Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2022 2 27 /09 /septembre /2022 16:50
Compte rendu de la sortie ASSP à Agay, du 23 au 25 septembre 2022
déboires météorologiques et résilience associative

Participants:  Gilles Froment    Jérôme Froment   Pascal Meygret  Lara Meygret   Pascal Dreux     Leana Dreux   Alexandre Simonet    Alain Giraud   Hervé Lichtfouse   Philippe Moya   Edgar Royon   Florence Royon   Maryline Gueydon   Patrick Clerc    

Accompagnants:  Isabelle Froment    Clémence Dreux    Anne-Lise Dreux  Mady Moya    Magali Iti   Pierre-Alexandre Gueydon   

GO: Stéphane Simonet

Supports logistiques et subsistance: Odile Meygret   Françoise Lichtfouse

Sauf mention contraire, les images sont de Gilles Froment

l'ASSP Plongée à Agay, photo Isabelle Froment

l'ASSP Plongée à Agay, photo Isabelle Froment

On ne change pas une formule qui fonctionne, on l'améliore..... Camping idéalement placé, structure aux petits soins et carrée sur la sécurité, sites de plongée riches, l'ombre qui restait sur notre tableau était la restauration, l'unique gargotte du site  servant des plats beaucoup trop riches en lipides à notre gout..... Heureusement, Isabelle, Odile et Françoise se proposèrent pour gérer la partie gastrique du WE, ce qui n'est pas une mince affaire avec 15 plongeurs affamés.....D'autant que nos 3 drôles de dames ne furent que 2, Isabelle victime d'une cascade estivale mal maitrisée ne pouvant fournir qu'un soutien moral fort apprécié d'ailleurs ( et j'oublie la vaisselle !!). Grand merci à elles, pour une gestion sans faille des appétits pantagrueliques du groupe....

12 plongeurs.

C'est le nombre d'afhérents fin prêts pour cette première plongée du séjour. Sur le semi rigide les blocs chargés d'air ou de nitrox 32 s'entassent sur les racks, les plombs se perdent et se retrouvent, les palmes se coincents et les bonbons Haribo se dissimulent à l'abri d'un bidon étanche.

sur la plate forme d'Agathonis, Florence se prépare, Jérôme prend la pause et Pascal farfouille dans son sac...

sur la plate forme d'Agathonis, Florence se prépare, Jérôme prend la pause et Pascal farfouille dans son sac...

Je compte mes ouailles tel un pasteur subaquatique n'espérant laisser s'égarer aucune brebis, quand un chant guilleret vient chatouiller mes oreilles:

" Ti la li ti la laaaaaa"

Pas de doute, c'est Christine notre pilote qui arrive pour le briefing. Et nous y aurons droit à chaque plongée, le site sera détaillé, expliqué, schémà à l'appui, avec rappel des règles de sécurité. Et ça, ça nous plait bien à l'ASSP....

Christine au briefing, de gauche à droite, Jérôme, Pascal, Lara, Philippe et Maryline

Christine au briefing, de gauche à droite, Jérôme, Pascal, Lara, Philippe et Maryline

et le reste de la troupe, Odile, Alain, Stéphane, Hervé, Patrick, Gilles et Edgar   photo Isabelle Froment

et le reste de la troupe, Odile, Alain, Stéphane, Hervé, Patrick, Gilles et Edgar photo Isabelle Froment

Il fait (encore) beau, profitons en ! Le semi rigide sort de l'Agay, traverse la baie du même nom avant d'orienter la proue vers l'Italie. Nous n'irons pas si loin, mais au moins jusqu'au cap Roux, dans une mer un peu hachée qui finira par donner mal au coeur à certains, surtout quand le bateau se mettra en travers des vagues.

c'est le départ vers le cap Roux, photo Isabelle Froment

c'est le départ vers le cap Roux, photo Isabelle Froment

déboires météorologiques et résilience associative
Florence, Jérôme, Pascal et Lara sur tribord

Florence, Jérôme, Pascal et Lara sur tribord

Maryline, Hervé, Alain et Philippe sur babord

Maryline, Hervé, Alain et Philippe sur babord

la baie d'Agay, y'a pire comme endroit pour un WE.....

la baie d'Agay, y'a pire comme endroit pour un WE.....

A force d'aider de ci de là, j'ai un peu chaud dans mes 7 mm de néoprène...Et mon oreille interne s'impatiente...... Patrick et Philippe sont déjà dans l'eau, je boucle la stab et bascule le dernier de façon peu académique pour rejoindre ma palanquée.

