Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 08:50

CR de la sortie au Goul du pont (BSA) du 27 avril 2016

Tout est paré sous le pont: les bouteilles relais et le recycleur nous attendent.    photo Gilles Froment

Tout est paré sous le pont: les bouteilles relais et le recycleur nous attendent. photo Gilles Froment

Participants : Gilles Froment Philippe Moya Stéphane Simonet

Stéphane et Philippe s'activent pour préparer le matériel, sous l'objectif de Gilles Froment

Stéphane et Philippe s'activent pour préparer le matériel, sous l'objectif de Gilles Froment

Vasque cristalline, étroiture dégagée à grand renfort de suceuse par la CRPS RABA ( voir https://www.youtube.com/watch?v=cesOJQjbWd0 ), matériel au point et équipe réunie, rien ne pouvait nous empêcher de ramener des images de cette plongée souterraine. Belle moisson d’images, un peu d’aventure, et ce charme indéfinissable des plongées « pas comme les autres »…..

Gilles prêt pour l'immersion, photographié par Philippe Moya

Gilles prêt pour l'immersion, photographié par Philippe Moya

pas tout à fait parti, mais pas encore libéré de la pesanteur et du bruit, comme ce "mi air mi eau" de Philippe Moya

pas tout à fait parti, mais pas encore libéré de la pesanteur et du bruit, comme ce "mi air mi eau" de Philippe Moya

C’est le retour du Joki ! Recycleur latéral bien connu des souteux, celui de Gilles venait de connaître quelques déboires techniques, lui donnant la fâcheuse manie de prendre l’eau…. Ce qui pour un appareil devant rester bien étanche, peut entraîner une certaine morosité chez son propriétaire… Patient, Gilles accepta avec flegme les allers-retours du précieux qui finit par revenir du fabriquant révisé, réparé, modifié et surtout opérationnel.

Stéphane en progression dans la galerie, dans le silence du recycleur.   photo Philippe Moya

Stéphane en progression dans la galerie, dans le silence du recycleur. photo Philippe Moya

Un bi de trimix sur le dos, nous prenons donc d’assaut la vasque du pont, aidé par Philippe fidèle au Bi 20 et chargé pour l’occasion d’un relais de nitrox à déposer d’une main, l’autre étant déjà occupée par son appareil photo… Mais c’est connu, nous autres, on voyage toujours léger….

Philippe à - 12 m passe l'étroiture désormais apprivoisée.   photo Gilles Froment

Philippe à - 12 m passe l'étroiture désormais apprivoisée. photo Gilles Froment

Vous allez être déçu, pas de bagarre dantesque pour forcer l’étroiture à – 12 m, celle-ci ayant disparu pour l’instant grâce au travail de déblai énergique de la CRPS-RABA, gloire leur soit rendue ici. Rassurez-vous, il y aura bien un moment où ça va devenir rock’n’roll….

OK pour Philippe !               photo Gilles Froment

OK pour Philippe ! photo Gilles Froment

le souflle des plongeurs vient se figer au plafond des siphons, créant des miroirs vivants où se piègent nos reflets.   photo Philippe Moya

le souflle des plongeurs vient se figer au plafond des siphons, créant des miroirs vivants où se piègent nos reflets. photo Philippe Moya

Stéphane dépose son relais de nitrox 32, suivi par Philippe.     photo Gilles Froment

Stéphane dépose son relais de nitrox 32, suivi par Philippe. photo Gilles Froment

-18 m, nous sommes au bord du puits, prêts à sonder. Gilles s’engage au ralenti, suivi par votre serviteur et Philippe. Lente descente jusque vers 50 m, où sur la plateforme nous choisissons d’abandonner les relais de nitrox 32, irrespirables de toutes façons passé 40 m. Mais cette plateforme est pratique pour la dépose, et jolie en plus. Arrêt photo pour Philippe et pour moi, d’autant que le caisson de mon camarade n’est pas sensé encaisser davantage de bars…Et que l'APN farceur décide de passer en mode macro sans en avertir son patron, qui bataillera un moment pour tenter de re-régler correctement cette électronique capricieuse. Finalement, prudent il l’abandonne et m’explique qu’il va nous regarder passer l’étroiture suivante et remonter tranquillement jusqu’au relais d’oxygène qui l’attend dans la vasque.

le Joki, en position latérale, porté comme un relais est ici bien visible.    photo Philippe Moya

le Joki, en position latérale, porté comme un relais est ici bien visible. photo Philippe Moya

Gilles amorce la descente dans le puits, photographié par Philippe Moya

Gilles amorce la descente dans le puits, photographié par Philippe Moya

Ok mon ami, à tout à l’heure.

