Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 17:14

 

Compte rendu de la sortie en plongée souterraine du 9/01/2012

 

 

 

goul-du-pont-fevrier-2012 3668 (Custom)

                        un fil d'Ariane qui part dans l'inconnu...

 

 

Participants : Philippe Moya & Stéphane Simonet

 

 Sauf mention contraire, toutes les photos sont de Philippe Moya.

 

 

Les cadeaux de Noël déballés, la buche digérée et les agitations du nouvel an terminées, il était temps de reprendre le chemin des sources. En ce 9 janvier de l’an de grâce 2012, nous nous retrouvons donc avec Philippe à Bourg St Andéol, dans le quartier du Tourne pour être précis, devant les résurgences de la bourgade : le Goul du Pont et la Tannerie…Pour exécuter un plan bien huilé : se saturer dans le premier et désaturer dans le second…

« plan the dive and dive the plan » disent les plongeurs anglo saxons.

Evidemment , pour nous, le plan prévu et la plongée furent différents…..

 

 

goul-du-pont-fevrier-2012 3660 (Custom)

                        Face à l'étroiture d'entrée, Stéphane observe le passage...                        

 

Comme toute histoire à un commencement, revenons d’abord un tout petit peu en arrière, dans les années 1955/1956. Pourquoi ? Parce que c’est à ce moment là qu’une équipe de plongeurs emmenés par Albert Casamatta ose franchir l’étroiture du Goul du pont. Outre le fait que ces pionniers confectionnaient eux même leurs vêtements isothermiques ou bricolaient un caisson pour appareil photo avec une boite de sardines, une autre particularité nous relie, un demi siècle plus tard :les bouteilles de plongée leur étaient prêtées par Georges Héraud, officier de sapeurs-pompiers de son état….à Lyon ! Revenir plonger au Grand Goul, c’est donc un peu « boucler la boucle »…

Casamatta et son équipe parvinrent jusqu’au puits, bel exploit avec le matériel rudimentaire dont ils disposaient. Ce sympathique "papy" , depuis peu disparu, avait l'habitude de venir saluer les plongeurs au bord des vasques. Sous son béret, il a vu défiler des générations de spéléonautes.....

En 1972, une équipe marseillaise guidée par Claude Touloumdjian descend jusqu’à – 85 m.

L’année 1981 voit les frères Leguen progresser jusqu’à – 97 m, à l’air, dans la galerie. Bien évidemment, les limites raisonnables « avec l’air du Bon Dieu » sont largement dépassées. C’est pourquoi en 1982 Cyril Brandt et Joseph Schneider utilise l’héliox ( mélange oxygène / hélium ) pour atteindre la côte de – 115 m, puis – 135 m en 1985 pour Schneider.

 

 

 

goul-du-pont-fevrier-2012 3695 (Custom)

                        le puits du Goul du Pont, une auroute pour les grandes profondeurs 

 

 

Le silence retomba ensuite dans la galerie pour plusieurs années, l’entrée de la vasque étant bouchée par un monstrueux éboulis de galets. Jusqu’à ce qu’en 2002 l’équipe des fils d’Ariane entreprenne un fastidieux travail de désobstruction : le 9 mai 2002, le Goul du Pont est réouvert…. Xavier Ménicus et Jérôme Meynié porteront alors à tour de rôle la connaissance de la galerie de plus en plus loin, de plus en plus profond, abandonnant progressivement le circuit ouvert pour le recycleur. En avril 2006, Xavier Méniscus aidé par la CRPS-RABA atteint la côte – 185 m, à 575 m de l’entrée. Dans les CR relatant les diverses plongées réalisées, on peut trouver les noms de Philippe Moya, Gilles Froment ou celui de votre serviteur dans les rangs des plongeurs de soutiens…

Gilles réalisa d’ailleurs une plongée à – 120 m le 3 mai 2010 (voir article « la porte des profondeurs »)

 

Retour à ce début d’année 2012. Philippe et moi espérons simplement ramener des images du puits au Grand Goul…Avant d’aller terminer les paliers dans le Goul de la Tannerie.

Bi 20 sur le dos pour lui et recycleur pour moi, tous les 2 armés de nos appareils de prise de vue, nous coulons en silence dans la vasque d’eau claire du Pont…

 

 

goul-du-pont-fevrier-2012 3661 (Custom)

                        ça n'a pas l'air, et pourtant, ça passe.... 

 

Immédiatement nos ardeurs sont tempérées par l’eau à 11°c de la résurgence : Philippe prend l’eau par un manchon de poignet abimé, et je sens l’eau me couler sur les jambes, pour une raison encore indéterminée (j’identifierai plus tard un accroc minuscule dans le vêtement ).

