Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 13:21
la Tannerie ne coule plus vers le lavoir de Bourg St Andéol, soleil torride et ciel bleu obligent !        photo Stéphane Simonet

la Tannerie ne coule plus vers le lavoir de Bourg St Andéol, soleil torride et ciel bleu obligent ! photo Stéphane Simonet

CR de la sortie en plongée souterraine du 20 juin à BSA, Goul du Pont

Participants : Gilles Froment Philippe Moya Stéphane Simonet

 

Sauf mention contraire, les images sont de Gilles Froment.

l'eau dans la vasque du pont n'en finit plus de descendre....

l'eau dans la vasque du pont n'en finit plus de descendre....

A 2 jours de la date anniversaire de l’appel d’un général entré dans l’Histoire, et sous un soleil brûlant asséchant les sources du Vallon du Tourne, nous avons décidé d’investir à la fois la longue et sinueuse Tannerie pour Philippe, l’insondable Goul du Pont pour Gilles et votre serviteur. L’immersion ambitieuse prévue ce jour-là fut revue sagement à la baisse, fatigue et canicule rendant périlleuse la mise en place d’une plongée trop lourde…Ce sera pour une autre fois…..

Qu’importe le plaisir fut au RDV.

il reste un peu d'eau jaillissant du pompage du Pont, pour alimenter la petite rivière où les batraciens pataugent.

il reste un peu d'eau jaillissant du pompage du Pont, pour alimenter la petite rivière où les batraciens pataugent.

toujours souriant, voici Philippe qui arrive à la Tannerie     photo Stéphane Simonet

toujours souriant, voici Philippe qui arrive à la Tannerie photo Stéphane Simonet

C’est vers 11h du matin, résultat du retard causé par les bouchons matinaux à la sortie de Lyon, que le trio se retrouve au bord des vasques, d’aspect peu reluisant il est vrai : la chaleur mène son offensive et l’eau ne coule plus, le miroir clair et luisant est devenu une boutasse verdâtre peu ragoutante à la Tannerie, et le pont, moins atteint certes ne vaut guère mieux…. L’étiage approche, il faut en profiter vite et retrouver la promesse d’une eau limpide plus loin dans la galerie.

l'eau de la Tannerie vire au vert, telle la piscine abandonnée d'un hôtel moribond.....

l'eau de la Tannerie vire au vert, telle la piscine abandonnée d'un hôtel moribond.....

Philippe ira à la Tannerie collecter du sable, Gilles et moi au pont pour graver dans les cartes mémoires films et photos. A l’ombre sous le pont nous déballons la panoplie du plongeur spéléo, bulleur ou furtif.

Joki bi et relais attendent dans la vasque, au pied de l'échelle.

Joki bi et relais attendent dans la vasque, au pied de l'échelle.

le photographe est toujours là où on ne l'attend pas, pour dénicher la belle image      photo Stéphane Simonet

le photographe est toujours là où on ne l'attend pas, pour dénicher la belle image photo Stéphane Simonet

Le bi 20 est le premier dans la mare à canard de la Tannerie et Philippe s’engage dans la galerie le premier. Je lui cède donc le clavier pour qu’il nous raconte sa plongée :

sous un soleil de plomb, Philippe garde le sourire malgré l'effet cocotte minute du vêtement étanche     photo Stéphane Simonet

sous un soleil de plomb, Philippe garde le sourire malgré l'effet cocotte minute du vêtement étanche photo Stéphane Simonet

« J'avais observé, lors de ma précédente plongée à BSA quelques dépôts de sable qui auraient bien plu à une ami arénophile.... et je n'avais pas de récipient... je m'étais promis de revenir.

 

Je suis donc parti pour effectuer la boucle, CAD, faire la galerie inférieure à l'aller, et la sup au retour. Car j'avais repéré un dépôt de sable sur une cassure du sol de la galerie vers 400m. de l'entrée.

 

L'idée étant de faire l'inverse que la dernière fois où j'avais tout d'abord emprunté la galerie sup et revenu par l'inférieure.

ça va mieux dans l'eau, même crapoteuse !      photo Stéphane Simonet

ça va mieux dans l'eau, même crapoteuse ! photo Stéphane Simonet

Incertitude : le niveau de l'eau vers la baïonnette juste avant le canyon.... prévoyant une marche sur les coudes et les genoux,, je me suis équipé d'une sur combi et de gants. Heureusement, pas eu besoin, le niveau étant juste suffisant pour flotter à quelques cm de la roche.... génial.

le spéléonaute est enfin paré, tel un cosmonaute des abysses....         photo Stéphane Simonet

le spéléonaute est enfin paré, tel un cosmonaute des abysses.... photo Stéphane Simonet

.... enfin presque, car il y a toujours un truc qui va pas........

