Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 19:36

Compte-rendu de la sortie ASSP sur l'île de Porquerolles, du 16 au 18 avril 2010

 

Participants:

 

Sylvain et Joëlle Dupuy, Stéphane et Geneviève Simonet, Gilles Froment, Hervé et Jeanne Lichtfouse, Guy Varvat, Edgar et Florence Royon.

 

florence2

le groupe au complet.                                  photo Florence Royon.

 

Accompagnateurs:

Isabelle Froment, Christine Varvat.

 

 

Capture porquerolles

 

 

1150 hectares.

C'est sur la plus grande des îles d'or que l'ASSP posa ses sacs en ce week end d'avril. Malgré les avions cloués au sol par la colère du volcan Eyjafjöll et les trains immobilisés dans les gares bondées, nous avons eu la chance de débarquer sur ce bout du monde magnifique. À 2 km seulement du continent, 20' de ferry suffisent à laisser les soucis du quotidien avec la voiture au parking.

Laissant la Jeaume Garde sur tribord, nous longeons la côte nord et ses plages splendides pour atteindre le débarcadère. Soleil haut et mer "bleue du sud" nous accueillent tandis que nous attendons la fin de la manoeuvre.

 

 

gen2

le paradis n'est pas si loin                                    Photo Geneviève Sansoni-Simonet

 

Premières foulées, premières respirations et déjà sur le quai la sensation d'être ailleurs....Loin....

 

Les sacs sont récupérés par Loïc, le GO du club de plongée et nous nous dirigeons vers le restaurant de l'IGESA, il est midi passé.

 

Nous enchainons à 14h 30 sur la première plongée, peu profonde, pour s'acclimater doucement, toujours la nonchalence des îles.... Direction le sec du langoustier, à la pointe ouest de Porquerolles.

 

flo2

Edgar en tenue de combat                 photo Florence Royon

 

Tout se passera bien malgré un joint récalcitrant qui lachera bien sûr au plus mauvais moment, celui où étouffant dans l'étanche, plié sous le poids du 15 litres, il faut trouver la clé 6 pans....restée au fond du sac au local....

Changement de détendeur et finalement de bloc,et direction 20 m sous la surface.

 

gilles4

Gorgone rouge, salmacine blanche et adéonelle orange      photo Gilles Froment

 

Les choses sérieuses commenceront le lendemain, après une bonne nuit de sommeil et un petit déjeuner copieux. Briefing, organisation et nous embarquons à bord du semi-rigide.

 

gilles91

Jeanne                       photo Gilles Froment

 

 

gen1

départ pour la plongée                          photo Geneviève Sansoni-Simonet

 

 

Nous traversons la baie de l'Alicastre....... Connaissez-vous la légende ?

 

"Citons pour mémoire la pure légende de la Tarasque qui à l’instar de celle de Rhodes et de Tarascon dévorait les troupeaux et les habitants du pays. Elle s’appelait la Lycastre et habitait la pointe qui garda son nom.Un chevalier revenant d’une croisade contre les Sarrazins fit naufrage sur les récifs de Porquerolles et gagna à la nage cette île où il reçut des habitants la plus généreuse et la plus cordiale hospitalité.Désireux de témoigner en retour quelque reconnaissance à ses bienfaiteurs, le chevalier mit à leur service, par une offre publique «sa protection, sa fortune ou son épée».Les malheureux insulaires n’hésitèrent pas à lui raconter leurs malheurs et à exprimer leur grand désir d’être délivrés du monstre la Lycastre.Homme d’honneur et de décision, 1e preux chevalier brandit aussitôt sa lance et ceint son épée. Il part pour ce glorieux combat. Le péril était grand, car, la Lycastre avait des dents de crocodile, des griffes de tigre et une cuirasse fort épaisse. Mais il arrivait parfois à ce monstre conscient de sa force de s’abandonner sur la grève, dans un profond sommeil, pour digérer tout à l’aise ses malheureuses victimes

 

 

tarasque 

Le chevalier saisit cet instant ; il s’approche en silence et son oeil expert surprend le défaut de la cuirasse. Sa lance d’une poussée vigoureuse perce le monstre de part en part et se brise dans ses chairs. Un rugissement effroyable retentit, qui fait trembler les échos d’alentour... Rapide comme l’éclair, la Lycastre a bondi : elle fond sur son audacieux adversaire. Mais celui-ci calme et terrible enfonce dans sa gueule béante son épée jusqu’à la garde... La bête s’écroule dans une mare de sang. Son râle est effrayant... Honteuse de sa défaite, elle ranime ses dernières forces et dans une convulsion suprême elle s’élance dans l’abîme.Le vainqueur épouvanté lui-même de sa propre victoire s’affaisse sur le sol… Encore tremblants et terrifiés les habitants de l’île, spectateurs lointains de cette lutte fantastique, s’approchent pour secourir leur sauveur. Le chevalier revenu maintenant à ses sens contemple les flots de la mer, rougis par le sang du monstre. Il jure et fait jurer à la population réunie que ce lieu, en mémoire du fait d’armes héroïque, portera désormais le nom de la Lycastre."

 

Pour nous, le seul monstre que nous allons voir est fait d'acier rouillé paré des plus belles gorgones de méditerrannée: il s'agit du Prosper Schiaffino ( Donator) coulé le 10 novembre 1945 en sautant sur une mine dérivante..... Victime d'une guerre alors terminée.... En moins de 4 minutes le bateau blessé à mort se dresse à la verticale, son hélice agonisant en brassant l'air, et coule. Le naufrage fera 5 morts, malgré un avion de la Royal Air Force qui repérera l'explosion et avertira les secours.

