Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 09:34
 
Portfolio Croix Valmer, séjour juillet 2013
 
xv-2013 7403
                    Le cap Lardier, plein est, visible depuis les Heures Claires, reste un passage obligé pour les ballades, tant   terrestres que subaquatiques.
 
 
Certaines destinations tiennent leurs promesses.
En ce 7èmemois de l’année 2013, notre portion de littoral varois préféré sut tenir son rang, sans doute aidé par la bienveillance d’Eole et de Poséidon réunis. Une mer tranquille et chaude, une bise semblable à une caresse, et au loin des Iles d’Or nimbées de brume, voilà ce que furent nos cadeaux quotidiens. Pour 2 plongeurs «  héliumisés » et passionnés, le mot paradis vient immédiatement à l’esprit.
 
xv-2013 7556
                Féérie de couleurs par 54 m de fond. Sur l'épave du Togo, à 2 km à peine de notre belle maison, la mer a paré le vieux cargo d'éponges, de concrétions de toutes les teintes, offrant un spectacle toujours éblouissant. 
 
sauf mention contraire, toutes les photos sont de l'auteur.

carte-spots-plongee-cavalaire
                    les sites de plongée ne manquent pas entre Cavalaire et le cap Camarat.
 
 
 
 
 
Voici donc quelques images de notre séjour aux Heures Claires qui ne porta jamais aussi bien son nom. Cette année, équipés de près de 500 kg de bouteilles, détendeurs, lyre de transfert, propulseurs et autre compresseur, nous avions décidé d’aller un peu plus loin sous la surface, de découvrir d’autres sites de plongée, de lever un coin de voile sur l’inconnu…. Plus bas que nos caissons d’appareils photo ne peuvent descendre, aussi certaines visions ne resteront que dans nos mémoires, nettes et claires grâce aux mélanges à base d’hélium élaborés patiemment par Gilles.
 
pele mele1
                  la plongée aux mélanges ne s'improvise pas. Après avoir programmé les ordinateurs et édité des tables de secours, il faut préparer les mélanges ( ici du trimix 14 % d'oxygène et 54 % d'hélium pour le fond, du nitrox 32 à partir de 40 m pour la remontée et de l'oxygène pur pour finir la décompression) et s'équiper. Malgré la chaleur en surface, plusieurs couches de néoprène s'avèrent indispensables pour séjourner même brièvement au-delà de 65 m. Charger tout ce matériel, localiser le site de plongée et le baliser est déjà une aventure !               photos Gilles Froment   
 
Ainsi, le tombant de « mémé », surnommé ainsi parce qu’une monitrice d’âge respectable le visitait déjà en respirant l’air du bon Dieu (la partie supérieure, qui démarre néanmoins vers 60 m…) me fut offert par 2 fois…. Plongées toujours trop courtes, le chrono tourne toujours trop vite au fond, malgré le loco plongeur qui nous emmène sans effort de rocher en gorgone, d‘un nuage d’anthias mauves à un oursin melon…
 
xv-2013 7357
                   le propulseur, visible derrière Gilles sur la photo, est plus qu'un équipement de confort. En tractant le plongeur sans effort, il limite la consommation et le risque d'essoufflement en plongée profonde. Moins de gaz consommé, donc moins de gaz dissous donc moins de gaz à éliminer au palier !  Ainsi nous disposons d'une marge de sécurité confortable lors des paliers de décompression.
 
 
 12 minutes par 80 m de profondeur, sans narcose, face au tombant vertical qui sonde dans le bleu… et de longues minutes de palier pour rêver….
 
 
DSC02947
          Mais il faut pourtant bien sacrifier au rituel systématique de la décompression. Pour 12 minutes passées à 80 m, notre premier palier débute à - 45 m. Il sera suivi de bien d'autres jusqu'à - 6m où nous resterons 27 minutes sous oxygène. Pour une plongée 1h 20, c'est donc presque 1 heure qui sera dédiée à éliminer l'azote et l'hélium dissous dans notre organisme. Du temps pour rêver, dans le bleu....       photo Gilles Froment 
 
 
xv-2013 7226, modifiée
                   Ce chapon compte sur son mimétisme pour échapper aux prédateurs et capturer ses proies, à l'affût. Attention à son épine dorsale, qui peut infliger une piqure très douloureuse à l'imprudent qui manipulerait ce poisson sans précaution. celui ci nous attendait pour prendre la pose, sur le côté babord du Togo.
 
xv-2013 7223                  Evoluer dans un nuage d'anthias mauves est toujours un plaisir, surtout lorsque l'on dispose d'un phare puissant pour raviver les couleurs, cachées dans le bleu de la mer. Sans lumière, les plongées sont sombres et mystérieuses, tout disparait dans une sorte de clair obscure....
 
