Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 10:47

 

            C.R. du congé de fin de semaine plongées de Saint Mandrier.

 

27 et 28 septembre 2014  

 

 

 

   

      g1      

               Les 2 frères, ceux de la légende n'en finissent pas d'attendre le retour de la sirène.... Photo Gilles Froment    

 

 

 


 

     Pas de bruits, pas de bulles, juste un air humide et chaud dans les poumons, et tout autour l'eau noire avec pour seul horizon le compas indiquant le cap à suivre...Pour les nageurs de combat de la Marine, la baie de St Mandrier doit souvent ressembler à ça, la principale qualité d'un plongeur offensif étant la discrétion absolue, l'invisibilité totale... Mais pour les plongeurs de l'ASSP Plongée, c'est bien les couleurs des anthias et le charme des ferrailles englouties qui font  figure d'objectifs.... Je laisse donc le clavier au GO, Philippe, pour vous narrer ce séjour en tête en tête avec la baie de St Mandrier.....

   

 

 

 

 Participants: Philippe Moya (organisateur)   Gilles Froment     Sylvain Dupuy    Maryline Gueydon  Thierry Mourice    Arielle Cuzin     Edgar Royon ( avec Monique, Agathe et Florence)    Stéphane Simonet     Geneviève Sansoni-Simonet

 

 

 

   

 

pele mele    

les voilà tous (ou presque ),les protagonistes du week end. un point commun ? cherchez bien... le sourire ! photos Gilles, Sylvain, Philippe et Stéphane

 

 


 

J’arrive sur place vers 20h00 en camping car avec mon épouse.

 

Lors de ma reconnaissance, il y avait tous les jours de la place sur l’aire des camping cars et je ne m’attendais pas du tout à ce que j’ai trouvé en arrivant : des dizaines d’engins garés un peu partout, là où ils le pouvaient, le long de la route, sur chaque emplacement disponible non interdit.

 

J’en suis resté sans voix (si ,si, c’est possible ! j’en vois qui rigolent)

 

Donc l’aire est pleine, et les places sont chères, je fais le tour du quartier, et par chance je me trouve un emplacement libre à une centaine de mètres de l’aire, dans une contre allée de la route principale. OUF !

 

cà commence chaudement. Je ne suis pas loin du camping Homair, j’espère que les autres participants sont bien installés dans leurs bungalows.      

   

Repas, dodo, demain nous sommes attendus à 8h30 au club CPSM.  

 

J’arrive un peu en avance, j’ai fais le parcours à pied, le sac et les plombs sur le dos. Je me présente, on me désigne un emplacement qui nous est réservé, avec une petite étiquette ASRP, et oui, pas grave. Arielle et Thierry qui connaissent bien le club sont déjà arrivés et commencent à s’équiper.      

       

Bon contact avec Arielle qui me présente disons, son meilleur profil…. Ma foi, bonjour à tous les deux.  

 

 

 

c-est MON trou      

Cette murène garde l'entrée de son abri, sur le pont le l'Arroyo. 2ème vie pour cette épave qui devient un HLM pour les congres et autres murènes.           Photo Philippe Moya  

   

 

 

 

Les autres sont en retard. Et oui, encore un effet septembre, et été indien, tous les bars que j’avais repéré comme ouverts et donc possibles pour le petit déjeuner sont fermés ! ! ! ils ont donc dû chercher et finalement petit déjeuner assez loin….

 

Les cadres du CPSM me rassurent, pas de soucis, nous avons le temps…. Moi je stresse.

 

Nous voici tous réunis, équipés, papiers remplis, et hop, bloc 15 litres sur le dos, nous marchons à la queue leue leue vers le bateau bleu.

   

Nous sommes les seuls sur le bateau qui en fait est semblable à un zodiac pour la longueur, mais beaucoup plus large, nous sommes bien à l’aise, pour bouger, sans se marcher sur les palmes.

 

Traversée rapide de la baie, direction les deux frères…. Amoureux de la même sirène dit la légende …

 

 

plongee sur l-aquarium des deux freres      

 

Nous plongerons sur l’Aquarium, en fait un aquarium de murènes.

 

Gilles qui aujourd’hui plongera avec moi, m’en fera même découvrir une posée en plein sable, gueule dressée comme un cobra. Elles sont assez agressive je trouve, claquant de la gueule à notre approche.

 

Ce matin je pense que nous en avons croisé 5 ou 6 facilement….

 

 

 

deux murenes      

2 pour le prix d'une, l'ami Philippe décide de rentabiliser les clichés.......

 

 

 

 

 

g5  

éclats roses et mauves au milieu du bleu, voilà la sarabande des anthias......Photos Gilles Froment

 

 

 


Retour au port, et là le confort du club s’impose, douche extérieure froide, bac de rinçage, chariot marqué ASSP (cette fois), pour nos bouteilles, douches chaudes (brûlantes même), toilettes intérieures et extérieures, cabine d’habillage, salle de séchage pour les combis et les stabs. C’est le grand luxe.

