sur le Spahis, sous la fourmigue.

un chapon posé sur un lit d'éponge, par Roland Bouilhol

un chapon posé sur un lit d'éponge, par Roland Bouilhol

Et retour sur la galère, enfin sa pointe pour la dernière de ces 6 plongées prévues pour ce long week end. Très belle plongée pour conclure, avec quelques énormes langoustes logées au pied de la l'arête, vers - 36 m de profondeur. Une belle doris géante et quelques nudibranches plus tard, c'est un banc de saupes tournoyant qui nous accompagnera au palier.

parfois le plongeur disparait sous la profusion: ici un banc de saupes.        photo Roland Bouilhol

parfois le plongeur disparait sous la profusion: ici un banc de saupes. photo Roland Bouilhol

A l'ombre des pins...Agités !
superbe corb Sciaena umbra, aux reflets d'or, par Roland Bouilhol

superbe corb Sciaena umbra, aux reflets d'or, par Roland Bouilhol

Bon séjour donc, malgré un bateau bien chargé ( mais heureusement bien conçu avec toilettes, douchettes, thé et madeleines ) une météo difficile et une navigation remuante. Mais malgré tout, nous avons eu le sourire jusqu'au bout....Même dans les bouchons et les 7 heures du voyage retour, sur des routes bucoliques et les petits villages de notre douce France.

l'air du bloc épuisé, vaincu par le froid, le plongeur retrouve la pesanteur et le bruit de l'agitation du monde terrestre. il marque alors une pause à l'échelle, avant de se hisser à bord pour retrouver le soleil, du bleu plein l'esprit.

l'air du bloc épuisé, vaincu par le froid, le plongeur retrouve la pesanteur et le bruit de l'agitation du monde terrestre. il marque alors une pause à l'échelle, avant de se hisser à bord pour retrouver le soleil, du bleu plein l'esprit.

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur
commenter cet article

commentaires