Le sommet de la roche est juste là, elle sonde rapidement vers le fond noyée de castagnoles fébriles, pistées par les dentis et les sérioles. Echange de signes OK conventionnels, et nous partons vers le fond.

Hervé en chute libre vers le fond

Hervé en chute libre vers le fond

en parlant de sériole, Seroila dumerili, en voici une ! ce prédateur pélagique peut mesurer jusqu'à 2 m !

en parlant de sériole, Seroila dumerili, en voici une ! ce prédateur pélagique peut mesurer jusqu'à 2 m !

L'eau est à 24°C, pas extraordinairement claire, mais largement assez pour apercevoir des silhouettes massives tourner sur le fond sableux qui prend le relais de la roche vers - 28 m. Les mérous sont au RDV, peu méfiants, habitués sans aucun doute aux extra merrestres bruyants et cracheurs de bulles qui passent furtivement dans leur univers. Les castagnoles dansent, les saupes passent en rangs serrés pour brouter leur pitance sur la roche.

les saupes, Salpa salpa, se trouvent jusqu'à 20 25 m de profondeur environ. c'est le principal herbivore de la Méditerranée.

les saupes, Salpa salpa, se trouvent jusqu'à 20 25 m de profondeur environ. c'est le principal herbivore de la Méditerranée.

Lara passe au travers du banc, en admirant les couleurs de ce poisson qui est parfois à l'origine d'intoxication alimentaire avec syndrome hallucinatoire. mais il n'est toxique que quelques mois dans l'année, en fonction des algues ingérées. Rassurez vous, en France, vous n'en trouverez pas sur l'étal du poissonnier.

Lara passe au travers du banc, en admirant les couleurs de ce poisson qui est parfois à l'origine d'intoxication alimentaire avec syndrome hallucinatoire. mais il n'est toxique que quelques mois dans l'année, en fonction des algues ingérées. Rassurez vous, en France, vous n'en trouverez pas sur l'étal du poissonnier.

Nous sommes sous 4 bars de pression absolue, l'azote, avec 3.2 bars dans nos poumons diffusent inexorablement vers nos tissus, et nos ordinateurs jonglent avec les algorythmes pour nous remonter en sécurité vers la surface. L'aiguille du mano vient de se caler sur 150 bars, on a le temps....

Voici une ascidie rouge,  ou halocynthia papillosa. ce tunicier craint la lumière, et on peut le trouver jusqu'à 100 m de profondeur. sa"tunique" contient des molécules antifouling, qui lui permettent de rester toujours impeccable, sans concrétion.

Voici une ascidie rouge, ou halocynthia papillosa. ce tunicier craint la lumière, et on peut le trouver jusqu'à 100 m de profondeur. sa"tunique" contient des molécules antifouling, qui lui permettent de rester toujours impeccable, sans concrétion.

Je suis des yeux un ultime mérou, quand mon regard accroche une spirale en mouvement: une nuée de flèches d'argent se met à tournoyer au ralenti devant nous, les barracudas sont là, attendus par les  plongeurs locaux depuis quelques temps. ils ne nous quitteront plus de la plongée, passant et repassant sans cesse devant nos masques: on ne peut pas se lasser de ce spectacle, impossible....

et voilà la spirale des bécunes à bouche jaune ou Sphyraena viridensis. si les juvéniles fréquentent les faibles profondeurs, les adultes, eux sont pélagiques mais fréquentent les secs en automne.   photo Hervé Lichtfouse, capture Paralenz

et voilà la spirale des bécunes à bouche jaune ou Sphyraena viridensis. si les juvéniles fréquentent les faibles profondeurs, les adultes, eux sont pélagiques mais fréquentent les secs en automne. photo Hervé Lichtfouse, capture Paralenz

les plus grands mesurent 120 cm, et ils peuvent filer à 44 km/h, autrement dit, nous laisser sur place.... photo Hervé Lichtfouse, capture Paralenz

les plus grands mesurent 120 cm, et ils peuvent filer à 44 km/h, autrement dit, nous laisser sur place.... photo Hervé Lichtfouse, capture Paralenz

Maryline prend le temps d'observer les bécunes...... Photo Hervé Lichtfouse, capture Paralenz

Maryline prend le temps d'observer les bécunes...... Photo Hervé Lichtfouse, capture Paralenz

l'ordinateur affiche les premiers paliers, les manos s'orientent du mauvais côté, il faut regagner la surface. la décompression s'effectue dans un nuage de castagnoles, girelles et autres sars. Qui a dit qu'il n'y avait plus de vie en Méditerranée ?

