Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 12:15

CR de la plongée souterraine du 14 février 2017 au Goul du Pont, BSA

Topo du Goul du Pont, origine plongeesout.

Topo du Goul du Pont, origine plongeesout.

Participants: Gilles Froment Philippe Moya Stéphane Simonet

 

 

 

Sauf mention contraire, toutes les images sont de Gilles Froment

"En ce jour célébrant les amoureux,rien n'arrête les recycleux".

Bien entendu ce dicton n'existe pas et vient d'être inventé pour la bonne cause...Mais pourquoi pas en faire un standard ? Quoi qu'il en soit,ce 14ème jour de février nous offrit une belle plongée, avec ou sans bulles, et l'opportunité de croiser d'anciennes connaissances.

BSA représente un site de choix pour les SP de la zone, qui souhaitent s'entrainer à la plongée sous surface non libre. Pas étonnant donc d'y croiser des collègues.

BSA représente un site de choix pour les SP de la zone, qui souhaitent s'entrainer à la plongée sous surface non libre. Pas étonnant donc d'y croiser des collègues.

En effet, sitôt arrivé, le Vallon du Tourne est rouge.... De VPL, CTU et autres VTP des différents SDIS de la zone, venus ici réaliser leurs plongées d'entrainement à la surface non libre. Savoyards et isérois se partagent donc le long serpent de la Tannerie, de la vasque au canyon au moins. Déjà un SMS mystérieux de Philippe, arrivé plus tôt, nous avait mis dans l'ambiance. Très vite des visages connus apparaissent: Thierry Rommier, Yannick Genève, et un ancien de Lyon, toujours moustachu, Michel Saad dit le Marquis, mon binôme du stage d'initiation SAL en ... 1996. Bien entendu, les bavardages s'engagent tout en déchargeant le matériel, et nous apprenons ainsi qu'un collègue CT régnant sur le lac d'Annecy en son temps, aujourd'hui retraité, est parti vivre sur une île, plaquant tous les soucis et la grisaille métropolitaine....

Philippe et Stéphane s'attaquent au déchargement du matériel, et il y en a....

Philippe et Stéphane s'attaquent au déchargement du matériel, et il y en a....

Mais les plongeurs opérationnels ont un planning chargé, il leur faut partir se restaurer et la caravane de véhicules cramoisis s'éloigne, nous laissant parés à plonger. La vasque du Grand Goul est limpide, elle n'attend que nous.

la vasque avec les relais en attente, en arrière plan un VPL prêt au départ.

la vasque avec les relais en attente, en arrière plan un VPL prêt au départ.

Voici les flacons de secours, à usage du plongeur fond et des plongeurs de soutien, attendant la mise à l'eau.

Voici les flacons de secours, à usage du plongeur fond et des plongeurs de soutien, attendant la mise à l'eau.

Philippe, bi 2 x 20 litres sur le dos, est déjà opérationnel et dépose en quelques aller-retour les 3 bouteilles d'oxygène à - 6 m: sa propre déco et 2 blocs de secours pour Gilles et moi, au cas où. Il se charge ensuite d'une 6 litres de 24/40 ( 24 % d'oxygène et 40 d'hélium) et d'une 12 litres de 33/29 qu'il déposera respectivement à - 60 et - 40m: ces blocs seront mes jokers en cas de défaillance du recycleur. En jargon technique, on parle de "bail out" ce qui, dans le langage des inventeurs du brexit, signifie "écoper", signe que la situation n'est plus idéale... Mais pas encore désespérée ! Au fond, si d'aventure je devais écoper, j'aurai sur le dos un bi 2 x 7 litres de 11/65.

Stéphane bi sur le dos et triton sur le ventre, se dandinant pour chausser les palmes

Stéphane bi sur le dos et triton sur le ventre, se dandinant pour chausser les palmes

Gilles est dans l'eau à son tour, bi 2 x 9 litres de trimix sur le dos et Joki en relais: le recycleur latéral fait son retour, enfin étanche et équipé d'un nouveau révodream, l'ancien s'étant transformé en aquarium l'été dernier.

le même enfin à l'eau, concentré sur le rituel de vérification de la machine.

le même enfin à l'eau, concentré sur le rituel de vérification de la machine.

Je m'équipe à mon tour, pris en sandwich entre mon bi et le recycleur ventral. Malgré le ciel gris, la température monte... Je décide l'aller à l'eau rapidement, saut droit comme un scubaba lambda !

S'en suit l'habituelle séance de bricolage pour placer les instruments, le casque avec les éclairages, etc.

