Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 16:32

Participants :  Gilles Froment, Stéphane Simonet


toutes les photos sont de Gilles Froment.

                                 le port de Chindrieux, au nord du lac du Bourget
  

 Le plongeur dit « technique », « tek », aux mélanges ou simplement spéléo souffre d’une étrange maladie, bien connue mais malheureusement incurable : la « mégalo technico matérielis aigüe », dont le symptôme le plus courant se manifeste par un gout immodéré pour le matériel (compliqué de préférence) et la volonté farouche de tester, essayer, bidouiller, modifier, configurer sans cesse ce que la technologie peut apporter de nouveau dans le domaine subaquatique…




Contaminés depuis bien longtemps et faisant fi de la grippe aviaire et autre H5N1, nous ne cherchons plus de remède miracle mais simplement de temps disponible pour essayer les équipements stockés au garage, achetés parfois depuis plusieurs mois…

Une fenêtre de tir s’ouvre donc ce 17 août surchauffé, pas question de la laisser filer. Nouveau recycleur pour moi, gants étanches + nouvelle configuration de l’IDA et harnais  pour le loco plongeur pour Gilles, nous avons de quoi nous occuper. Plutôt que de tester sous terre tout ce bazar, où le moindre souci  devient vite préoccupant, nous optons pour un terrain de jeux plus classique : le lac du Bourget et le petit port de Chindrieux.






Le casse-croute avalé et la remorque emmenée au bord de la plage, nous préparons les machines à l’ombre, redoutant le moment d’enfiler polaire et vêtements secs.



Nous serons malgré tout vite à l’eau, trop chaude ( 25°c) où il nous faudra encore batailler un peu avec un gant étanche…pas étanche, une sangle récalcitrante, un embout de poche à eau trop court, un machin qui coince par là et un bidule qui gène ailleurs…Sous les yeux étonnés des plagistes qui se demandent d’où viennent ces extra terrestres… il y en a même un qui demandera à la sortie de l’eau «  mais c’est pas de la plongée, ce que vous faites, là ? »

Bref, le loco nous amènera bien vite à la pointe du tombant (on s’arrêtera en route poser un bouée de balisage , suite aux recommandations de la maréchaussée) et il faudra atteindre – 11 m pour trouver la fraicheur…d’une eau à 8°C.





Et là bien vite, on a froid, surtout à cause de la suée prise en surface… Mais cela ne nous empêchera pas de passer près de 2h 30 sous l’eau, pour tester nos nouvelles configurations et tirer le portait aux perches et aux brochets.







Malgré quelques imperfections, l’essentiel fonctionne bien, les recycleurs recyclent , le loco « locotionne » et quel bonheur d’être au frais par cette période caniculaire.




Bref, la prochaine plongée s’échafaude déjà….



Stéphane Simonet

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur - dans CR des sorties
commenter cet article

commentaires