Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 13:55

Des paliers…..profonds ?

            Dans le hors série  n°12  du magazine « plongeurs international », un article évoque les paliers profonds, dans le cadre de la plongée loisir à l’air. Nos ordinateurs proposant désormais de plus en souvent cette « option », voici une petite synthèse simple sur le sujet, qui vous évitera des lectures parfois fastidieuses et le cachet d’aspirine pour la migraine…

 

 

 

 

 

 

           Les paliers « profonds » , c'est-à-dire au-delà de 12 m de profondeur, ce n’est pas si nouveau dans le monde de la plongée aux mélanges. En effet, l’hélium diffusant beaucoup plus vite que l’azote, les plongeurs trimix débutent leur décompression très bas pour éliminer ce gaz. Historiquement, un certain Richard Pyle, ichtyologue australien spécialisé dans la recherche de poissons vivants à grande profondeur, avait pris l’habitude de s’arrêter à la profondeur voisine de la moitié de la  profondeur maximale atteinte, afin de…purger la vessie natatoire des poissons. Sans cet arrêt, les poissons arrivaient en surface plutôt mal en point.

 

Richard Pyle est à l’origine des paliers profonds.



 Lorsque Pyle n’effectuait pas cet arrêt (faute de poissons collectés), il sortait de sa plongée moins en forme.

Les corailleurs, au temps pas si ancien où ils descendaient à l’air à plus de 80 m de fond, observaient également une pause en profondeur pour placer les branches de corail dans un panier descendu par un marin depuis la surface. En cas de mauvaise récolte, cette étape n’était pas réalisée et les corailleurs sortaient de l’eau plus fatigués.

 

 

Les corailleurs se débarrassent en profondeur des branches récoltées et marquent ainsi un temps d’arrêt plus ou moins long, et plus ou moins profond suivant la longueur du  ou moins longbout auquel est accroché le panier !

 

 

De là sont nés les paliers profonds, de manière complètement pifométrique au début.

C’est bien joli tout ça, mais quel intérêt pour le plongeur sportif lambda, respirant tout simplement le nitrox 21 du bon Dieu ?

 

Si j’écris ce petit article, vous vous doutez bien qu’il y en a un…



               plongeurs "GUE" adeptes des paliers profonds.

 

Tout le problème pour rejoindre la surface en sécurité, c’est de ne pas « coincer une bulle »… C’est vrai, mais c’est insuffisant.

 

Nos tables de décompression sont calculées, à l’origine, pour nous maintenir au palier jusqu’à ce que l’azote dissous dans notre organisme s’élimine par nos poumons, évitant ainsi la formation de bulles.

Mais lorsqu’on soumet un plongeur à un examen Doppler, on constate néanmoins la présence de bulles, dites circulantes, qu’on a qualifiées un peu vite d’inoffensives…. Il est admis aujourd’hui que la quantité de bulles circulantes, à partir d’une certaine quantité, a une action sur l’organisme. En dégradant la partie interne des vaisseaux sanguins (endothélium ), elles peuvent générer des obstructions, sans qu’aucune bulle n’ait atteint le volume critique.

 

Mauvaise limonade dans nos vaisseaux sanguins !

 

Le Divers Alert Network (ou DAN ) s’est livré à une étude fort intéressante sur un groupe de 22 plongeurs. L’expérience consistait en une séquence de 2 plongées successives à – 25 m, d’une durée respective de 25 et 20 minutes, séparées par un intervalle de surface de 3h 30. Chaque série de plongée était séparée d’au moins 7 jours.

 

Palier quand tu nous tiens…

 

 

 

 

Au cours de ces plongées, les valeureux cobayes ont suivis 8 profils de remontées différents, combinant des vitesses de remontée de 3, 10 et 18 m/min avec des remontées directes sans palier, puis avec un palier unique de 5 min  à – 6 m, puis avec des paliers de 5 min  à – 15 et – 6 m.

 

Bon, ben je m’arrête quand au palier, dans tout ça ?



Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :

 

Vitesse de remontée

paliers

BSI

Temps total de remontée

3m/min

3m/min

3m/min

Aucun

5’ à 6 m

5’ à -15 et – 6 m

8.78

8.10

3.50

8 minutes

13 minutes

18 minutes

10m/min

10m/min

10m/min

Aucun

5’ à 6 m

5’ à -15 et – 6 m

7.51

7.5

1.79

2.5 minutes

7.5 minutes

12.5 minutes

18m/min

18m/min

5’ à 6 m

5’ à -15 et – 6 m

7.41

3.25

7.5 minutes

11.5 minutes

 

BSI= Bubble Score Index. Cela permet de quantifier la quantité de bulles circulantes d’après l’échelle de Spencer.