Mais rappelons nous Casamatta et ses combinaisons rapiécées, alors en avant !

 

Je me glisse le premier dans l’étroiture à – 12 m, afin de filmer Philippe franchissant à son tour la difficulté minérale. Face à l’entrée, j’éteins mes éclairages et reste un moment seul dans le noir et le silence de la boucle du recycleur. Seul le « Hud » ( affichage par leds de la PPO2, fixé sur l’embout ) reste visible. Puis du néant naît une lueur, et Philippe sort des ténèbres, passant avec aisance la restriction. Les crues récentes ont évacué les galets de la galerie et le « piège » est désormais facile à négocier…. Nous palmons tranquillement vers le puits, l’un photographiant, l’autre filmant tout en contrôlant nos paramètres.

 

 

goul-du-pont-fevrier-2012 3669 (Custom)

                        PPO2 du recycleur, cap, et appareil photo, le plongeur est bien concentré !

 

A 70 m de l’entrée, la galerie sonde à la verticale, et nous savourons avec délice la chute au ralenti vers le fond. Je suis Philippe, qui inonde la galerie de coup de flash du plus bel effet. Je tente de restituer ça avec mon appareil en mode vidéo, mais le résultat est loin d’être à la hauteur de l’ambiance « en réel ».

 

 

goul-du-pont-fevrier-2012 3681 (Custom)

                        en progression dans le puits vers 50 m de profondeur..... 

 

Je vous laisse néanmoins partager notre plongée via ces petits films :

 

  http://www.wat.tv/video/ballade-goul-pont-1ere-partie-4s7p9_4s7n9_.html

 

 

  http://www.wat.tv/video/ballade-goul-pont-2eme-partie-4s7rf_4s7n9_.html

 

 

 

Vers 54 m, nous décidons de faire demi tour, afin d’éviter la noyade de l’APN de mon camarade (son caisson n’est donné « que » pour 40 m….). Pendant qu’il entame sa remontée, je traine un peu, histoire de filmer quelques plans supplémentaires de la galerie. Et j’entends alors un bruit caractéristique, déjà entendu quelques années plus tôt : celui d’un hublot de lampe qui cède sous la pression ! Celui de ma Krypton, qui à pourtant vu bien pire, vient de se fendre….. 6 bars au dessus de la tête, quand même…… et mon vêtement sec qui se transforme en aquarium….

 

 

goul-du-pont-fevrier-2012 3715 (Custom)

                        au palier vers - 18 m, un peu humide mais toujours le sourire !

 

Bon, il est temps de remonter, sans stress toutefois : il me reste 4 lampes opérationnelles sur mon casque, mon recycleur fonctionne impeccablement et me fait respirer un mélange avec 1.4 bar de PPO2 (de l’air, donc !), j’ai un bloc de secours de 10 litres à 200 b en redondance et je n’ai pas encore eu besoin d’utiliser ma wing pour m’équilibrer…

 

015

                        un hublot de lampe qui n'a pas apprécié la pression      photo Stéphane Simonet

 

Mon ordinateur m’impose 2 minutes de palier à – 26 m, 2 à - 18 m et 1 minutes à 6 m : vraiment rien d’inquiétant. Je remonte donc rejoindre Philippe en profitant des lames de roche découpant le puits.

A – 17 m nous nous retrouvons, et je joue les mannequins pour le photographe. Malgré mes jambes inondées, je n’ai pas trop froid. Mais je sais que la ballade à la Tannerie sera pour une autre fois….

 

 goul-du-pont-fevrier-2012 3721 (Custom)

                        Au sommet du puits, séance photo avec Philippe
                        

 

Retour sans histoire à l’étroiture de – 12 m, que je tente de passer tout en filmant…. Mais faut quand même pas exagérer et je finis par me coincer ! Je pose le caisson, ressort côté galerie, décroche mon relais et le passe dans l’étroiture : ça frotte (comme d’habitude ) mais ça passe. Encore quelques plans & photos dans la vasque histoire de faire durer un peu la décompression et de vous ramener des images, et nous émergeons à l’air libre, après une petite plongée de 45 minutes.

 

 

goul-du-pont-fevrier-2012 3729 (Custom)

                        Philippe sur le chemin du retour 

 

 

Après le rangement du matériel et le casse croute, nous partageons un café avant de reprendre la route. 2012 commence en douceur avec une belle petite plongée de reprise, et nous en profitons avec Philippe pour vous en souhaiter d’excellentes tout au long de l’année !

 

 

goul-du-pont-fevrier-2012 3722 (Custom)

                        la première plongée de 2012 !

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur
commenter cet article

commentaires