 

Midi nous traversons la rue pour nous rendre au restaurant du Mas d’Asile, pendant que certains boivent l’apéro, d’autres profitent de la vue magnifique et du temps ensoleillé.

 

Nous nous attablons, une paëlla royale géante nous est servie…. Arriverons nous a tout finir ? ben oui, j’avoue avoir calé sur le lapin mais, mon morceau a disparu…. Incroyable !

 

Retour au club, cet après midi, retour aux deux frères, nous plongerons sur l’Arroyo.

 

 

 

plongee sur l-Arroyo    

 

 m1  

                 splendide gorgone par Philippe

 

 

 

 

Toujours accompagné de Gilles, ou sans doute le contraire, nous visitons cette épave très riche, ancien bateau citerne, son pont est encombré de tubes, cabestans, vannes diverses et variées, dont parfois le but m’interroge, sans doute nécessaires pour transvaser d’une cuve à l’autre… cela fait de nombreux modèles à photographier.

 

 

 

g2      

Geneviève en exploration sur le pont du bateau. Coulé volontairement par le GRS, futur GISMER puis COMISMER ( je sais c'est compliqué) en aout 1953 après 30 ans de service sans gloire à ravitailler en eau les bâtiments de la Marine, ce "petit cul" comme on l'appelait retrouve sa splendeur au fond de la mer... C'est souvent le cas, les ferrailles pleurant la rouille se métamorphose sous les eaux......         Photo Gilles Froment

 

 

 

 

g4    

Cette porte a vu passer nombre de marins, du capitaine au matelot.... Figée désormais dans son linceul de rouille et de concrétions, elle garde l'entrée du repère des poissons. Plus jamais elle ne grincera sur ses gonds, plus jamais elle ne cédera sous la poussée d'un quartier maitre pressé de débarquer......            phot Gilles Froment

 

 

 

 

Surtout lorsque certains sont habités, tient, encore une murène… et les cales, bon on nous a dit de ne pas y entrer, donc nous n’y entrons pas, mais les appareils photos eux ont le droit de se glisser par une ouverture ?

 

 

 

 

m2    

André Laban, vieux plongeur qui oeuvra jadis à bord d'un bateau célèbre, la Calypso, a pris l'habitude de poser toile et chevalet au fond de la mer, et de prendre le temps.... de peindre...... Philippe, plus pressé par le chronomètre, nous offre néanmoins ce tableau pixellisé, chef d'ouvre de Neptune..... Le temps.... oui il nous en faudrait davantage pour contempler à loisir ces splendeurs....  

 

 


Petite visite à l’hélice, quelques coups de flash plus tard, nous remontons vers le mouillage.

 

 

sd4    

Cette symphonie de couleur en mauve majeur est signée Sylvain Dupuy

 

 

 


A regret nous remontons le long du bout.

 

 

 

g6    

Le corps chargé d'azote, Philippe observe l'indispensable palier de décompression, obstacle virtuel mais incontournable du retour en surface. "on ne paie qu'en sortant" dit le proverbe.... les remontées empiriques des pieds lourds d'antan ont fait place aux ordinateurs sophistiqués qui, sans relache, calculent et font tourner des algorythmes secrets.... A quand le mélange parfait, la pillule miracle pour échapper au dégazage.....                Photo Gilles Froment

 

 

 

Retour au port rapide, 49,5 km/heure dit mon GPS qui ne parle pas le marin. Et nous parlons de choses et d’autres, tient je me souviens, nous avons évoqué l’eau juvénile et le patois hollywoodien….

 

 

 

 

 

Montage vidéo des plongées sur l'Arroyo et le Dornier 24

 

 

 

 

Puis ne pouvant pas abandonner mon épouse toute la journée, je donne rendez-vous au groupe pour le lendemain matin et vais à pieds tranquillement la rejoindre dans ma petite maison roulante.

 

 

 

le Dornier trajet  

 

 

 

Le lendemain, nous devons faire le Dornier, hydravion trimoteur allemand, prise de guerre qui coula juste devant le club…. Toute petite navigation ce matin.

 

Je suis avec Sylvain ce matin, il est chaud chaud, appareil photo en bandoulière, il en veut le garçon, photos ! photos ! O.K.  photos !