 

 

sylvain93

Jeanne & Guy                       Photo Gilles Froment

 

Aujourd'ui, la mer a transformé ce désastre en jardin.Oublié la fureur du métal tordu et déchiqueté, les cris des marins et l'angoisse de la mort. Le navire perdu repose bien droit sur un fond de sable clair, par 48 m de fond, dans la grande passe entre Port-Cros et les Sarraniers.

 

gilles6

les coursives de l'épave envahit par les poissons                  photo Gilles Froment

 

Escorté continuellement dans son dernier voyage par des nuages d'anthias mauves, l'épave s'est parée de gorgones mauves et jaunes, digne des plus beaux Van Gogh... Si le peintre avait plongé, il aurait couché le Prosper Schiaffino sur une toile.

 

gilles95

les gorgones mauves et jaunes envahissent la coque         photo Gilles Froment

 

Nous évoluons le long des coursives encombrées par ces "paramuricea clavata", au détour desquelles apparaissent mérou ou denti.

 

gilles92

un denti en maraude dans le bleu                 photo Gilles Froment

 

C'est un tableau vivant, où toute la splendeur de la mer s'exprime sans contrainte. Le chrono tourne toujours trop vite, mon royaume pour un recycleur !

 

sylvain5

ambiance sous-marine       photo Sylvain Dupuy

 

 

Contempler ce spectacle sans cesse renouvelé sans limite de temps, d'autonomie ou de décompression...un jour peut être.....

Le dernier éclair vif argent d'un denti et il faut remonter, laisser l'azote quitter nos organismes saturés avant de franchir la surface, les yeux et les appareils photos plein d'images....

 

 

sylvain92 

Stéphane, Geneviève et Hervé                   Photo Sylvain Dupuy

 

L'après midi, changement de décor: nous cinglons sur Port-Cros pour basculer sur la Gabinière.

 

Gilles9

Gilles           Photo Guy Varvat

 

Ici pas de profondeur abyssale: tout se passe entre 0 et 20 m. Pour l'occasion, le locoplongeur du club est de sortie.

 

gilles3

un spirographe                 photo Gilles Froment

 

 La plongée commence avec les mérous. 1, 2....3 après on arrête de compter !

 

gilles2

mérou et anthias                 photo Gilles Froment

 

Les poissons débonnaires sont légion, et à trop les regarder on pourrait en rater les nudibranches de toute beauté qui cheminent sur le fond: flabelline mauve ou blanche, doris géante ou dalmatienne, il y en a pour tous les goûts, avec un bouquet de dentelle de neptune en prime.

 

gilles5

une flabelline mauve              photo Gilles Froment

 

sylvain3

Doris géante              photo Sylvain Dupuy

 

sylvain2

Dentelle de Neptune                   Photo Sylvain Dupuy

 

Et puis, comme dans les bons feux d'artifices, il y a un bouquet final: un banc de bécunes ( barracudas ) nous offre sa légendaire spirale vivante. Moment privilégié.

 

sylvain7

au milieu des baraccudas                 photo Sylvain Dupuy

 

2 fantastiques plongées que nos photographes auront su immortaliser, afin que nos souvenirs ne se diluent pas avec le temps.

 

sylvain6

nudibrance ( flabelline ) joyau vivant                photo Sylvain Dupuy

 

 

gilles7

retour au club                    photo Gilles Froment

 

Pour notre dernière plongée du week end, RDV par 42°59,632 nord et 6°16,708 est, sur l'épave du Sagona. Étrange destin que celui de ce navire qui traversa le second conflit mondial sans encombre avant d'être coupé en 2 par une mine le 3 décembre 1945... à 300 m du Prosper Schiaffino.... A moins d'un mois d'intervalle, l'histoire se répétait....

 

sylvain94

Gilles & Florence                     Photo Sylvain Dupuy

 

Plus petit que son prédécesseur de naufrage, le Sagona n'en possède pas moins le charme et les gorgones chatoyantes. L'hélice du bâtiment sort du sable vers 47 m de fond. Les anthias y nagent à l'envers, le dos tourné vers la lumière reflètée par ce sable si blanc....

 

sylvain95

Joëlle                   photo Sylvain Dupuy

 

2 bateaux naufragés, transformés par la mer en joyaux, se cotoyant sans jamais se voir dans les profondeurs.... Nous voulons tout voir, tout éclairer, tout visiter.

 

gilles1

Paramuricea Clavata ou gorgone rouge tout simplement        photo Gilles Froment

 

 La profondeur nous ramène à la prudence et là encore il faut s'arracher trop tôt au sortilège et rejoindre la surface.

 

sylvain1

tableau vivant                  photo Sylvain Dupuy

 

 Le palier se fera au parachute, perdu à la dérive dans le bleu. Il n'y a qu'a attendre et rêver...pendant que l'ordinateur décompte les minutes.....

 

Et notre voyage s'interompt alors. Le ferry repart vers la Tour Fondue, la balise de la Jeaume Garde est laissée sur babord....

 

gen3

Christine, Isabelle et Joëlle en ballade            Photo Geneviève Sansoni-Simonet

 

Mais Porquerolles ne s'abandonne pas facilement.... Est-ce le maléfice de la licastre, le parfum des pins, les secrets chuchotés par la brise marine ou le charme des épaves englouties ? En tout cas, une seule question plane dans nos têtes: "on revient quand ?"

 

sylvain96

Sylvain                    Photo Gilles Froment

 

 

Merci aux participants pour leur bonne humeur, aux photographes pour leurs images, à l'organisateur pour les coups de fils, les emails et le temps passé pour qu'une fois sur l'île, nous n'ayons qu'à laisser filer le temps....

 

sylvain91

Clavellines                                  photo Sylvain Dupuy

 

 

                      Sylvain & Stéphane.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur - dans CR des sorties
commenter cet article

commentaires