.... enfin presque, car il y a toujours un truc qui va pas........

Steph, gentiment vient m'aider à finir de m'équiper, la chaleur m'ayant inspiré un habillage au tout dernier moment devant la vasque.

 

Il me fermera mon vêtement, et m'aidera à accrocher divers équipements qui bien évidement ont une fâcheuse tendance à se fourrer là où mes mains ne pourront pas les dénicher.

mais cette foisn c'est parti !       photo Stéphane Simonet

mais cette foisn c'est parti ! photo Stéphane Simonet

La vasque est plutôt chaude, exposée en plein soleil (vous avez dit canicule ?), mais dès que je descends vers l'étroiture d'entrée.... Brrrr, la différence est nette, on passe de plus de 20° à 14/15°......

 

Aller donc doucement, en me tractant sur les mains, grâce aux gants, mes empreintes digitales resteront intactes pendant toute la plongée.

 

Je progresse lentement, tout en jetant des coups d'oeil de droite et de gauche, la roche est toujours aussi magnifique.

 

J'arrive à l'étiquette 400.... Ayant croisé deux tubes bleus des forages qui permettent à la ville de BSA de s'alimenter en eau.

 

Je sais que le carrefour est derrière moi et que je l'ai dépassé... il n'est pas facile de le voir en venant de la galerie inférieure, car la supérieure arrive au plafond, et n'ayant pas d'yeux sur la nuque..... Donc au retour, je regarde bien la voûte et en effet, le départ est là, magnifique... et le tas de sable également se trouve juste sous mes yeux, une simple cassure du sol dans laquelle le courant se brise, et abandonne les grains de sable, je remplis mon petit bidon de prélèvement, visible sur les photos de Steph et Gilles.

juste au dessus du bras  droit de Philippe, on devine le flacon blanc pour les prélèvements.....photo Stéphane Simonet

juste au dessus du bras droit de Philippe, on devine le flacon blanc pour les prélèvements.....photo Stéphane Simonet

Je monte par une grosse lucarne en plafond dans la galerie supérieure.... de loin en loin des bulles sortent du sol ! ? C'est mon propre gaz expiré quelques minutes auparavant qui s'infiltre dans le plafond de la galerie inférieure qui se trouve là juste sous moi.... amusant, insolite, mais je n'ai pas d'appareil... tant pis, je range l'image dans mon disque dur cérébral.

 

Retour tranquille, je profite de la vue, je revisite quelques petites cheminées qui débouchent toutes à l'air libre, ne pas ôter son détendeur de la bouche, l'air est sous pression et c'est donc de l'air qui ne se renouvelle pas, que sais-je de sa composition, beaucoup de CO2 ? Je ne prends pas de risque, je garde le détendeur en bouche.

l'eau a vaincu la roche, forcé le passage nous offrant ce spectacle.

l'eau a vaincu la roche, forcé le passage nous offrant ce spectacle.

Ambiance étonnante, échos de mes bulles, de mes mouvements à la surface, je cherche la voûte.... rien que de la roche....

 

Presque sorti, sur la gauche, le puits Knab, un puits qui débouchait sous la voie ferrée, pour preuve les quelques morceaux de matériel ferroviaire qui traînent et rouillent au sol.... une magnifique marmite de géant... je me rince les yeux...

 

Il faut sortir malgré tout. La vasque m'accueille avec son eau trouble, remplie de filaments herbeux, et sans doute un véritable bouillon de culture.... cette eau ne se renouvelle plus et les canards et autres pigeons y font leurs besoins ...... beurk..... Vaccins à jour obligatoires...

il est temps pour nous de plonger, l'oxygène pour les paliers et mes relais s'impatientent.

il est temps pour nous de plonger, l'oxygène pour les paliers et mes relais s'impatientent.

Je ressors de l'eau grâce à la petite échelle, personne pour m'aider, je traverse le jardin chargé comme un âne, et vais vers le Goul du pont pour déposer mes affaires au plus près de ma voiture..... Quelques aller et retour, et c'est fait, je mange.... et attends mes deux amis, qui arrivent quelques dizaines de minutes après.... une bonne plonge... malgré la chaleur. »

Stéphane dans l'ébouli d'entrée, avant l'étroiture. la lumière de jour diffuse encore...

