Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 11:53

 

Quand Eole caresse Porquerolles

 

BWA retaillé

                        l'équipe au complet, photo de Loïc

 

Participants : Sylvain et Jöelle Dupuy, Isabelle et Gilles Froment, Hervé et Françoise Lichtfouse, Edgar Florence et Thibaut Royon, Geneviève et Stéphane Simonet, Thierry Mourice

 

Accompagnateurs : Monique Royon

 

Organisateur : Sylvain Dupuy

 

 

HL3

                       En route vers les profondeurs  Photo Hervé Lichtfouse 

 

 

Si le Pôle est magnétique, il semble que les Iles d’Or aussi, et tout particulièrement « notre île », Porquerolles. Retour donc sur la plus ouest des îles alignées, pour une parenthèse de 2 jours et demi sur un croissant posé sur la mer…

Les séjours passent mais ne se ressemblent pas, cette fois un vent venue d’Italie vînt agiter les eaux turquoises et claires, poussant les vagues surmontées d’écume…

… pas assez cependant pour nous empêcher d’y tremper nos palmes et nos appareils photos.

Tout commence comme il se doit par l’arrivée à la Tour Fondue, au bout de la presqu’île de Giens. Les sacs déchargés et les voitures garées, Porquerolles nous tend ses plages, presque à portée de main. Et déjà la mer s’agite.

 

 

ss10                       Anémones jaunes encroutantes, bouquet offert par la mer  photo Stéphane Simonet

 

 

Les bises et autres poignées de main échangées, il faut récupérer les chariots qui disparaissent bien vite sous une avalanche de bagages… C’est encombrant, un plongeur. Ça trimbale tout un tas de bazar, tout le temps. Un photographe, s’il n’atteint pas le poids volumique d’un plongeur en transit, s’encombre lui aussi d’un aréopage de sacs, sacoches et autres valises indestructibles renfermant quelques bijoux numériques. Marriez les deux, le bébé obtenu est plus que joufflu… Et nous sommes 5 chasseurs d’images subaquatiques… Pas assez de chariots….

 

 

HL4

                       Photographe au travail...... Photo Hervé Lichtfouse 

 

 

Mais des bras valeureux auront tôt fait d’acheminer cette logistique à bord de la navette, et déjà notre taxi s’en va : en larguant les amarres, nous laissons à terre stress et soucis. Bien vite, nous passons en mode vacances, les sourires s’élargissent, les corps se détendent, le charme îlien se met à agir…. Premiers pas sur le quai pour retrouver Loïc, notre contact d’Iléo Porquerolles. Les sacs passent des chariots au camion… On en aura brassé des kilos…

Après le repas, direction l’extrémité est de l’île ( si, si, Stéphane, à l’est….) pour une plongée abrité du vent sous les 2 frères, dans l’alignement du cap des Mèdes, vieille connaissance.

       

ss12                       Dernières consignes passées avant l'immersion aux Mêdes.    Photo Stéphane Simonet

 

Après un survol des posidonies, contact avec la roche et exploration des failles. Le côté au vent s’avère le plus riche, avec un léger courant qu’on étale tranquille à la palme.

 

SD17                       Explosion de couleurs sous la mer   photo Sylvain dupuy

                                                                                                                                                                  

La tête dans les gorgones et les nudibranches, nous manquons presque la flèche d’argent qui traverse le bleu : un barracuda, le premier d’une longue série.

 

HL9

                       Trait vif argent dans le bleu: 1er barracuda   photo Hervé Lichtfouse
 
 

Ravi par ce premier contact, nous traversons la roche par un canyon ascendant, cicatrice minérale permettant de rejoindre le côté sous le vent.

 

SD7                       Une coryphelle mauve immortalisée par Sylvain Dupuy 

 

Brève recherche dans les posidonies (pour d’autres se sera plus long …) et nous retrouvons la bouée où nous attend le semi-rigide.

 

SD3

                       Florence, Edgar et Thibaut en explo familiale             photo Sylvain Dupuy 

 

 

Très belle 1ère plongée, la suite du week-end s’annonce bien…Nous irons bien vite y rêver la tête sur l’oreiller, le départ plutôt matinal et les 400 km de route devant y être pour quelque chose…

 

GF5

                       Crépuscule sur Porquerolles, le mauve flamboie.    Photo Gilles Froment 

 

 

 

Debout en pleine forme à 7h le lendemain, nous engloutissons le petit déjeuner avant d’enfiler nos néoprènes presque sêches. Direction le sec du Langoustier, à l’ouest ce coup ci… Seule plongée à l’abri du souffle d’Eole, nous ne savons pas encore ce qui nous attend.

 

HL1

                       Bricolage dans la bonne humeur pour Gilles et Sylvain   photo Hervé Lichtfouse 

 

 

Bascule dans une eau très claire, avec en guise de mise en bouche, des barracudas !