Philippe et Patrick regagnent le semi-rigide, ce que je m'apprête à faire également quand un phare me passe devant les yeus et file seul vers le fond, pressé de replonger, même sans son propriétaire. Canard, compensation et je file à la poursuite du rebelle. Rien à faire pour le rattrapper même en forçant sur les palmes: pour garder les tympans intacts, je le laisse prendre un peu d'avance, sans le quitter toutefois des yeux. Bien m'en prend, il se fiche dans une cavité de coralligène vers - 24 m, quasi invisible. je récupère la lampe pourtant pas balladeuse à l'origine, et rejoint tranquillement la dernière palanquée au palier. 

il ya du monde, au sommet de la roche....

il ya du monde, au sommet de la roche....

et Pascal désature, désature, désature.....

et Pascal désature, désature, désature.....

J'y tiens compagnie à Pascal, qui semble s'y plaire, au palier.... Son ordinateur lui affiche une décompression de papy asthmatique obèse et diabétique, de quoi désaturer jusqu'à Noël..... les facteurs de conservastisme, c'est bien, mais là c'est un peu trop.....

On finit par sortir et Pascal convient qu'un réglage s'impose.....

retour au camping sous le soleil, encore un peu.....

retour au camping sous le soleil, encore un peu.....

déboires météorologiques et résilience associative

Pour le repas du soir, les filles nous proposent un sommet de l'art culinaire italien, la pizza !

ça fait du bien de manger chaud, et du coup ça attire Alexandre et Pierre-Alexandre qui débarquent en début de soirée en Honda Probe, avec l'Audi de Françoise, le camp commence à ressembler à Wheeler Dealers !

bon, les dents creuses calées, il est temps de filer dormir....

le soleil se dilue sur l'horizon et l'ile dort.....

le soleil se dilue sur l'horizon et l'ile dort.....

le staccato des goutes d'eau me tire du sommeil vers 7h, juste avant le glaive de la sonnerie du portable. 

Il pleut.

c'était annoncé, et comme disait l'illustre Charles:

" Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle

sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,

et que de l'horizon embrassant tout le cercle

il nous verse un jour noir plus triste que les nuits"

on va garder le moral, malgré le ciel bas et lourd.....

on va garder le moral, malgré le ciel bas et lourd.....

N'étant pas Baudelaire, le meilleur moyen de sortie du spleen est un bon bol de café. Françoise, déjà debout, a lancé le processus de percolation à travers le filtre, et mon cerveau embrumé perçoit sans peine les effluves de caféine.

Dehors, il tombe des cordes, heureusement sans les instruments qui vont avec. La journée s'annonce humide....

Pascal, Anne-Lise, Léana et Clémence nous rejoignent pour le petit déjeuner, et j'aperçois également Magali la fille de Philippe qui est venue passer la pluvieuse journée avec nous. Clémence est enrhumée et ne plongera pas, je bidouille la feuille de palanquée.

Malgré l'ambiance grise du jour qui peine à se séparer de la nuit, malgré la pluie tout le monde est là, sauf Lara qui prend son joker sur cette plongée helvétique, puisque nous irons sur le Sec des Suisses, un peu avant l'ile d'Or.

une cartographie générale des sites de plongée du Dramont

une cartographie générale des sites de plongée du Dramont

Christine nous fait le briefing à l'abri du barnum à côté du quai, tout est prévu décidémment ! la roche culmine à 3 m sous la surface, et descend vers - 28 m. Au nord, une faille sépare une autre roche oblongue qui remonte vers -12m, tandis qu'au sud nous attend une roche plus importante orienté est-ouest culminant à - 10 m, cachant un dernier cailloux de - 38 à - 30 m. 

Il y en a pour tout les gôuts et ça tombe bien, certains d'entre nous étant à limité à évoluer sur 20 de profondeur pour le moment.

déboires météorologiques et résilience associative
des corbs,  Scianea umbra. ces poissons magnifiques sont protégés par un moratoire depuis 2014. Les juvéniles présentent des nageoires pelviennes noires et surdimensionnées comme des ailes de corbeaux, d'ou le patromyne de ces poissons.   photo Hervé Lichtfouse, capture Paralenz

des corbs, Scianea umbra. ces poissons magnifiques sont protégés par un moratoire depuis 2014. Les juvéniles présentent des nageoires pelviennes noires et surdimensionnées comme des ailes de corbeaux, d'ou le patromyne de ces poissons. photo Hervé Lichtfouse, capture Paralenz

voici un cladocore en touffe, Cladocora caespitosa, une colonie de polypierites à squelette calcaire

voici un cladocore en touffe, Cladocora caespitosa, une colonie de polypierites à squelette calcaire

Nous quittons le club sous la pluie qui se fait intermittente, le ciel est gris mais le moral au beau fixe.