Stéphane dans le puits du Grand Goul par Gilles Froment

Stéphane dans le puits du Grand Goul par Gilles Froment

Philippe et Stéphane à - 50 m sur la plateforme.    photo de Gilles Froment

Philippe et Stéphane à - 50 m sur la plateforme. photo de Gilles Froment

Gilles passe la faille par en haut, non sans avoir illuminé le dôme de karst qui déforme la galerie. C’est magnifique, et nous restons là un moment à contempler cette cathédrale en négatif. Puis il s’engage et se pose derrière l’étroiture, appareil en main pour me tirer le portrait. Je franchis donc la faille par le bas, pour être bien placé dans son viseur.

Je passe.

l'exploration, toujours synonyme d'aventure.......Photo Philippe Moya

l'exploration, toujours synonyme d'aventure.......Photo Philippe Moya

ça passe tout seul.

Sauf que….

Le fil d'Ariane, détendu dans la faille, est venu se pièger autour du robinet de la bouteille de 3 litres remplie d'air servant à gonfler vêtement sec et wing. photo de Gilles Froment ( retouchée par Philippe Moya)

Le fil d'Ariane, détendu dans la faille, est venu se pièger autour du robinet de la bouteille de 3 litres remplie d'air servant à gonfler vêtement sec et wing. photo de Gilles Froment ( retouchée par Philippe Moya)

A peine la restriction passée, je n’avance plus. Un coup de palme appuyé plus tard, je réalise que quelque chose m’a harponné… à – 60 m je me pose sur les galets, piégé… Premièrement je suis en recycleur, donc l’autonomie n’est pas un problème. Deuxièmement, avec le pourcentage d’hélium de mon diluant, je garde l’esprit clair, à l’abri des sournoiseries de Dame Narcose. Et Gilles et juste devant moi, il viendra m’aider si besoin.

rester calme est l'unique clé pour s'en sortir, sans s'agiter ou forcer. quelques secondes plus tard j'étais libéré... photo Gilles Froment corrigée par Philippe Moya

rester calme est l'unique clé pour s'en sortir, sans s'agiter ou forcer. quelques secondes plus tard j'étais libéré... photo Gilles Froment corrigée par Philippe Moya

Ma main posée sur le fil d’Ariane a compris avant ma tête : je me suis emmêlé dans le fil. Mon meilleur atout sous terre, garant de mon retour vers le soleil, vient de me jouer un coup à la « Harvey Dente -double face » adversaire coutumier du justicier de Gotham. Mais je vais garder l’impassibilité du Batman… Ce qu’on m’a enseigné, en particulier en 1998 à Cabreret (hé oui ç’est pas perdu, merci les cadres du stage ) me revient. S’Il faut couper, on coupera, sans perdre le fil et la direction de la sortie.

Mais avant d’en arriver là….. J’écarte le fil de la main gauche, bras tendu, et je me déplace vers la droite, vers le bas, puis vers la gauche…je sens bien que le fil est pris dans un robinet…. Encore un mouvement de va et vient, et l’étreinte cède…

Je me suis dégagé…

le profil de la plongée, issu de l'ordinateur. il indique 50 minutes de déco vers - 70 m, et la fonction @+5 90 minutes de palier, si nous étions restés encore 5 minutes de plus au fond....

le profil de la plongée, issu de l'ordinateur. il indique 50 minutes de déco vers - 70 m, et la fonction @+5 90 minutes de palier, si nous étions restés encore 5 minutes de plus au fond....

Le fil s’est détendu et flotte dans la faille….un vrai piège…. Il faudra le retendre au retour… Car le chrono tourne, et la décompression s’empile…. Nous arrivons vers – 70 m où une nouvelle fois je prends la pause pour le photographe. Les 9600 lumens du phare Graalmarine de Gilles m'aveuglent un peu pendant qu'il me tire le portrait, gentiment posé sur le ressaut à - 72 m.

Stéphane à - 70 m, photographié par Gilles Froment

Stéphane à - 70 m, photographié par Gilles Froment

Coup d’œil à l’ordinateur, 54 minutes de décompression affichée, et nous ne sommes pas encore à 80 m, objectif de cette immersion. Nous avons trop trainé dans la descente, il faut attaquer la remontée…en faisant attention à ce fil d’Ariane baladeur que nous ne prendrons pas le temps de retendre, vu notre retard…et faute de caouèche facilement à portée de main...

de retour dans la galerie vers - 15 m.     photo  Gilles Froment

de retour dans la galerie vers - 15 m. photo Gilles Froment

une vidéo pour tenter de vous mettre dans l'ambiance: c'est encore plus beau en "live"

un selfie, par Philippe Moya

un selfie, par Philippe Moya

Remontée dans le puits et décompression sans histoire dans la vasque, si ce n’est quelques frissons pour Gilles dont le vêtement a bu la gourde….quand ce n’est pas le recycleur……. Une belle plongée néanmoins, à refaire car on ne s’en lasse pas….

Mais la suite, ce sera au Lavandou pour 4 jours au bord de la grande Bleue…. On vous racontera.

la porte vers le ciel, par Philippe Moya

la porte vers le ciel, par Philippe Moya

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur
commenter cet article

commentaires