 

 

g8  

Et voila le président flashé sur l'hélice du Dornier, par 40 m de fond. L'avion y repose depuis le 20 décembre 1945: pour une raison inconnue, l'hydravion d'origine allemande s'abima dans la baie.... Un mauvais tour du Mistral ? 17 décédés et un seul survivant. l'épave fut retrouvée 2 mois plus tard par un certain Frédéric Dumas, chargé du renflouage.... devant le macabre spectacle du corps du pilote encore présent, la sépulture marine fut finalement laissée à sa place.             photo Gilles Froment

 

 


Nous sommes les premiers à l’eau, et après une descente ralentie par mes accessoires récalcitrants ce matin, je rejoins Sylvain dont je vois déjà le flash crépiter… je me positionne devant un des deux moteurs, clic ! Tiens la photo est bien sombre ! Bizarre ! Pourtant le flash a brillé, je ne comprends pas…. Je tends les bras afin que mes yeux de jeune puissent lire les informations que me donne mon écran de contrôle si petit, les fabricants d’APN sont des jeunes qui ne pensent pas aux moins jeunes dirons-nous comme moi….

 

 

 

sd5  

Philippe survolant l'épave. Seul le moteur central conserve encore son hélice tripale.      Photo Sylvain Dupuy

 


Tout semble parfait, je recommence ! Clic ! Encore une photo sombre…. GRRRR ! ! ! Mais qu’est-ce qui se passe ?

 

 

 

g9  

Voici l'entrée de la carlingue, photographiée par Gilles. Des apogons en suspension y attendent le plongeur, qui pourrait croire, en apercevant la lucarne bleue tout au fond, que traverser cet environnement encombré de tubes et de ferrailles n'est qu'une formalité...... Prudence, on ne rentre pas dans un tombeau sans préparation......

 

 

Et à force de tourner et virer autour de mon appareil, je vois soudain que mon flash extérieur est sur OFF ! ! !

Comme c’est ballot, des flashs qui ne se mettent pas spontanément sur ON lorsqu’ils sont immergés…. Au prix que çà coûte ! Et ensuite, çà va tout de suite mieux ! C’est bizarre non ? Mais bon rassurez-vous çà va mieux pour l’éclairage, mais pour les photos, elles ne sont pas terribles du tout, comparées à celles que je verrais dans quelques heures au restaurant ….

 

 

 

sd7  

La vie explose aussi tout autour de ce voyageur désormais immobile, à l'image de ces sars en maraude, photographiés par Sylvain avant de quitter le fond.

 

 

Tant pis, faut se rendre à l’évidence, un plongeur muni d’un appareil photo étanche ne fait pas forcément un photographe…

 

 

sd9

Une ferraille sur le fond est un piège à filets, et celui ci ne capturera plus beaucoup de poissons... Attention cependant à l'imprudent, quelque peu englué par la narcose, qui viendrait s'y frotter sans précaution. Sylvain, lui, stabilisé et attentif, en retira cette belle image.

 


Retour au club, les douches chaudes sont une révélation, du coup je commence à entendre des propositions (honnêtes ! ) du genre, voilà le club qu’il nous faut pour les plongées de printemps, hein ? Philippe , hein ? bon çà va j’ai compris, vous voulez revenir, ben tant pis…. Je m’y recollerai…. J

 

 

 

pele mele 2

Portraits de plongeurs: en haut à gauche, Maryline, à droite Philippe.Juste en dessous, Gilles et en bas à gauche, Edgar.

 

 

 

Tout le monde semble avoir été satisfait de son congé de fin de semaine, tout s’est excellemment bien passé, le temps fut radieux à chaud le midi sur la terrasse du restaurant, n’est-ce pas Geneviève ? La mer d’huile, les prestations du club parfaites.

 

Deux points a bien noter cependant pour le printemps prochain.

 

Il n’y a pas de bar ouvert à proximité, donc il faut soit prendre la voiture. Soit prévoir ses petits déjeuners, prendre quelques sachets de café ou de thé, du lait, des gâteaux ou des brioches, et hop, vous petit déjeunez dans vos bungalow, qui possèdent cuisine et accessoires de cuisine.

 

Seconde remarque importante pour la prochaine fois, la taille des bungalows a paru juste à tous les participants, donc pour 2 louer pour 4, pour 4 louer pour 6, et ainsi de suite…. Les tarifs sont très abordables, chaque participant ayant déboursé environ une 30taine d’euros pour le W.E. cela devrait passer à 40 euros en faisant comme je viens de le suggérer.  

   

Bon, ben moi je suis bien content que cela soit fini, en effet j’ai pas mal stressé, surtout le samedi matin, j’en ai sans doute saoulé plusieurs, pourtant comme vous le savez maintenant, je suis plutôt « taiseux » (c’est Gilles qui me l’a dit, il doit avoir raison).

 

 

 

st-mandrier-2014 2816

de gauche à droite: Maryline, Edgar,Stéphane, Gilles, Philippe; Sylvain, thierry, Arielle et Geneviève.

 


Nous avons tous je crois passé de bons moments de convivialité, et de plongée…. A refaire ! ! !

 

 

 Philippe Moya

 

 

g3

Et pour finir....un peu de bleu !         Photo Gilles Froment

Partager cet article

Repost 0
Published by plongeur - dans CR des sorties
commenter cet article

commentaires