Je commence par me mettre à l'eau en oubliant mes plombs ! je me trouvais bien léger, tout d'un coup, en voulant descendre. Puis une fulgurance au travers de mes neurones, mes plombs ! ces 2 kg de lest me font défaut et je demande à Christine de me les passer, ce qu'elle fait avec le sourire !

- Ti la li ti la laaaaaaaaaaaaa !

Je boucle la ceinture comme je peux, et prend une minute de récupération avant de descendre, je n'ai qu'un bloc de 12 litres sur le dos, pas question de partir essoufflé - ce serait pareil avec un 15 litres, d'ailleurs - 

Alexandre plonge en "side mount" ou portage latéral. encore appelée " à l'angaise" cette technique a été inventé en particulier par les plongeurs de la perfide Albion, pour explorer les siphons peu accessibles, boueux et étroits de l'ile britannique.

Alexandre plonge en "side mount" ou portage latéral. encore appelée " à l'angaise" cette technique a été inventé en particulier par les plongeurs de la perfide Albion, pour explorer les siphons peu accessibles, boueux et étroits de l'ile britannique.

adopté par certains plongeurs, cela permet de fractionner le scaphandre pour éviter les charges lourdes, de passer facilement des étroitures, d'accéder aux robinets dans l'eau froide.... et la glisse est incomparable, dit on.... Alex ne plonge plus que comme ça......

adopté par certains plongeurs, cela permet de fractionner le scaphandre pour éviter les charges lourdes, de passer facilement des étroitures, d'accéder aux robinets dans l'eau froide.... et la glisse est incomparable, dit on.... Alex ne plonge plus que comme ça......

le père et le fils, ensemble: SM contre dosal traditionnel.

le père et le fils, ensemble: SM contre dosal traditionnel.

Et c'est parti pour une très belle plongée, ou nous ferons le tour de la roche sud. Beaucoup de vie, de poissons avec une eau encore claire malgré la luminosité ambiante particulière. le palier s'éternisera en longueur, on est bien sous la mer....

Alain en progression......

Alain en progression......

un grand cérianthe Cerianthus membranaceus. il sécrète un tube de mucus ancré solidemment dans le substrat, mesurant jusqu'à 1 m. ce cousin de l'anémone peut se déplacer et reconstuire son abri si nécessaire. c'est un hermaphrodite protérandrique, il émet des gamètes mâles puis femelles.

un grand cérianthe Cerianthus membranaceus. il sécrète un tube de mucus ancré solidemment dans le substrat, mesurant jusqu'à 1 m. ce cousin de l'anémone peut se déplacer et reconstuire son abri si nécessaire. c'est un hermaphrodite protérandrique, il émet des gamètes mâles puis femelles.

voici une éponge encroutante bleuâtre, ou Phorbas tenacior....

voici une éponge encroutante bleuâtre, ou Phorbas tenacior....

la même mariée avec une colonie d'anémones encroutantes jaunes Parazoanthus  axinellae

la même mariée avec une colonie d'anémones encroutantes jaunes Parazoanthus axinellae

in oursin granulleux ou Sphaerechinus gralularis. Le venin de ces piquants et très actif, sauf pour l'homme ! sa couleur varie de multiples teintes, celui ci est ...blanc !

in oursin granulleux ou Sphaerechinus gralularis. Le venin de ces piquants et très actif, sauf pour l'homme ! sa couleur varie de multiples teintes, celui ci est ...blanc !

Philippe passe de son mélange fond (air) à son mélange de décompression, un nitrox à 70 % d'oxygène. en conservant des paramètres de décompression classique, il augmente très largement la qualité de sa désaturation.

Philippe passe de son mélange fond (air) à son mélange de décompression, un nitrox à 70 % d'oxygène. en conservant des paramètres de décompression classique, il augmente très largement la qualité de sa désaturation.

il peut donc en profiter pour observer cette gobie dorée ou Gobius auratus, dont le male garde les oeufs dans une anfractuosité de rocher à la place de la femelle.

il peut donc en profiter pour observer cette gobie dorée ou Gobius auratus, dont le male garde les oeufs dans une anfractuosité de rocher à la place de la femelle.

les plongeurs émergent au milieu des castagnolles

les plongeurs émergent au milieu des castagnolles

déboires météorologiques et résilience associative
Alain sort la tête de l'eau, sous la veille attentive du sémaphore.