Vers 13h 30, c'est le départ. Suivi par Gilles je glisse en douceur le long des galets jusqu'à l'étroiture à -12 m, que je passe sur le ventre les pieds en avant, ça frotte mais ça passe. J'attends mon binôme un instant puis palme tranquillement vers le puits: je suis en avance sur mon RT ( Run time, ça fait plus classe que "plan de plongée" ). Gilles par contre galère pour s'équilibrer, gérer le recycleur tout en prenant des photos....Il trouve que je vais trop vite...

Quelques instants de notre immersion, avec des images de la galerie à - 80 m. Merci à l'ASSP pour la mise à disposition de la caméra et du caisson IQ Sub.

Juste avant le puits, je croise Philippe qui remonte de - 60 m, où il a déposé mes colis. Echanges de signes et de regards, tout est OK, je peux sonder dans le puits. Egoïstement, je l'avoue, je savoure ma chute contrôlée dans la partie verticale du Goul, entièrement concentré sur mon immersion.

une image de la descente dans le puits, vers - 40 m ( capture Gopro)

une image de la descente dans le puits, vers - 40 m ( capture Gopro)

- 30, - 40 m, la PPO2 est stable, le recycleur facile à respirer grâce aux 65% d'hélium du mélange. Je croise la 12 litres de triox 33/29, rendue verticale par les pains de Klégécel© qui l'allègent, et dépasse la plateforme à - 50m. Je descends dans une faille qui s'ouvre sur le fond à - 60 m pour me laisser passer. Coup d'oeil à gauche, le fil d'Ariane qui m'avait hameçonné la dernière fois est de nouveau tendu et bien amarré. Je descends toujours, à - 70 m la galerie tourne sur elle même et s'élance vers le haut, un volume énorme se dévoile devant mes phares. Mais mon objectif est plus bas.

la roche scultée par l'eau, au fil du temps.... ( capture Gopro)

la roche scultée par l'eau, au fil du temps.... ( capture Gopro)

Déjà l'ordinateur indique un Temps Total de Sortie ( ou TTS ) de 13 minutes, avec un premier palier à - 12 m, et je n'ai pas fini la descente.... J'ai quitté la surface depuis 15 minutes, je suis dans les temps, tout va bien.

coupe du siphon, avec le passage vers - 70 m.         origine plongeesout

coupe du siphon, avec le passage vers - 70 m. origine plongeesout

Je tourne dans ce puits qui se prend pour une molécule d'ADN en hélice α, passant du nord au sud sans vertige: la galerie hésite puis se décide à sonder vers - 77 m, pour s'horizontaliser et partir vers le sud.

TTS 22 minutes, 1er palier à – 18 m, 17 minutes depuis la surface : je m'engage dans la galerie après vérification de la PPO2 toujours stable aux environs d'1,2 bar. Je palme zen, en savourant ce conduit rectiligne, qu'il me faudra moins de 3 minutes à franchir. J'arrive au dessus du puits qui chute à – 110 m.... 100 c'est un joli chiffre....Une autre fois....

l'ordinateur au début de la galerie ( capture Gopro)

l'ordinateur au début de la galerie ( capture Gopro)

Vue en plan du siphon, où l'on voit bien l'aspect torturé de la galerie.   origine plongeesout

Vue en plan du siphon, où l'on voit bien l'aspect torturé de la galerie. origine plongeesout

TTS 36 minutes, premier palier – 27 m, 20 minutes d'immersion.

Je filme le plomb "baba au rhum" posé par Gilles en 2003 au début de la galerie "Méniscus", me laisse descendre un peu dans le puits et rebrousse chemin, toujours zen, dans le silence du recycleur qui garde mon souffle captif.... Sensation d'apnée à – 80 m, délivré du chuintement des bulles et des bruits d'orgue de cathédrale des détendeurs...

Je parviens au début de la galerie où une faille s'amorce, je m'y laisse descendre un instant, la profondeur s'affiche, - 81 m.

Stéphane dans la galerie à - 80 m. ( capture Gopro)

Stéphane dans la galerie à - 80 m. ( capture Gopro)

TTS 54 minutes, premier palier – 33 m, presque 23 minutes de temps de plongée. L'ordinateur affiche également une autre information " @ + 5 = 90 minutes": si je reste encore 5 minutes de plus à 80 m, ma durée totale de palier passera à 1h 30. Jouable avec le recycleur, mais pas sûr que mes relais ( les fameux bail out, ne confondez pas avec "biloute" ) me donnent assez de gaz en cas de sortie de la boucle... Bref, c'est le moment de remonter....

la galerie, dernier palier avant la dégringolade vers 120 m.  ( capture Gopro)

la galerie, dernier palier avant la dégringolade vers 120 m. ( capture Gopro)

Je reprends un tour de manège dans l'hélice α, et tombe à – 61 m sur la 6 litres de 24/40 posée par Philippe, qui a du faire ses paliers et sortir maintenant. Je sais que Gilles m'attend plus haut dans le puits. J'attrape le bloc, le clampe à la dragonne de ma bretelle: trop léger il s'envole derrière mon dos et joue les cerfs-volants. Je le récupèrerai plus tard, dans la galerie terminale.

la remontée est toujours délicate: il faut purger le vêtement et la wing, garder la bonne vitesse, injecter de l'oxygène dans le recycleur pour parer la chute de la PPO2...

la remontée est toujours délicate: il faut purger le vêtement et la wing, garder la bonne vitesse, injecter de l'oxygène dans le recycleur pour parer la chute de la PPO2...

