Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 18:56

CR de la sortie au lac du Bourget du 8 octobre 2020

Participants: Sylvain Dupuy Gilles Froment Stéphane Simonet

 

Sauf mention contraire les images sont de Gilles Froment

lac, brume et montagne....

lac, brume et montagne....

Encore une fois, entre la météo capricieuse et nos emplois du temps compliqués, cette sortie n'était loin d'être garantie. Mais les pluies qui ressortaient en crue dans les siphons firent une pause au profit du soleil ( une pensée pour tous les sinistrés du 06), les RTT tinrent bon, et, bien que masqués tel Zorro, nous avons pu faire voiture commune jusqu'au lac de Lamartine.

oui, nous avons un peu de matériel....

oui, nous avons un peu de matériel....

encore un peu de brume au loin

encore un peu de brume au loin

Et là, surprise, il y a du monde, le parking d'approche est déjà plein, la remorque posée devant le restaurant et gavée de matériel, il faut garer la voiture dans le pré aménagé à l'entrée du hameau. Déjà des plongeurs se préparent...

 

Avec Sylvain je pousse la remorque en surpoids jusqu'à la plage, pendant que Gilles gare la voiture et prend des photos, infatigable.

...heureusement la ramorque est là, accessoire indispensable aux plongeurs lacustres.

...heureusement la ramorque est là, accessoire indispensable aux plongeurs lacustres.

Sur le muret, le binôme aperçu en arrivant est presque prêt, nous aidons à brancher un câble là et à clamper un mousqueton ici. Puis nous déchargeons notre matériel pour préparer la plongée, et il y en a:

 

- pour Sylvain, bi 9 dorsal à l'air et une déco oxygène

 

- pour Stéphane, Triton ventral, relais 6 et 4 litres air

 

- pour Gilles, Joki latéral, 3 litres oxy - 8,5 litres de diluant trimix 15/50 - 8,5 litres de Nitrox 32 - 11 litres d'oxygène, le tout tracté par le propulseur Bonex. C'est un test de config lourde, vous l'aurez compris.

de la remorque, le matos passe sur le muret...

de la remorque, le matos passe sur le muret...

...puis sur la plage !

...puis sur la plage !

on note la bouée réglementaire qui permettra de signaler notre présence en plongée

on note la bouée réglementaire qui permettra de signaler notre présence en plongée

au boulot !

au boulot !

Je monte le Bonex, qui refuse de démarrer.... Cela me contrarie au plus haut point, ce qui n'échappe pas à Sylvain:

 

- " laisse, je regarde...."

au tour du loco de sortir de la remorque.

au tour du loco de sortir de la remorque.

Satanée machine qui refuse de démarrer !

Satanée machine qui refuse de démarrer !

L'ancien mécanicien qui parle ! Il identifie la panne en 2 minutes, et la répare en un peu moins de 15.... Ma contrariété s'envole, et mes bordées de jurons cessent..

Heureusement, Mc Gyver Dupuy trouve la panne !

Heureusement, Mc Gyver Dupuy trouve la panne !

Il est midi, tout est prêt, et nous décidons d'aller manger au bar de la plage avant de plonger. Excellent repas pris au soleil devant le lac et les montagnes, y'a pire comme cantine....

enfin prêt, le Bonex      photo Stéphane Simonet

enfin prêt, le Bonex photo Stéphane Simonet

y'a pire comme panorama pour déjeuner...   photo Sylvain Dupuy

y'a pire comme panorama pour déjeuner... photo Sylvain Dupuy

Bon, mais nous sommes là pour plonger, quand même ! Le café bu, nous revêtons nos tenues de plongeur lacustre, à savoir polaire et vêtements étanches, pour affronter les 6°C qui nous attendent en profondeur. Briefing et consignes calés, je mouille la bouée de surface réglementaire en progressant par le fond, puis, plomb largué à 4m 50, je rejoins Gilles et Sylvain qui m'attendent à la pointe.

 

Stéphane se prépare à l'immersion, Triton sur la poitrine.

Stéphane se prépare à l'immersion, Triton sur la poitrine.