Alain sort la tête de l'eau, sous la veille attentive du sémaphore.

la météo est capricieuse....

la météo est capricieuse....

Repas bien préparé par les drôles de dames, et on repart direction les pyramides, non pas celles de Giseh ( allez, page culturelle, Khéops, Khéphren et Mikérinos, sans oublier le Sphinx ) mais celles qui se prolongent devant l'ile d'Or, il y en a 7 qui forment une chaine de montagnes sous-marines en miniature.

déboires météorologiques et résilience associative

Nous sommes attentifs aux explications de Christine, car il est facile de s'y perdre, au fond....

l'orientation, sous l'eau, est un art mystérieux qui relève presque de l'ésotérisme le plus ténébreux.... Certains ne jurent que par la boussole, d'autres s'en remettent au soleil, les uns privilégient l'instinct, les autres l'observation attentif du petit caillou juste à droite de la grande faille qui sort de l'herbier, tout le monde à son truc....ou pas.

Mais j'ai remarqué une chose, c'est que tous les plongeurs, un jour ou l'autre, se perdent..... courant vicieux, dérive insidieuse, rocher trompeur jumeau du précédent,  soleil voilé ou boussole bloquée ( si, si c'est du vécu, j'ai un témoin...), les alibis pour justifier une perdition dans les règles sont nombreux...

Jérôme, boussole sur le dos de la main, montre le chemin...

Jérôme, boussole sur le dos de la main, montre le chemin...

une axinelle commune, Axinella polypoide, espèce protégée depuis 1999.

une axinelle commune, Axinella polypoide, espèce protégée depuis 1999.

cette murène a trouvé refuge dans une nacre morte

cette murène a trouvé refuge dans une nacre morte

Muraena helena peut mesurer jusqu'à 1 m 50. c'est un prédateur nocturne presqu' aveugle qui se sert de son odorat très sensible pour chasser à l'affut. Sa salive contient des sécrétions à action digestive, hémolytique et neurotoxique...Sans compter la surinfection quasi garantie en cas de morsure du fait des morceaux de viande en putréfaction toujours coincés dans sa gueule....mais c'est un animal craintif, il ne vous attaquera pas....

Muraena helena peut mesurer jusqu'à 1 m 50. c'est un prédateur nocturne presqu' aveugle qui se sert de son odorat très sensible pour chasser à l'affut. Sa salive contient des sécrétions à action digestive, hémolytique et neurotoxique...Sans compter la surinfection quasi garantie en cas de morsure du fait des morceaux de viande en putréfaction toujours coincés dans sa gueule....mais c'est un animal craintif, il ne vous attaquera pas....

la légende veut qu'un notable romain, Licinus Murena en gardait captives dans des bassins pour y jeter des esclaves en pature...... légende, légende

la légende veut qu'un notable romain, Licinus Murena en gardait captives dans des bassins pour y jeter des esclaves en pature...... légende, légende

Myriapora truncata ou faux corail, confondu par certains comme étant du corail rouge...

Myriapora truncata ou faux corail, confondu par certains comme étant du corail rouge...

Mais Poseïdon ou Neptune, selon que l'on préfère prier les dieux grecs ou romains, ne nous laissèrent point nous égarer au milieu des pyramides, et toutes les palanqués finirent par se retrouver sur la bonne tête de roche, au milieu des poissons pour terminer la pause sacrée du palier de décompression....

Philippe, avec des sars communs Diplodus sargus au premier plan

Philippe, avec des sars communs Diplodus sargus au premier plan

Pascal et Stéphane au palier

Pascal et Stéphane au palier

Pascal envoie son sac palier vers la surface, pour se signaler des autres bateaux. le sac palier est un élément de sécurité indispensable, chaque plongeur doit en avoir un...

Pascal envoie son sac palier vers la surface, pour se signaler des autres bateaux. le sac palier est un élément de sécurité indispensable, chaque plongeur doit en avoir un...

il pleut, la photo est floue, mais tout le monde sourit ! ASSP spirit 's !!!

il pleut, la photo est floue, mais tout le monde sourit ! ASSP spirit 's !!!

Lara, tout sourire malgré la buée sur les lunettes !!