Ce fut aussi la poupe du Togo, déchirée et tordue mais ressuscitée par la mer à 65 m de fond, à 300 m de notre épave magnifique, dont la splendeur valait bien une vidéo entière.
 
 
 
 
 
xv-2013 8438                     Un banc de sars en maraude, dans le bleu.      Photo Eric Berthelet   
 
         
 
xv-2013 7210               C'est la première fois que nous découvrrons cette gorgone dépigmentée ( albinos ?) sur l'avant tribord du Togo. Posée sur le sable à 54 m, elle attire à coup sur le regard du plongeur, qui découvrira juste derrière un morceau de mat brisé, recouvert lui de gorgones mauves plus traditionnelles....
 
Plus loin, la roche Hollande, oasis au milieu d’un désert de sable, réserve un spectacle inattendu, avec des dizaines de gorgonochéphales, éparpillés sur les branches des gorgones mauves. Un spectacle magnifique, à 67 m sous la surface…
Dans le même secteur, une roche oubliée dans le cahier d’enseignures et le GPS de Gilles nous attendait, par 63 m de profondeur. Il fallu descendre là pour apercevoir des langoustes en maraude.
 
 
xv-2013 7507
            Et voici donc "palinurus elephas", la langouste tant appréciée des gourmets. Nécrophage, elle se nourrit la nuit d'animaux en décomposition... Ses antennes sont des organes sensitifs indispensables à sa survie. on la trouve en méditerranée jusqu'à 150 m de profondeur.
 
 xv-2013 7512
                    Auto portrait, à 60 et quelques m de profondeur. l'hélium permet de garder l'esprit clair, et de cadrer à peu près correctement les photos. Avec 54 % d'hélium dans le mélange respiré, on se trouve dans le même état de narcose qu'à 20 m de fond environ.... Et le mélange, moins dense, est plus facile à respirer !  Avantage trimix, donc, malgré une logistique plus lourde.
 
 
xv-2013 7108,modifiée
                  Autre site de plongée, le Torpilleur 178, par 44 m de fond. Coulé volontairement en 1921 pour servir de but de tir pour la Marine, il repose non loin du Togo. Pas grand chose à voir de la carcasse en elle même, mais la  faune est bien présente, comme ectte éponge Aplysina aerophoba tapissant le plafond de la seule cabine encore intacte. 
 
xv-2013 7104             Sur les flancs du Torpilleur, voici Haliclona mediterranea, qu'on a longtemps cru endémique de la Méditerranée. en fait, on la trouve aussi dans l'atlantique nord.   
 
Mais il n’est pas toujours nécessaire de s’encombrer de scaphandres insoulevables, d’ordinateurs sophistiqués et de mélanges synthétiques pour découvrir les beautés sous-marines.
 
xv-2013 7202
               Preuve en est:  Entre 5 et 12 m de profondeur, à 60 m au nord ouest de la roche Fouras, au pied du cap Camarat, repose l'épave disloquée du Tell, un cargo de 76 m de long. Après s'être échoué 3 fois à Djidjelli, à l'embouchure du Rhône puis à Marseille et avoir éperonné un navire espagnol, il coula après 34 ans de service le 25 octobre 1913 par un fort vent d'est, en transportant des sacs de ciment. Bateau indispensable pour lui rendre visite, mais l'épave est facile à trouver, accessible même en apnée et visible de la surface.
 
 xv-2013 7189
               Sur les ferrailles tordues, on peut dénicher de splendides nudibranches, comme cette Hervia processionnaire.Dépourvue de branchies, elle respire directement par la peau.
 
  xv-2013 7058
                  Un peu plus profond, voici la doris géante, qui peut atteindre 15 cm. Menacée,  elle peut excréter de la base de ses branchies une toxine, la longifoline.  c'est la guerre chimique sous-marine ! 
       
xv-2013 8285                  Cette murène chassait en pleine eau, sur le sec du Lardier, avant de se réfugier dans une faille étroite. phare et caisson à bout de bras, la moitié du corps engagé sous la roche, la photo sous-marine se mérite !                                 image Eric Berthelet   
 
A quelques brasses de la plage, des poissons et d’autres créatures étonnantes vous attendent, impliquant seulement un équipement rudimentaire et un peu de perspicacité. Les heureux baptisés de cette saison, ou bien encore les futurs plongeurs en algues, pardon en herbes, peuvent en témoigner….
 
