Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 15:48
Jeu de reflets sur la surface des eaux paisibles du Bourget

Jeu de reflets sur la surface des eaux paisibles du Bourget

CR de la sortie au Lac du Bourget, 17 mars 2017

Participants : Gilles Froment & Stéphane Simonet

 

 

Sauf mention contraire, toutes les images sont de Gilles Froment

Garde nocturne rendant obligatoire un retour décent sur Lyon, il nous fallait choisir, pour une immersion rapide, un terrain de jeu proche et facile d’accès. Le tombant de Châtillon fut donc choisi, d’abord parce cela faisait longtemps qu’on y avait pas trempé les palmes (8 mars 2016) et ensuite parce qu’on avait envie d’évoluer en équilibre sur cette falaise noyée d’émeraude.

Hélas……

Beaucoup de matériel pour un simple binôme....

Beaucoup de matériel pour un simple binôme....

La remorque, gavée de matériel à tel point que le coffre renonce à se refermer, arrive au contact du muret cachant la petite plage, point de départ habituel des plongeurs lacustres du secteur. Le bi bouteilles de Gilles, accusant un embonpoint sérieux de plus de 50 kg ( le bi, pas Gilles…) la rejoint presque aussitôt, sanglé sur un chariot à roulettes qui grimace sous la charge ( et ça fait peur, un chariot qui grimace…..)

61 kg pour être exact, ce bi est un scaphandre spécial ex haltérophile....

61 kg pour être exact, ce bi est un scaphandre spécial ex haltérophile....

Soleil, ciel bleu et eau claire annonce une belle plongée et très vite le foutoir, pardon le matériel se répand sur la plage :

Bouteilles et propulseur au soleil sur la plage.

Bouteilles et propulseur au soleil sur la plage.

  • Pour Gilles, bi 9 de trimix avec les 3 litres sanglées dessus pour alimenter recycleur Joki et vêtement étanche, et une 10 litres de Nitrox 32 pour la sécurité.

  • Pour Stéphane, bi 7.5 avec les 3 litres aussi (pas de jaloux) , Triton et une 6 litres de 24/40 pour la déco en ouvert

  • A cela s’ajoutent une 10 litres de Nitrox 99 ( ben de l’oxygène pur, allo quoi….) une bouée de balisage surface avec corde et gueuse et le propulseur Bonex avec la Gopro dessus, on va faire des images ! ( ça on y croyait )

Une courte vidéo pour vous mettre dans l'ambiance, soyez indulgent ......

Il fait chaud....et ce flexible, il est où ?...... mais bon, il fait chaud.....

Il fait chaud....et ce flexible, il est où ?...... mais bon, il fait chaud.....

Pour une fois qu’on part léger (rigolez pas dans le fond, je vous vois !) nous sommes vite prêts et donc vite à l’eau. Gilles empoigne le Bonex et nous tracte jusqu’au tombant. Arrêt à la pointe pour déposer l’oxy à – 6 m sous la bouée de signalisation. Je vais magnifiquement soulever un immense nuage de touille durant cette opération, on a failli se perdre avec Gilles. Tiens ça commence……

Le sourire retrouvé dans l'eau fraiche ( 7°C )

Le sourire retrouvé dans l'eau fraiche ( 7°C )

Stéphane gère l'équipement, respirant déjà sur la boucle. La bouée permet d'accrocher du matériel.

Stéphane gère l'équipement, respirant déjà sur la boucle. La bouée permet d'accrocher du matériel.

Sortis du brouillard vaseux, c’est reparti à 2 sur le brave Bonex et nous voilà derrière le tombant, y’a plus qu’à… je récupère le loco équipé de la caméra, et on attaque la descente, objectif – 65 m avec plein de belles images à la clé….

Descente dans la touille et l'obscurité qui s'empare du tombant.

Descente dans la touille et l'obscurité qui s'empare du tombant.

Début de la chute dans une eau chargée, probablement causée par la touille soulevée en partant, pourtant on a fait gaffe. Plus on descend plus la lumière du jour s’enfuie, plus la visibilité se réduit. L’eau est chargée de particules, les phares vidéo ne provoquent qu’un halo aveuglant, les photons cognant dans tous les sens sur les suspensions. – 40 m, on sent que c’est raté pour les images, on passe les phares en mode explo et des lasers dignes de Stars War peinent à déchirer l’obscurité.

Stéphane au fond, à la jonction vase / tombant.

Stéphane au fond, à la jonction vase / tombant.

-54 m, on atterrit sur le sommet de la pente de vase, on se laisse glisser de quelques mètres pour voir mais c’est sans appel : on y voit….pas grand-chose… Entre nos phares, les suspensions et la touille qui monte (ou qui descend ? je ne sais plus….) pas facile de se repérer…. Béni soit le trimix 11/65 qui se répand dans la boucle du recycleur, à l’air, ce serait rock’n’roll (hommage au grand Chuck Berry, en passant) et limite dangereux….ça me rappelle d’ailleurs une plongée sur ce même tombant dans des conditions similaires, il y a des années, qui faillit mal tourner…. On vous racontera un jour……

Gilles sur Joki, nageant dans une émeraude liquide  ( extarit Gopro)

Gilles sur Joki, nageant dans une émeraude liquide ( extarit Gopro)

On passera quand même plus de 10 minutes sous 50 m pour pister l’eau claire, en vain. A 15’ de déco affichées sur les ordinateurs on amorce une remontée tranquille, 1er palier à – 21 m.

Déco cool dans la zone des 6 m, le Joki est bien visible      ( extrait Gopro)

Déco cool dans la zone des 6 m, le Joki est bien visible ( extrait Gopro)

A part un bélier coincé dans la roche, et ce que je pense être un brochet qui fila tel un missile lorsque je récupérais la bouteille d’oxy, pas grand-chose à voir aujourd’hui. Mais qu’importe, les recycleurs n’ont pas fait de blague et le plaisir d’être sous l’eau était présent.

Narcose ? pas possible sous hélium... un plongeur farceur a laissé son bélier sur la roche

Narcose ? pas possible sous hélium... un plongeur farceur a laissé son bélier sur la roche

L’essentiel était donc là !

Prochain épisode sous la tour de l’ile d’Or, au bord de la Grande Bleue où l’eau sera plus claire……

fin de plongée, il faut sortir, à nouveau lourd sous le poids du matériel.

fin de plongée, il faut sortir, à nouveau lourd sous le poids du matériel.

le profil de plongée

le profil de plongée

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur
commenter cet article

commentaires