Lara, tout sourire malgré la buée sur les lunettes !!

déboires météorologiques et résilience associative
Pascal et Patrick en pleine discussion technique

Pascal et Patrick en pleine discussion technique

Emersion pour tout le monde, sous un ciel gris qui hésite entre la fin des larmes et la reprise des pleurs.

Mais quoi qu'il en soit, l'horizon est gris....

Pascal, toujours lui, échelier de service....

Pascal, toujours lui, échelier de service....

ça mouille, mais on est content !!! photo Christine Richecoeur

ça mouille, mais on est content !!! photo Christine Richecoeur

Avant le repas, programmé à l'Auberge de la Rade, un dernier effort est demandé aux plongeurs: ils leur faut subir un assaut pédagogique, l'organisateur pervers que je suis ayant prévu entre le gouter et le souper une tirade sur les lois physiques s'appliquant en plongée....

déboires météorologiques et résilience associative

Et nous voilà parti, sans faire les Mariotte ( merci Pascal) à la poursuite des Daltons, en passant par la baignoire d'Archimède, tout en échappant à l'ivresse et l'hypercapnie pour finir sur les bulles d'Henry....

Si la pratique sans théorie est aveugle, la théorie sans pratique est stupide: c'est pourquoi sans prétention nous essayons quelques dissertations pendant les intervalles de surface....

théorie en toute humilité, bien sur, on est pas ai niveau d'Albert....

théorie en toute humilité, bien sur, on est pas ai niveau d'Albert....

La suite est classique, repas au restaurant ( heureusement la pluie s'est mise en pause), discussions à bâton rompu jusqu'au dessert.

Remercions Patrick au passage qui pour fêter le changement de couleur d'une de ses barrettes nous offrit les vins !

Et retour aux bungalows pour la dernière nuit, demain sera, espérons le, bleu et salé....

les jours se suivent sans toujours se ressembler.....

les jours se suivent sans toujours se ressembler.....

Nous avons RDV à 10h ce dimanche matin, ce qui offre 2 avantages:

- une grasse matinée toujours bien appréciée

- échapper à la longue houle qui a frappé l'autre club, parti avant nous à 8 heures. Sandrine et Christine ont du nettoyer les bateaux.....

Cette houle qui appelle Raoul, ( pas Volfoni, hein, celui là c'est celui des Tontons...) sera bien atténuée lorsque nous arriverons sur le site de l'Arche, pour la dernière plongée du WE.

une gorgone jaune Eunicella cavolini, qui est fait une colonie de polypes

une gorgone jaune Eunicella cavolini, qui est fait une colonie de polypes

voici un rouget barbet de roche Mullus Surmulatus qui comme son nom ne l'indique pas fouille plutôt le sable à la recherhce de nourriture. en France, on en pêche 700 tonnes par an...

voici un rouget barbet de roche Mullus Surmulatus qui comme son nom ne l'indique pas fouille plutôt le sable à la recherhce de nourriture. en France, on en pêche 700 tonnes par an...

déboires météorologiques et résilience associative
Jérôme et Alexandre, en progression vers le fond

Jérôme et Alexandre, en progression vers le fond

Philippe, Pascal et Lara vont franchir l'arche

Philippe, Pascal et Lara vont franchir l'arche

Petite immersion tranquille pour finir, bercé par la houle pour certains....

Quelques poissons, un ctenophore presque mort dépourvu de lumières, quelques oursins dans le corraligène, et un dernier palier houleux, c'est fini....

une éponge à cratère Hemimycole columella, 10 cm3 de cet animal peuvent filtrer 22 litres d'eau par jour

une éponge à cratère Hemimycole columella, 10 cm3 de cet animal peuvent filtrer 22 litres d'eau par jour

un serpule ou Serpula vermicularis, c'est un vers dont on ne voit que la tête, le corps protégé dans un tube calcaire

un serpule ou Serpula vermicularis, c'est un vers dont on ne voit que la tête, le corps protégé dans un tube calcaire

déboires météorologiques et résilience associative
Odile, Françoise et Isabelle, nos 3 drôles de dames !

Odile, Françoise et Isabelle, nos 3 drôles de dames !

Belle sortie néanmoins malgré la pluie et le Covid qui s'est invité sans qu'on lui demande quoi que ce soit.

Merci encore aux filles pour la gestion des repas, à Agathonis toujours au top, et à l'ASSP Plongée qui a démontré une fois de plus sa technique et sa bonne humeur tout au long du WE.

Notre prochaine aventure sera du côté de Bormes, mais ça, c'est une autre histoire....

déboires météorologiques et résilience associative
Partager cet article
Repost0

commentaires