 

SD11

                       Ils sont partout !   photo Sylvain Dupuy  

 

 

SD15

                       Silhouettes longilignes caractéristiques au milieu des castagnoles    photo Sylvain Dupuy

 

 

Encore… De toutes façons ils ne nous quitteront plus et nous en verrons à chaque immersions. Les photographes cadrent et flashent dans tous les sens.

 

 

GF10

                       Les photographes n'ont pas démérité durant les plongées   photo Gilles Froment

 

 

HL14

                        des nudibranches, toujours photogéniques    Photo Hervé Lichtfouse

 

Nous poursuivons l’exploration et passons du temps à observer les innombrables failles du sec, véritable HLM pour congres et murènes.

 

GF11

                       Surprise par le flash de Gilles Froment     

 

 

 Hervé découvrira même une famille nombreuse occupant la même anfractuosité. Ailleurs Joëlle débusquera une murène posée sur la roche.

 

HL7

                                          2 murènes et 1 congre pour le même prix !  photo Hervé Lichtfouse 

 

 

 

Le temps file et il faut rentrer au mouillage, non sans contempler un banc de sars en boule compacte, qui méritait bien quelques plans vidéo.

 

SD5

                       Des sars à têtes noires passant devant les gorgones    photo Sylvain Dupuy

 

Et pour passer le temps durant la décompression, on reprendra bien du barracuda, peu farouche et curieux.

 

SD12

                       Au milieu des barracudas    photo Sylvain Dupuy

 

 

La mer a été généreuse, et cela n’est pas fini….

 

SD16

                        Face à face avec un congre par Sylvain Dupuy 

 

 

GF12                       La même gueule balafrée, par Gilles Froment

 

 

ss9

                       les coulisses d'une prise de vue    Photo Stéphane Simonet

 

L’après midi, retour aux Mèdes car le vent a encore forcit et plutôt qu’une séance de trampoline pour rejoindre un site continental, nous préférons retourner là bas (comme chantait Goldman ) pour profiter de la face est. Il a bien joué, notre DP sur ce coup…

Ce fut un festival.

 

HL11

                       Ce bernard l'Ermite est un Grand Pagure, squatteur de coquille.  photo Hervé Lichtfouse 

 

 

Barracudas ( oui on a l’habitude, mais là il s’agissait d’un mur de poissons, comme à la télé ) des sars partout, en bancs denses et compacts, dansant dans le courant une ronde ambigüe avec les prédateurs fuselés devenus nos compagnons de plongées.

 

SD13

                       les torpilles d'argent sont toujours là     photo Sylvain Dupuy  

 

SD6                       Des sars par centaines, se jouant du courant     photo Sylvain Dupuy

 

Le courant… là, il s’agissait d’un vrai jus, nous obligeant à crocheter le fond avec les mains, à forcer sur les palmes jusqu’à atteindre parfois la limite de l’essoufflement… Les photographes, avec une main prise pour leur joujou numérique, l’autre verrouillée sur un bout de rocher, cherchèrent en vain une troisième pour avancer….Les plus vaillants partir pister les brochets des mer à grands coups de palmes rageurs mais se calmèrent bien vite…

 

HL12

                       une Doris Dalmatien sur une éponge, par Hervé Lichtfouse

 

 

Pour finir, le bouquet final fut offert par un nuage de saupes d’une densité jamais vue : masquant la roche, les poissons gris et jaunes formaient un immense précipité vivant, sans doute rassemblés et solidaires pour échapper aux carnassiers en maraude, alchimie de la mer…

 

 

SD20

                       un banc de saupes compact par Sylvain Dupuy

 

 

Beauté pour nous et survie pour eux. L’existence sous l’eau est rude… Quoiqu’à bien y réfléchir, les pires requins ne nagent pas qu’en mer…

 

HL16

                       le regard du poulpe, photo Hervé Lichtfouse

 

Décidément, carton plein pour l’instant, nous rentrons au club des souvenirs plein la tête et des cartes mémoires presque saturées. La projection photo du soir sera riche, avec petite musique d’ambiance…..Il pense à tout, notre GO.

 

 

 

GF2                       Pilote et DP aux manettes, ça rigole pas !!   photo Gilles Froment 

 

 

HL13

                        un peintre fou a fait le mélange des couleurs   Photo Hervé Lichtfouse

 

Jusqu’à présent, pour citer Baudelaire, tout ne fut qu’ « ordre et beauté, luxe calme et volupté ».

 

SD18

                       Gorgone rouge ou " Paramuricea clavata" pour les intimes  photo Sylvain Dupuy

 

 Pourtant dans ASSP, il ya « sportive »… Cette plongée très sportive fut à l’ordre du jour du lendemain…

9h 00 ce dimanche matin, après un colloque très pointu sur les azimuts à suivre pour filer sur Port-Cros, le semi rigide d’Iléo file sur l’épave du Donator.