Stéphane dans l'ébouli d'entrée, avant l'étroiture. la lumière de jour diffuse encore...

A nous maintenant !

en recycleur ventral, les relais sur le côté, ça passe tout seul !

en recycleur ventral, les relais sur le côté, ça passe tout seul !

en progression vers le puits, la main sur le fil

en progression vers le puits, la main sur le fil

Le bi 2x10 et le joki de Gilles à l’eau, mes 2 relais et la 10 litres d’oxy posés sur la marche d’habitude noyée mais aujourd’hui émergeante, il faut se livrer à un jeu rigolo : enfiler en transpirant le moins possible des sous vêtement polaire, rentrer dans le vêtement étanche, le fermer, s’agiter au minimum en endossant le harnais ou en s’équipant du bazar minimum mais indispensable, par 30°C. C’est amusant, essayer vous verrez……

chute en apesanteur dans le puits, dans le silence du recycleur

chute en apesanteur dans le puits, dans le silence du recycleur

Nous arrivons donc dans la vasque un peu en surchauffe. Gilles a la surprise de constater que son nouveau vêtement sec…Ne l’est pas tout à fait ! Rafraîchissant sur le moment et presque agréable, mais cela se paiera après 1 heure de plongée, où il faudra sortir poussé par le froid.

Nous pataugeons dans le cloaque verdâtre pour finir de s’équiper, un aller-retour pour poser le relais d’oxy à moins 6 m et mon filet pour ramasser des galets au retour (déco du jardin oblige !) et nous partons !

les relais servant de secours en cas de panne du recycleur sont bien visibles

les relais servant de secours en cas de panne du recycleur sont bien visibles

Dés – 6m l’eau redevient claire, la plongée sera belle. La galerie de 70 m de long sera parcourue lentement pour autoriser les prises de vue, le puits se descendra dans un train de sénateur somnolent, et la descente s’arrêtera vers – 50 m. Gilles frigorifié fera quelques images avant d’amorcer la remontée, et quand à moi j’y traînerai un peu avant de le rejoindre, sans précipitation.

en route vers le fond, qui aujourd'hui sera à - 50 m.

en route vers le fond, qui aujourd'hui sera à - 50 m.

voici la plateforme à - 50 m, où Gilles déchaine son appareil photo

voici la plateforme à - 50 m, où Gilles déchaine son appareil photo

autant l'eau est glauque dans la vasque autant elle est transparente dans la galerie

autant l'eau est glauque dans la vasque autant elle est transparente dans la galerie

L’eau claire et la puissance des éclairages éclairant la suite me pousse à descendre un peu plus, mais les 80% d’azote de mon mélange me poussent à la prudence. Les mélanges riches en gaz solaire autorisant à ouvrir la porte des profondeurs sont prêts, les «  bail out » riches en oxygène aussi, les tables moulinées par le logiciel de déco sont calées, il suffira de revenir avec l’équipement adapté pour glisser un peu plus bas sans prendre de risque.

fin de l'immersion, nous amorçons le retour

fin de l'immersion, nous amorçons le retour

RDV pris pour la prochaine fois….

Stéphane consulte ses paramètres sur l'ordinateur, 21 minutes de déco seront nécessaires pour sortir

Stéphane consulte ses paramètres sur l'ordinateur, 21 minutes de déco seront nécessaires pour sortir

Je retrouve Gilles en haut du puits, quelques images dérobées à la rivière plus tard nous franchissons l’étroiture et attaquons la décompression que je passerai à récolter mes galets.

l'érosion de la roche, toujours superbe !

l'érosion de la roche, toujours superbe !

telle une flaque de mercure à l'envers, cette bulle d'air glisse sur la roche, nous offrant un éphémère jeu de miroir

telle une flaque de mercure à l'envers, cette bulle d'air glisse sur la roche, nous offrant un éphémère jeu de miroir

Sortis sans problème après 1h 15 d’immersion, où nous retrouvons l’ami Philippe tout sourire qui nous aidera à sortir le matériel de la vasque en déroute qui a encore perdu 10 cm depuis notre départ….

ne jamais perdre le fil, garantie du retour sous le soleil

ne jamais perdre le fil, garantie du retour sous le soleil

Bonne et chaude journée en Ardèche, il faut désormais penser à l’AG et aux vacances….

encore un pei de décompression, et ce sera l'émersion

encore un pei de décompression, et ce sera l'émersion

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur
commenter cet article

commentaires