Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 18:50

 

Compte rendu de la sortie ASSP Plongée à Cavalaire, les 19& 20 février 2011

 

 DSC02938

                         Photo Gilles Froment

 

Participants : Gilles Froment, Sylvain Dupuy, Stéphane Simonet, Edgar Florence et Thibaut Royon

 

Organisateur : Stéphane Simonet

 

Mais qu’ont-ils fait à la « Grande Bleue » ?

 

DSC02869

                   1er saut dans l'eau au dessus de la roche Quairolle, phot Gilles Froment

 

Au 1er saut de l’Eperlan II au dessus de la Grande Quairolle, c’est la question que tout le monde se pose : l’eau est verdâtre, chargée de particules amenées par les pluies diluviennes de la semaine précédente. Si l’air sent bon le mimosa en fleur, la mer est patraque…. La visibilité est très faible, 2 ou 3 m au grand maximum en surface. En descendant ça s’améliore un peu mais la lumière ne franchit qu’avec peine les suspensions et le soir tombe plus tôt que prévu sous la mer….

 

CIMG1321

                   ces galathées  n'ont pas échappé au photographe     photo Sylvain Dupuy

 

Les photographes pestent…. Et les plongeurs en combinaison humide aussi, vu les 13°C qui les accueillent dès la mise à l’eau….

 

 

CIMG1306                  une étrange créature, sans doute une ascidie....(?)    photo Sylvain Dupuy

Bon.

 

DSC02905

                   ces fleurs en bouquet sont des anémones, photo Gilles Froment

 

Puisqu’on y est, puisqu’on a fait nos 430 km hier soir pour être là, autant en profiter quand même. Le directeur de plongée est un peu inquiet de lâcher ses plongeurs dans une eau qui pourrait ressembler au Rhône ou aux lacs alpins, mais les plongeurs de la section étant habitués aux conditions difficiles….

 

DSC02878

                   une gorgone roiuge dans un vert "atlantique"  photo Gilles Froment

 

 

X valmer Février 2011 022

                   un oursin "spaerechinus granularis"      photo Stéphane Simonet 

 

Arrivé à – 20 m au sommet de la roche, nous choisissons de partir roche main droite pour observer les gorgones. Murènes et anthias seront au RDV, dans une ambiance «verte » digne de l’atlantique… Vive le phare 100 W et les positions macro sur les appareils photos !

 

CIMG1302

                   Neptune tisse sa dentelle....photo Sylvain Dupuy

 

 

CIMG1318

                   toutes épines dorsales dressées, un chapon dérangé par le flash,  photo Sylvain Dupuy     

 

Après le repas sur le port, Momo nous attend pour partir sur l’épave de l’Espingole. Ambiance nocturne également mais nous débusquerons un chapon disposé à se faire tirer le portrait. Après 15’ de plongée à 39 m de profondeur, il faut regagner la surface.

 

DSC02988

                   un congre balafré joue à cache cache entre les tôles, photo Gilles Froment

 

 

 

Après une bonne nuit de sommeil aux Palmiers, nous repartons en mer pour franchir les Cap Lardier et Taillat, afin de nous immerger sur la basse de St Anne, à la poursuite…d’un sous-marin. Il semble en effet qu’un submersible de la Marine croise dans les parages. Mais c’est bien sur l’épave du Rubis que s’accrochera le mouillage.

 

 

DSC02864                   en passant le cap Lardier, avec Taillat en arrière plan   photo Gilles Froment 

 

Et enfin de l’eau claire ! Un peu de courant comme toujours, mais nous retrouvons la teinte bleue de la méditerranée. Arrivés sur l’arrière du Rubis, nous progressons lentement sur les tôles coupantes du vieux soldat de la France Libre. Au détour d’une plaque tordue, une murène nous observe d’un sale œil…

 

028

 

                   une murène dans les ténèbres   photo Stéphane Simonet

 

 Plus loin vers la proue à jamais figée que les gorgones ornent telles des parures vivantes, nous contemplons la coque qui semble s’élancer dans le bleu….

 

DSC03057

                   les anthias nagent dans le kiosque du sous-marin    photo Stéphane Simonet

 

 

 

C’est un voyage immobile où l’on devine les craintes et le courage des marins rebelles à l’hégémonie du 3ème Reich. C’est qu’il en a envoyé par le fond, des navires germaniques, ce Rubis posé sur le sable.

Le chronomètre implacable nous ramène à la réalité : il faut regagner le mouillage. Un coup de palme, une goulée d’air et nous survolons le pont déchiqueté, à la vitesse du courant qui désormais nous expulse de ce beau tableau sans cesse recommencé par l’Artiste.

Le bout est attrapé au vol et nous regagnons la surface. Devant la grappe de plongeurs agglutinés à 3 m pour le palier de décompression, nous décidons de finir sous notre sac palier, en dérive dans le bleu. Là haut, à bord de l’Eperlan II, nous savons que Momo veille sur nous.

Retour sans encombre dans la joie et la bonne ambiance du bord, un verre de rosé bien frais ou de tisane brulante à la main, c’est selon les goûts !

Quelques Jet skis viennent jouer dans le sillage du navire. Hier, Lagaf, celui de la télé, est venu dire bonjour au bateau pendant que nous plongions….

Retour sur Lyon en début d’après midi, non sans emporter quelques branches de mimosas en éphémères souvenirs…

 

 

DSC03035

                         le soir tombe sur le port   photo Gilles Froment

 

Merci à Chantal et René pour leur accueil, ainsi qu’au CASC pour la location des appartements.

Merci à Momo pour la bonne humeur régnant sans discontinuer à bord de l’Eperlan, malgré un ciel un peu gris et une mer un peu triste.

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur - dans CR des sorties
commenter cet article

commentaires