... récupérer les blocs de déco qui s'accumulent sur le fil d'Ariane, s'arrêter au bon moment.

... récupérer les blocs de déco qui s'accumulent sur le fil d'Ariane, s'arrêter au bon moment.

29 minutes de plongée, profondeur – 50 m, TTS 70 minutes, premier palier à – 36 m. Je remonte doucement, bien en dessous des 10 m / min requis et l'ordinateur s'impatiente, mon TTS augmente. ça ne m'inquiète pas plus que ça, et à 32 minutes d'immersion je récupère ma 12 litres de 33/29. J'apperçois Gilles du coin de l'oeil mais entre le recycleur à gérer, la wing et le volume à purger et les blocs relais qui jouent les filles de l'air, je suis occuppé !

le spectacle est pour le plongeur de soutien resté en profondeur, qui visualise le puits illuminé par les phares.

le spectacle est pour le plongeur de soutien resté en profondeur, qui visualise le puits illuminé par les phares.

A partir de – 39 m les paliers s'égrènent, il me faudra 13 minutes pour atteindre la lèvre du puits à – 18 m, laissant le temps à Gilles de prendre des photos.

coup de pouce de la nature, la remontée le long de la galerie de - 18 à - 12 m correspond presque au profil de déco.

coup de pouce de la nature, la remontée le long de la galerie de - 18 à - 12 m correspond presque au profil de déco.

51 minutes de plongée, TTS 61 minutes, profondeur – 16 m. Je me bagarre un peu avec mes relais trop légers, et fini après quelques contortions à tout récupérer...

je regarde mes relais trop légers qui cherchent la surface....

je regarde mes relais trop légers qui cherchent la surface....

on a le temps de gérer le recycleur, et d'admirer les flaques de mercure qui se figent au plafond...

on a le temps de gérer le recycleur, et d'admirer les flaques de mercure qui se figent au plafond...

le profil de la plongée.

le profil de la plongée.

Un autre monde....

Un autre monde....

bagarre traditionnelle pour sortir à - 12 m

bagarre traditionnelle pour sortir à - 12 m

Je croise bientôt les pompiers en entraînement qui font l'aller retour au puits: je les vois passer alors que je suis au palier, et les revois sortir alors que j'y suis toujours.... J'arrive à l'étroiture à – 12 m au bout d'une heure de plongée, et je m'y coince une fois de plus: mon ange gardien m'aide à passer la restriction, et je m'installe à – 6 m, dans le ballet incessant des pompiers PSNL. Il me reste 43 minutes de décompression que je transforme en 29 minutes en augmentant la PPO2 dans le recycleur à 1,4 bar, voir un peu plus....Dé-saturant en silence, j'attends...

- 6m, avec un bouquet de bouteilles de décompression.

- 6m, avec un bouquet de bouteilles de décompression.

30 minutes de décompression finale à 1.5 b de PPO2.

30 minutes de décompression finale à 1.5 b de PPO2.

Emersion sans problème après 106 minutes de plongée, dont 75 de décompression. J'aurais consommé 150 litres d'oxygène, dilués par 140 litres de diluant trimix 11/65, et 180 litres d'air injectés dans le vêtement et 120 dans la wing, soit moins de 600 litres de gaz pour plus d'une heure et demi de plongée.

Sortie de l'eau sous le regard des SAL...

Sortie de l'eau sous le regard des SAL...

Plongée qui ne fut possible que grâce à la dream team, sans elle point de salut !

 

- Merci à Philippe pour le portage millimétré des relais

- Merci à Gilles pour la fabrication des mélanges et le passage de l'étroiture

- Merci à Alex et Bertrand ( M3S) pour avoir fabriqué le Triton, mini par la taille mais maxi pour l'exploration ;)

Compact man, où comment gérer l'ingérable....  ( photo Philippe Moya)

Compact man, où comment gérer l'ingérable.... ( photo Philippe Moya)

Le Vallon du Tourne a retrouvé son calme. A la tannerie, il y a quelques jours, Alex Fox et Clément Chaput ont poursuivi l'exploration du siphon de quelques dizaines de mètres à – 240 m de fond.

L'Aventure continue.

BSA: un Triton sous le pont

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur
commenter cet article

commentaires