 

GF7

                       En route pour une épave mythique    photo Gilles Froment 

 

 

 Le vent a faiblit, la mer reste hachée mais il semble qu’une toute petite fenêtre météo nous offre la possibilité de basculer sur l’épave mythique. Donc, on fonce. Parfois même on saute un peu sur les boudins en se débarbouillant à l’eau de mer… Les conditions sont difficiles mais la situation reste gérable. Loïc approche de la balise de surface qui pointe l’épave en surface et nous explique la manœuvre. Sylvain, en bon DP consciencieux rajoute une louche sur les paramètres et la sécurité.

En fait, le jeu peut sembler simple : s’équiper de plusieurs kilos de matériel sur un bateau capricieux, sans tomber à l’eau trop tôt, basculer sur ordre du pilote pour foncer attraper le bout qui s’enfonce vers le fond jusqu’à l’épave…. Sans perdre son binôme ni une partie de son matériel, sans s’essouffler, en gardant le sourire pour représenter dignement l’ASSP Plongée….. Avec un courant qui vous pousse à l’inverse du vent en surface, la plongée mérite amplement le qualificatif de sportive…

 

ss8

                       des clavelines translucides sur les gorgones    Photo Stéphane SImonet

 

Je passe sur quelques détails sans importance ( second bateau venant semer la pagaille au milieu du largage, balise qui coule sous le poids des plongeurs qui s’y accrochent tels des berniques, perte de palanqués… ) pour vous écrire que ces efforts sont très largement récompensés par le spectacle du Donator, bateau ivre immobile, stoïque face au courant qui l’aborde par le travers. Très rapidement, nous nageons à l’abri de la coque et des structures, pour limiter notre consommation d’air. Par plus de 40 m de fond, quelques dentis et barracudas n’hésitent pas à affronter ce rouleau compresseur subaquatique, mais nous ne nageons pas dans la même cour…

 

SD24

                       les coursives du Donator, terrain d'aventure     photo Sylvain Dupuy 

 

Une fois de plus, les gorgones mauves et jaunes se dévoilent, sans jamais nous lasser une seule seconde, animées par les anthias virevoltant dans les coursives, que je ne résisterais pas à parcourir dans un souffle. Côté bâbord , des bancs gigantesques de sars évoluent en harmonie dans l’indigo sombre, au dessus du sable clair : des éclairs en jaillissent à chaque reflet du soleil ou d’un phare sur leurs écailles couleur acier.

 

SD4

                       Gare au regard clair des sirènes......photo Sylvain Dupuy 

 

 

Nous prenons quelques minutes pour jouir du spectacle.

Un mérou qui disparait dans une cale, une dorade qui sonde vers le fond et il faut déjà partir, afin de respecter les consignes données en surface.

 

 

SD25

                        Une dorade grise au milieu des anthias    photo Sylvain Dupuy 

 

 Le bout nous sert de ligne guide jusqu’à 20 m, où nous l’abandonnons pour partir en dérive.

La décompression terminée, suspendus sous les sacs paliers, nous retrouvons l’agitation de la surface. Loïc récupère toutes les palanqués et nous rentrons rapidement en doublant une dernière fois le cap des Mêdes.

 

 

ss7

                       Dernier couché de soleil sur Porquerolles   photo Stéphane Simonet 

 

 

Que dire de plus ?

Que la bonne humeur régna en maitre absolu durant ces 2 jours et demi, que toutes les plongées furent magnifiques et réalisées en toute sécurité, et que certains succombèrent aux charmes de la Lycastre ( voir http://asspplongee.over-blog.com/article-sur-porquerolles-49440483.html) , les yeux dans les étoiles sur la plage.

 

 

HL

                       un protule lisse découvert par Hervé Lichtfouse 

 

Et nous reviendrons, c'est une évidence.....

                                                                                                                                   Stéphane Simonet

 

SD19

                       Bye bye les barracudas    photo Sylvain Dupuy 

 

Quelques données techiques:

Sites de plongée: Cap des Mêdes, Sec du Langoustier, épave du Donator

Structure plongée: Iléo Porquerolles, http://www.ileo-porquerolles.fr

Hébergement: IGESA

Participation de chaque plongeur: 150 euros

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur - dans CR des sorties
commenter cet article

commentaires

La Finca Orquidea 07/04/2012 10:26

merci à toute l'équipe pour ces magnifiques photos sous marine
de nos beaux fonds provençal, je ne connaissait pas une telle beauté
de Porquerolles.
félicitation à la plongeuse car je n'en serais pas capable.
merci de votre visite
bonne journée à tous
cendrine