 

Roulement de tambour… Le meilleur profil de remontée, celui qui vous ramène en surface avec le moins de bulles circulantes ( et donc avec le plus de marge avant la chaise roulante…) est celui combinant une vitesse de 10 m /min avec un palier profond à 15 m et un palier à 6 m.

 

Un plongeur au palier avec un dévidoir : double avantage.

Celui de combiner une meilleure désaturation avec un palier profond et de se signaler tôt à la surface.



Quelques remarques sur cette étude :

 

-          Ils n’ont pas osé proposer un retour en surface à 18 m/min sans palier ! Sur les 22 volontaires, aucun n’a subit d’accident de décompression même avec le pire profil (remontée à 3 m/min sans palier ) : c’est quand même rassurant !

-          La vitesse de remontée très lente de 3m/min laisse cependant les tissus se saturer : donc sans prendre l’avion, quand faut y aller, faut y aller ! Attention à la stratégie qui consiste à descendre en bas d’un tombant, puis à remonter très doucement jusqu’en surface en s’arrangeant pour que l’ordinateur ne donne aucun palier. Pas si génial à la réflexion…

-          Les premiers signaux Doppler indiquant la présence de bulles ne sont apparus que 30 à 40 minutes après la plongée. C’est souvent le moment où on commence à brasser les sacs et les blocs après la plongée, arrivé au port… Alors allons-y doucement sur la manutention…

-          Avec une vitesse de 18m/min, l’ajout d’un palier profond fait chuter considérablement le taux de bulles circulantes.

-          L’introduction d’un palier profond réduit de manière considérable le nombre de bulles détectées ainsi que la tension en azote dans les tissus rapides, et cela semble pouvoir être mis en corrélation avec les échanges gazeux au niveau de la moelle épinière. Il semble que les bulles soient « écrasées » et que l’azote en soit « extrait » par diffusion.

 

                                 bon, ben là la déco s'est mal passée !!



Bon, ben y’a plus qu’à bricoler un peu pour se rajouter des paliers en profondeur ?

Que nenni !

 

 

 

 

Allez, là ça me parait pas mal, j’m’arrête un peu pour chasser ces vilaines bulles…

Je retiens 2 et je pose 6 et je reste encore…..

 

 

 

Ces résultats ne concernent que les profils étudiés et on ne doit pas bricoler le profil établi par les tables. Et ne les jetez pas, elles restent fiables et ne tomberont jamais en panne..Mais la technologie moderne est là !

 

                                

 

Nos ordinateurs possèdent de plus en plus une option « deep stop » ou paliers profonds. Il suffit de la valider, et l’appareil vous fera faire, en gros un palier d’1 ou 2 minutes à mi-profondeur, voir un second vers 20 m si vous avez plongé dans la zone des 60 m. Quand vous lisez VPM  ( Variable Permeability Model ) ou RGBM  ( Reduce Gradient  Bubble Model ) sur vos instruments, c’est qu’ils utilisent justement un modèle mathématique cherchant à limiter le nombre de bulles circulantes.

 

 

 

 

 

Attention cependant à vous mettre d’accord avec le reste de votre palanquée, parce que si tout le monde adopte un profil différent, ça peut devenir difficile à gérer….

 











Personnellement j’utilise cette option systématiquement, même en plongée à l’air. Je n’y trouve que des avantages, et notamment une diminution de la fatigue après l’immersion.

 

 

Si vous souhaitez en savoir plus, lisez l’article sur les paliers profond de la revue citée plus haut, ainsi que l’excellent ouvrage de Brun/Bernabé/Strazerra « le guide de la plongée tek »

 

 

 

 

 

Et pour résumer, ralentissez en remontant à la bonne vitesse, faites la pause indiquée par votre ordinateur programmé « deep stop », prenez votre temps en sortant de l’eau et surtout faites vous plaisir pour plonger longtemps….



bon, maintenant qu'on a un peu de temps, on le lit, cet article ?


Stéphane Simonet
( relecture attentive & corrections Gilles Froment )

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur - dans Info
commenter cet article

commentaires