Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 14:56
Compte rendu de plongée souterraine au Goul du Pont, 27 avril 2012

DSC05015
                       la vasque du Grand Goul. on apperçoit en arrière plan l'échelle fixée à demeure par la CRPS-RABA
 
 
Participants : Gilles Froment & Stéphane Simonet
Toutes les photos sont de Gilles Froment
 
DSC05019
                       Jeux de lumières et de transparences, la vasque s'offre sans jamais se dévoiler toute entière 
 
 
Le 17 mars dernier, Gilles et moi-même participions à l’opération de sécurisation du Grand Goul, organisée par la CRPS-RABA. Après tous ces efforts, il était temps l’aller voir à quoi ressemblait la vasque désormais, et surtout l’étroiture d’entrée. Pourrions nous désormais la franchir avec de gros scaphandres, gage d’efficacité et de sérénité pour de futures explorations profondes ? Nous voici donc de nouveau à Bourg St Andéol, avec une pléiade de matériel et de configuration nouvelles à tester pour l’occasion.
Siphon, tes voix sont impénétrables….
 
DSC05027
                        à 50 m à peine du Pont, La Tannerie offre un autre terrain de jeu aux spéléonautes.
 
 
 
Le propulseur Appolo, les relais sont dans la vasque, l’eau est claire et limpide. L’appel est irrésistible, il faut plonger. Cet appel, en tous cas, est plus fort que la fuite au niveau de mon raccord de chauffage, qui doucement inonde mon vêtement étanche…. Et en plus le bouton droit de mon Vr3 a décidé de partir plonger sans moi ! au prix du jouet, il y a de quoi s’énerver un peu….
 
DSC05028
                       Quelques déboires ne nous empêcheront pas de plonger !
 
Qu’importe, je clampe mes relais, attrape le propulseur que je souhaite poser au début de la galerie, afin de tester une nouvelle configuration à l’issue de la plongée. Je rejoins Gilles, descendu le premier pour prendre des photos. Je glisse doucement vers la restriction de granit, m’attendant à trouver un boulevard.
 
 DSC05033
                       Relais, propulseur, batterie pour le chauffage et recycleur: pas toujour simple......
 
Las !
Les galets, certes moins présents, sont toujours là en grand nombre, et encombrés de nos recycleurs et blocs relais, il est très difficile de passer. Comme d’habitude, disait la chanson.
Nous franchissons avec peine le verrou, puis passons quelques minutes à déblayer pour rendre notre sortie ultérieure plus confortable. Gilles teste d’ailleurs le lit de galets élargi, ça passe…
 
 
DSC05037
                       l'Apollo est déposé avant l'étroiture.
 
 
Direction le puits !
Après cette phase quelque peu statique, j’ai froid : mon vêtement aquarium y est sans doute pour quelque chose.
Gilles allume le 100 w et je fait de même avec le phare Métalsub. C’est Star War !
Arrivé à -18 m, j’abandonne un relais et la batterie qui alimentera mon gilet chauffant au retour. D’un geste Gilles m’indique le fond, c’est parti !
 
 
DSC05041
                        Un vide subaquatique, sans étoile, où nous devons déchirer l'obscurité 
 
Meilleur moment de la plongée : une chute au ralenti dans les entrailles de la terre, ou lentement la pression exerce son emprise, où peu à peu l’esprit s’emmêle pour se fixer sur l’essentiel : paramètres, PPO2, fil d’Ariane…. Et surtout les éclairs de lumière sur la paroi d’ivoire qui défile….. Comme si on glissait sans tomber, entre rêve et songe éveillé.
 
 
 
Vers 45 m un gargouillis de bulles interrompt la descente. Un recycleur, cela n’est pas sensé faire de bulles. Je demande par signe à Gilles de jeter un coup d’œil, mais il me répond par un signe d’impuissance. Mon manomètre relié à la bouteille de diluant indique 20 bars…la plongée va devoir s’interrompre. Pas de quoi s’inquiéter cependant, et nous amorçons la remontée.
DSC05048
                      le fil d'Ariane qui nous sert de guide, disparaissant dans le puits.
 
En haut du puits je retrouve ma batterie et connecte mon chauffage : enfin quelque chose qui marche !! la chaleur du gilet compense l’eau à 10°C qui trempe ma polaire : je viens d’inventer le vêtement sub tropical…
 

Nous terminons par quelques paliers, une fois l’étroiture franchie non sans mal. J’en profite aussi pour tester le loco en écartant les vannes d’injection, le lecteur de PPO2 et tout ce qui pourrait se prendre dans l’hélice. Là aussi ça fonctionne, les heures passées au garage à gamberger des solutions finissent par payer.

                                                                                                           
DSC05052
                       - 18 m au sommet du puits, avant de prendre le chemin du retour.
                                                                                                                                                                                                                            Très bonne sortie donc, malgré des déboires matériels et une étroiture qui, décidemment, ne se laisse pas dompter facilement. Mais derrière tous nos efforts, la récompense est là, quelques minutes sans pareil volées à un univers étrange, à la fois minéral et subaquatique.
DSC05066

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur - dans CR des sorties
commenter cet article

commentaires