Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 12:11

 

CR de plongée souterraine, sortie du 22 mai 2012 au Goul du Pont

 

Participants: Philippe Moya, Gilles Froment et Stéphane Simonet

 

 

coupe

                        la coupe du Goul du pont, de la vasque à - 120 m                                 origine plongeesout. 

 

 

Sauf mention contraire, toutes les images sont de Gilles Froment

 

C'était un vieux rendez-vous. Le 10 juin 2009, un IDA 71 soviétique sur le dos, je parcourais la galerie horizontale du Goul du pont par – 80 m de profondeur. Et je n'y étais pas retourné depuis... Changement de recycleur, plongée d'essai, de soutien ou de désobstruction ont retardé mon retour vers ce dernier obstacle avant les profondeurs ardèchoises. Il était temps d'y revenir, mon recycleur désormais maitrisé... les mélanges étaient prêts dans leurs flacons d'acier, l'étroiture ouverte, que pouvait il bien me retenir ?

 

 

DSC05524

                       La vasque d'entrée, interface entre l'air libre et le monde souterrain. 

 

 

 

Ce 22 mai fut donc le jour d'une belle plongée, d'autant plus belle que tout fonctionna ce jour là: pas d'entrée d'eau dans le vêtment sec, pas d'équipement qui lâche au dernier moment, pas de soucis technique ou si peu... Bref, une journée rare !

 

Départ de Meyzieu vers 8h 30, espace et remorque remplies à ras bord de matériel, on a l'habitude.

Vers 11h nous arrivons à Bourg St Andéol où très vite nous rejoint Philippe, indispensable porteur.

Rapidement nous déballons le matériel, et il y en a:

 

 

DSC05533

 

 

  • Bi 20 pour Philippe, PanzerDolphin pour Gilles et mon propre recycleur.

  • 2 bouteilles d'oxygène pur, 2 bloc de nitrox ( N73 et N50), une bouteille de trimix intermédiaire 40/19, une 20 litres de mélange fond 11/62 et une dernière bouteille de 6 litres gonflée à l'air.

  • Les batteries pour le chauffage, et tout le petit matériel du plongeur spéléo.

 

Le rebord de la vasque se couvre de matériel, ça sent la pointe !

 

 

DSC05535

                       Pas loin d'une dizaine de bouteilles pour assurer la sécurité..... 

 

 

 

Après un repas rapide, nous nous répartissons les tâches. Enfin, plus exactement, Gilles et Philippe se chargent de tout pour me laisser me préparer. Philippe hérite donc de 2 colis, le trimix 40/19 à poser à – 30 m dans le puits et le nitrox 50 vers – 21 m, avec un pakc de chauffage. Gilles posera l'oxygène à - 6 m et le nitrox 73 derrière l'étroiture à – 12 m, ainsi que ma 20 litres de mélange fond.

 

 

GGoul---80 3768

                       Gilles vérifie le passage de l'étroiture photographié par Philippe Moya. 

 

 

 

Rapidement ils s'organisent et disparaissent dans la vasque. Pendant que Philippe pose et teste mes relais dans le puits, Gilles déblaie l'étroiture à la pelle US pour me faciliter le passage. Je me retrouve donc tout seul sous le pont.

 

Et ça me va bien.

 

Je vais m'équiper tranquillement, à mon rythme, en me concentrant sur le matériel, c'est ma façon de "rentrer" dans la plongée. Ma dernière plongée au mélange remonte au 1er octobre 2010, une ballade à – 70 m au tombant de Chindrieux. Il est temps de s'y remettre, mais bien évidemment, il y a une petite appréhension avant une plongée profonde: c'est d'ailleurs un excellent garde fou, qui oblige à se concentrer et à faire attention....

 

 

GGoul---80 3783

                       Gilles en haut du puits, PanzerDolphin sur le dos             Photo Philippe Moya 

 

 

Un petit quart d'heure plus tard, je suis dans la vasque, prêt à partir et toute crainte a disparu. J'apperçois une lueur, c'est Philippe qui remonte pour m'annoncer un "bang" suspect sur un détendeur. Ce n'est pas grave, ce Cyclon a l'habitude de tambouriner d'impatience...

 

Et enfin c'est le départ !

Je croise les bouteilles d'oxy sur ma gauche, et glisse vers l'étroiture où Gilles a bien travaillé. Je la passe sur le dos, palme en avant, guidé par mon plongeur d'assistance. Je n'ai pour toute redondance qu'une 6 litres d'air, afin de négocier au mieux ce passage. Une fois derrière, je l'échange contre la 20 litres de trimix 11/62. Je vérifie la Ppo2, m'équilibre et palme tranquillement vers le puits. Je me sens bien, complètement à l'aise.

 

 

tables

                         les tables de secours en cas de panne de l'ordinateur, en CO à gauche, en recycleur à droite. 

 

 

 

Dernier stop en haut du puits à – 18 m, et je bascule vers le fond. Toutes lumières éclairées, je profite de cette chute au ralenti, meilleur moment sans doute de la plongée. Je croise rapidement les bouteilles relais posées par Philippe, qui permettraient d'assurer ma décompression en cas de panne du recycleur.