Derniers échanges, et c'est parti ! Gilles chargé de matériel passe devant, tracté par le Bonex réparé par Sylvain. Heureusement, car c'est un outil quasi indispensable pour le plongeur mélange encombré de blocs.

 

serait ce la narcose ?   un ange veille sur nous .....

serait ce la narcose ? un ange veille sur nous .....

La visibilité est déplorable, d'autant qu'inévitablement nous soulevons une avalanche de touille en décollant du tombant. Descente prudente jusqu'à – 20 m où la visibilité s'améliore. Concertation rapide, on descend ! Sylvain coupe ses éclairages, s'écarte du tombant et contrôle sa descente en profitant de mon éclairage. Gilles glisse doucement vers les 40 m, en contrôlant la flottabilité de l'étanche, de la bouée dorsale, du recycleur, et en pilotant le propulseur....

Sylvain au premier plan, on devine Stéphane dans l'ombre...essai artistique du photographe en N&B...

Sylvain au premier plan, on devine Stéphane dans l'ombre...essai artistique du photographe en N&B...

Technique, vous avez dit technique ...? La plongée en lac, c'est un jeu d'équilibriste..... Mais heureusement, Gilles n'a que 35 % d'azote dans sa boucle de recycleur, soit une Pression Partielle d'azote de 1 bar 75....Ca ne vous parle peut être pas mais cela équivaut à une profondeur de 12 m à l'air... il est donc sacrément moins narcosé que nous !

une perche, perdue dans le vert....

une perche, perdue dans le vert....

Je passe en tête, pour éclairer le tombant qui plonge désormais verticalement vers le fond. Nous évoluons dans un encrier noir, stocké au frigo: 6°C, et un horizon désormais dirigé du haut vers la bas: la ligne de la roche....

un brochet à l'affût dans l'herbier, débusqué pendant le palier

un brochet à l'affût dans l'herbier, débusqué pendant le palier

Mais nous avons l'habitude de cette ambiance, et chacun soigne son équilibrage, surveille ses paramètres et son voisin du coin de l'oeil, en évitant de lui mettre son éclairage en pleine figure...

dégradé de vert, typique du lac.....

dégradé de vert, typique du lac.....

Après 15 minutes d'évolution, nous amorçons la remontée, chacun bien concentré sur sa vitesse, gérant les purges des volumes et des stabs comme un musicien ses touches de piano. Arrivés dans la zone des 15 m, tout le monde est là mais la visibilité redevient....aléatoire.....

la plage de Châtillon où nous sortons de l'eau

la plage de Châtillon où nous sortons de l'eau

Malgré nos efforts, immanquablement nous finissons par nous perdre dans la touille, où la visibilité n'excède pas 2m. Au cap de la boussole, nous nous dirigeons cependant de concert vers la plage, en croisant quelques brochets au passage.

le profil de la plongée

le profil de la plongée

Gilles plongeur heureux, tout a fonctionné !     photo Sylvain Dupuy

Gilles plongeur heureux, tout a fonctionné ! photo Sylvain Dupuy

Stéphane, en mode "nagcombe" à la sortie de l'eau tout aussi content    photo Sylvain Dupuy

Stéphane, en mode "nagcombe" à la sortie de l'eau tout aussi content photo Sylvain Dupuy

Retrouvailles sur la plage, où chacun raconte son palier au milieu des poissons, car ils étaient au RDV entre 0 et 10 m. Nous sortons le matériel de l'eau, toujours sous le soleil.

le trio en fin de journée. Une photo qui revient de loin, la dame charmante qui nous photographia nous reprocha d'abord de monopoliser tout l'espace... mais tout s'arrangea !!

le trio en fin de journée. Une photo qui revient de loin, la dame charmante qui nous photographia nous reprocha d'abord de monopoliser tout l'espace... mais tout s'arrangea !!

le lac en fin d'après midi

le lac en fin d'après midi

En conclusion, une excellente journée, avec un repas convivial, une belle plongée et le plaisir de se retrouver entre amis pour partager une passion commune. Comme dirait Georges:

 

- "What's else ?"

un avant gout du sud ?     photo Sylvain Dupuy

un avant gout du sud ? photo Sylvain Dupuy

Partager cet article
Repost0

commentaires