pele mele 2
                Entre une plongée profonde et une séance de gonflage, il y eu aussi une belle serie de baptêmes, voir de confirmations ! le pack enfant de l'ASSP permis en effet de faire découvrir l'activité aux plus jeunes, et pendant quelques matinées le local de stockage devint presque la base arrière d'une école de plongée ! impossible en effet sans cette structure de stocker autant d'équipement et de préparer ces plongées particulières. Et du coup,  la chance de bénéficier de ce cabanon presque sur le sable autorisa moults initiations !
 
xv-2013 7127               Evidemment, il faut parfois faire un peu attention pour éviter le contact rapproché (et urticant) de la Pélagia noctiluca: son nom vient de Pélagie, la déesse de la haute mer. Son diamètre peut atteindre 17 cm, et elle dispose de 4 bras qui sont en fait le prolongement de sa bouche. Tout autour du "chapeau", on trouve 8 longs filaments pouvant atteindre 40 cm. Bras et filaments sont urticants .... Elle serait lumineuse la nuit, mais je ne l'ai pas encore vérifié.... 
 
Ainsi c’est même une épave qui vous attend dans 4 m d’eau, un peu après Gigaro. Il suffit de suivre le chemin du littoral jusqu’à une petite crique, et là en vous immergeant de la plage, vous découvrirez un amoncellement bizarre de sacs….de ciment !
 
xv-2013 7236
                 Voilà ce qu'on peut découvrir en partant du bord, simplement équipé du trio "palmes masque et tuba", à quelques encablures de la plage de Gigaro. on sait peut de chose du pointu ou de la barque qui vint sombrer ici... Seuls les sacs de ciment forment une tache blanche et immaculée bien visible depuis la surface. un simple canard, et vous y êtes...
 
 xv-2013 7238
                      Et là encore le pack enfant fit merveille, puisqu'il offrit après quelques plongées d'entraînement sa première épave à un plongeur junior ravi ! 
 
De la tartane en bois qui coula ici il y a longtemps, ne subsiste que son chargement…. En regardant bien, murène, poulpe et même cigale de mer se cachent au milieu des sacs immaculés….
 
xv-2013 7038
                  Cette petite murène peu farouche nous autorisa à jouer les paparazzis quelques instants avant de filer se réfugier dans une anfractuosité sombre et hors de portée.
 
 
 
 
Voila, la mer s’offre à qui sait demander sa main, avec respect. Que ce soit armé de la technologie la plus sophistiquée ou d’un simple tuba, il suffit d’observer et d’attendre. Et parfois la récompense arrive, comme ce poisson lune sur le pont du Togo ou un barracuda derrière le cap Lardier. Même aux milieux des posidonies, regardez bien, parfois……..

DSC02778
                  .... On peut y découvrir quelque chose, comme cette nacre, fichée dans le sol. Attention, c'est une espèce protégée, on te touche qu'avec les yeux......         photo Gilles Froment.

Une fois de plus, merci ! Merci à tous ceux qui ont contribué, contribuent et contribueront un jour à sauvegarder ce site magnifique, face aux Iles….
 
 
xv-2013 7525
                  Les Heures Claires, vues de la mer au retour d'une plongée.
 
gecko 2
              Impossible de vous parler de la Croix-Valmer sans évoquer le gecko, car il est partout ! Bien utile car il dévore les moustiques. Mais le véritable intéret de ce petit lézard, c'est sa faculté d'adhésion sur n'importe quel support ( même le verre le plus lisse ) et ce, dans toutes les positions ! En fait, il détient la plus grande capacité d'adhérence du règne animal !Rien que ça.... Un gecko de 50 gr résiste à une traction de 20 Newtons ( 2 kg pour les réfractaires à la physique ). Et avec un mouvement de patte toutes les 15 millisecondes, accrochez-vous pour le suivre ! on vient de percer le mystère: le bout de ses doigts est tapissés de sétules, équivalent à des poils de 100 microns, qui de divisent à leurs tours en spatules ( là, on passe à l'échelle du nanomètre....)  Rappellez vous vos cours de sciences, et les forces de Van Der Waals qui permettent la cohésion entre les molécules gràce aux déformations du nuage électronique.... Vous suivez ? Et bien le gecko utilise ces forces de liaison intermoléculaires gràces à ses spatules qui épousent la surface et permettent donc aux forces de Van Der Waals d'agir.... Des scientifiques planchent sur un adhésif révolutionnaire, basé sur ce principe.... 
 
 
 
xv-2013 7492
               Pour finir comme on a commencé, le cap Lardier à la tombée du jour.
 
 
 
Stéphane Simonet
 

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur - dans CR des sorties
commenter cet article

commentaires