 

Sur l'ordinateur, le profondeur défile. - 40 m..... - 50 m.... ça y est je dépasse les 60 m.

Et je ne reconnais rien !

Cette partie de la galerie est torturée et n'en finit pas de tourner comme une hélice.... - 70 m. Encore un petit tour et j'arrive vers la galerie horizontale. Dans la lumières des leds, une faille étroite s'ouvre dans la roche. - 80 m, je suis maitenant dans la galerie qui me semble moins large que dans mon souvenir. Grâce au 60 % d'hélium qui remplissent mes poumons, je suis dans le même état de narcose qu'à 20 m à l'air.... Laissez moi vous dire que j'en profite !!

 

 

DSC05578

                       L'eau a sculté la roche au fil des siècles, pour nous offir ce spectacle...... 

 

 

 

En quelques minutes je suis au bout de la galerie. Je regarde le départ du tunnel en forme de demi lune sur la droite quand mes HUDS ( afficheurs tête haute ) se mettent à danser la samba, flash rouge sur flash rouge !!!

 

 

DSC05590

                       Toujours être attentif aux paramètres de la plongée, et au fil d'Ariane. 

 

 

 

Regard sur les afficheurs: 1,8 et 2 bars de Ppo2.... c'est un peu trop.... Béni soit l'hélium, je réagis instantanément: vanne d'arrêt de l'injection d'oxy fermée, diluant ouvert en grand, expiration nasale pour purger la boucle. Comme je suis d'un naturel plutôt prudent, je ferme cette dernière et repasse en circuit ouvert.

 

Quelques respirations plus tard, ma Ppo2 est redenue normale et je retourne sur la boucle.

Je regarde le NheO3 ( n'essayez pas de retenir son nom....), il m'indique 40' de décompression, et j'arrive au bout du temps fixé pour séjourner à cette profondeur. Je palme donc tranquillement vers la sortie et retrouve le puits.

Après environ 8' passées à 80 m,l'ordinateur me fait faire un premier palier à 54 m, de 2'.

 

Le reste de la décompression s'égrénera de la façon suivante:

 

déco 

 

 

DSC05585

                       Au palier vers - 18 m 

 

 

Je remonte très doucement, sans dépasser 10 m/min et suis les paliers indiqués par l'ordinateur. A – 30 m je retrouve la bouteille de 40/19 et la remonte jusqu'en haut du puits où m'attend la bouteille de nitrox 50 et une batterie pour le gilet chauffant. Pour l'instant, ça va je n'ai pas froid.

 

DSC05556

                       Une bouteille relais placée par Philippe. Joker si le recycleur venait à me lâcher..... 

 

 

 

 

Gilles me rejoint et fait photo sur photo.

 

 

DSC05562

                       Accroché sous la bouteille, on peut voir le pack d'accus pour le chauffage. 

 

 

GGoul---80 3809                       Gilles au RDV dans le puits                              Photo Philippe Moya 

 

 

 

 

Nous rentrons en emportant les blocs de secours, et je passe encore presque 10 minutes entre – 15 et - 12 pour respecter les paliers.

 

 

DSC05572

                       Une lame rocheuse comme surgie des ténèbres ! 

 

 

Arrivé à l'étroiture, je balance derrière les blocs de Tx 40/19, N73 et N50 et passe à mon tour dans la restriction minérale. Avant dernier palier de 7 minutes à – 9 m, et je m'installe pour près d'une heure à 6 m pour mon dernier palier. Je commence à sentir le froid et je raccorde mon gilet chauffant à la batterie. Et ça chauffe ! Le bonheur, c'est assez simple, finalement.

 

 

DSC05604

                       Dans la galerie entre - 18 et - 12 m. 

 

 

Confortablement installé, le temps passe assez vite, et en équilibre entre 2 eaux, je m'évade, je rêve.... à la prochaine plongée...

 

 

palier 6 m modifié

                       Au pailier à - 6 m dans une émeraude..... 

 

 

Après 127 minutes d'immersion, j'émerge dans la vasque.

 

DSC05614

                       Le retour du "pointeur", aucun rapport avec DSK........ 

 

 

DSC05619

                       CON-TENT  !   Et ça se voit......

 

 

DSC05634

                      Le galet traditionnel, remonté en souvenir.....   

 

 

 

Heureux d'une si belle plongée, ravi d'avoir revu la galerie, content d'avoir approché les profondeurs, à mon modeste niveau.

 

 

DSC05628

                       Rien n'est possible sans les plongeurs de soutien, porteurs infatigables. 

 

 

Merci à Gilles et Philippe pour avoir préparé les mélanges, déposé les blocs de secours, pour m'avoir facilité la plongée et ainsi autorisé un voyage à 2 heures de la surface. À charge de revanche, bien entendu.

 

 

GGoul---80 4534                       le profil de l'immersion, photo Stéphane Simonet     

 

 

" Mais pourquoi descendre dans ces abimes aquatiques, froid et sans lumière ?

Parce qu'ils sont là...."

 

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur - dans CR des sorties
commenter cet article

commentaires